13/02/2014

Les différents types de militants



D'après mon expérience personnelle au sein des partis et des organisations politiques (c'est à dire, pas uniquement au sein du mien propre), je pense pouvoir tirer quatre types de militants.

Il y a d'abord le militant au grand cœur, ce militant un peu crédule, un peu naïf, et surtout encore vierge de toute « formation politique », qui ressent dans ses entrailles la pulsion de l'indignation ou de la révolte face à l'injustice ou à l'oppression. Ce militant, je l'ai été dans les premières années de mon engagement (de mes 15 à mes 20 ans je dirais), et je le suis encore bien des fois !

Il y a ensuite le militant religieux, quasiment fanatique, qui verse dans le dogmatisme et ne recherche pas la vérité, mais seulement la réalisation de ses dogmes. Cette posture quelque peu malheureuse, on la retrouve dans certaines sectes politiques (je crains souvent dans certains milieux trotskistes, mais pas seulement).
Le militant religieux ne débat pas, il scande, il n'agit pas de manière rationnelle, mais émotionnelle, au nom d'une mythologie politique.
Ce militant, je l'ai parfois incarné lors de mes tous premiers pas en philosophie politique (j'en suis toujours à mes premiers pas, mais plus aux tous premiers), et mes premiers textes s'en ressentent, y compris sur ce blog.

Et puis, il y a le militant carriériste. Le militant carriériste, je ne devrais même pas l'appeler « militant » car il a déjà tout du politicien. Sa pensée est totalement limitée à ses possibilités de carrière, l'empêchant de tendre vers la vérité et donc de prendre des positions politiques valables. Le militant carriériste agit par opportunisme en fonction du politiquement correct et du consensus dominant, il ne s'oppose pas à l'autorité et évite toute prise de position subversive.
Il m'est arrivé d'avoir des hésitations carriéristes, surtout lorsque j'étais encore social-libéral.

Enfin, il y a le militant que je vais qualifier de philosophe. Je veux dire par là que ce militant recherche la vérité, puis après avoir trouvé ce qui lui paraît être bon et bien, il agit dans le sens de la réalisation de ce bien et de ce bon, sans jamais cesser de remettre l'ensemble de ses positions en question. Ce militant à la recherche évite la posture religieuse aussi bien que le gouffre carriériste. Il est, je pense, la meilleure des transformations possibles pour le militant au grand cœur.
J'essaie d'être ce militant, même si ce n'est jamais facile.

Pour conclure, je tiens à dire que l'on est jamais un seul de ces types de militant, mais toujours un mélange de ces quatre types. Qui plus est, rien n'est immuable et tout le monde peut changer.

19:20 Publié dans Typologie militante | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg