Qu'est ce que l’État ? (II) (14/01/2013)


L’État n'est rien d'autre que la matérialisation du principe fondamental et naturel d'organisation de la société humaine. 

1. S'il y a société, il y a organisation.

2. S'il y a organisation sociale, alors il y a État.

Donc s'il y a société, il y a État.

Y a-t-il toujours société ?

Du moment qu'il y a plus de deux personnes, alors il y a société.

Comme l'humanité ne peut vivre atomisée en unité individuelle, sous peine de disparaître par incapacité à se reproduire, l'être humain vit toujours en société.
L'être humain n'existe donc que socialement.

=> 0. Il y a toujours société.

Y a-t-il toujours organisation ?

Du moment où il y a délégation de la souveraineté qu'a un individu sur lui-même à x, où x peut être un autre individu, un groupe, ou une entité, alors il y a organisation.
Le mandat impératif est une forme de délégation.

Y a-t-il toujours délégation ?

Non, on peut imaginer une société fonctionnant en démocratie directe (au sens strict du terme) sous la forme d'assemblées.

Mais une assemblée correspond bel et bien à une matérialisation d'une organisation sociale : la communauté, le collectif, décide collectivement de telle ou telle chose.

L'assemblée est donc une forme d’État.

Peut-il y avoir une société sans organisation sociale, économique ou politique ?
C'est à dire, peut-il y a voir une société sans organisation ?

Une société sans organisation est une société se fondant sur la propriété privée des moyens de production et sur le marché, par conséquent, pareille société est inégalitaire. Une société inégalitaire est une société qui ne peut se maintenir que par la coercition du groupe possédant sur le groupe non possédant. Le groupe possédant va-t-il nécessairement utiliser l’État ?
Pourquoi ne pourrait-il pas utiliser une milice privée pour exercer sa coercition ?

Parce qu'une milice privée n'est pas une création spontanée, une milice privée est le fruit d'une organisation.

Cette définition de l’État comme matérialisation du principe d'organisation sociale est-elle simpliste ?

Non, elle l'est moins que celle triviale de l’État comme territoire, population, et frontières, et elle l'est moins que l’État comme coercition.

Donc, oui, il y a toujours organisation.

L’État implique-t-il la coercition ?

Non, l’État peut servir d'outil coercitif, mais il n'implique pas en lui-même de coercition.

La coercition provient du système économique et du système politique en place, pour peu que l'un ou l'autre ou les deux soient coercitifs.

Le système économique capitaliste est coercitif. Le système politique démocratique est coercitif (même sous sa forme directe, et même si on applique le principe d'unanimité).

Mais ce n'est pas l’État qui est coercitif en lui-même.

L’État est la matérialisation de l'organisation sociale : c'est l'organisation sociale qui peut prendre une forme coercitive ou pas.

L’État anarchiste n'est donc pas une contradiction, contrairement à l’État libertarien ou anarcho-capitaliste.

11:40 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg