22/11/2014

Libérons les écoles : supprimons l'école obligatoire et étatique



« Si nous enfermons la jeunesse dans de vastes prisons en guise "d'éducation", avec des professeurs et des administrateurs en guise de geôliers, pourquoi alors ne pas nous attendre au mécontentement et à la rébellion de la jeunesse ? »

Murray Rothbard


Depuis quelques semaines, je travaille comme remplaçant au cycle (dans un établissement d’État) avec des élèves de 12 à 15 ans et je n'ai pu que constater que le degré de motivation des élèves équivaut à zéro (et encore je pourras descendre dans les chiffres négatifs...). Cette situation d'absence de motivation crée un climat de conflit entre élèves et professeurs, ces derniers s'efforçant de leur faire ingurgiter de force des contenus qui ne les intéressent que rarement. Résultat, des élèves et des professeurs mécontents et en souffrance, et un gaspillage de temps et de ressources.

Mais cette situation n'est pas le fruit du libre consentement des individus (élèves, parents, professeurs, directions des établissements scolaires), mais bien plutôt le fruit de la coercition autoritaire des bureaucrates et des politiciens qui se sont arrogés le contrôle total sur le système éducatif. Au lieu de laisser la demande en enseignements et en formations rencontrer librement l'offre en enseignements et en formations, la classe politicienne et bureaucratique décide des programmes enseignés et enferme la jeunesse dans des écoles pendant des années et des années, sans demander ni l'avis des élèves, ni l'avis de leurs parents. Le comble étant que l’État contraint les parents à payer, à travers taxes et impôts, pour des enseignements pour leurs enfants qu'ils n'ont absolument pas choisi, au lieu de laisser chacun payer pour ce qu'il choisit volontairement de consommer.

paye-et-tais-toi.jpg




« Tous les enfants seront éduqués dans les écoles de l'Etat. Dans ces écoles, les préceptes de la moralité et de la religion seront inculqués, ainsi que les habitudes de soumission et d'obéissance. 
Les parents ne savent pas comment éduquer leurs enfants. L'Etat, dans sa compassion et sa sollicitude pour leur bien-être, doit prendre en charge les enfants et les placer dans les écoles de l'Etat où leurs esprits et leurs coeurs peuvent être illuminés par la vertu. »

 

Archibald D. Murphey, 
père de l'école publique/étatique en Caroline du Nord


Il est temps d'en finir avec cet archaïsme barbare qu'est l'école obligatoire et le contrôle étatique sur l'éducation, et de laisser les jeunes et leurs parents contracter librement avec des écoles indépendantes et des professeurs autonomes. Que chaque établissement propose divers programmes, diverses formations, qu'il trouve les professeurs disposés à travailler pour lui, que chaque professeur propose ses services aux établissements de son choix ou directement aux élèves et à leurs parents, que les jeunes et leurs parents choisissent librement leur destinée, et que cesse le paternalisme et l'ingérence étatique dans l'autodétermination des individus.



« Tout système éducatif contrôlé par les politiciens et les bureaucrates inculquera tôt ou tard la doctrine de la suprématie étatique. A partir du moment où cette doctrine a été intégrée par les individus, il devient extrêmement difficile de renverser le pouvoir qu'exerce l'Etat sur leur vie. 
Un tel système éducatif, étatique et obligatoire, est donc le parfait modèle d'Etat totalitaire. »

Isabel Paterson

 

 



 

1968 mai Brisons les vieux engrenages.jpg


16:30 Publié dans Education, Système éducatif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

24/05/2013

Du mauvais usage du mot « éducation » ?



Je m'interroge ces temps-ci sur l'emploi du mot « éducation ». On lit souvent en effet ces derniers temps que M. Freysinger va devenir « ministre de l'éducation ».

Pourtant, il me semble bien que le mot « éducation » fait référence à l'activité des parents de transmettre à leurs enfants un certain nombre de connaissances, d'aptitudes, et de valeurs, qui vont forger leur personnalité et leur comportement.
Éduquer n'est-il pas une tâche réservée aux parents ?

Je pense que le système scolaire ne se charge pas d'éduquer des élèves, mais de les instruire. L'instruction publique transmet certes elle-aussi des aptitudes, des connaissances, et des valeurs, mais l'instruction publique est neutre, contrairement aux parents, et agit en toute transparence et impartialité, ce qui n'est pas forcément le cas des parents, qui en outre peuvent se livrer éventuellement à une forme d'endoctrinement plutôt que d'éducation.

Ainsi, je maintiens mon interrogation quant au bon usage du mot « éducation », tant il me semble bien qu''il vaudrait mieux distinguer l'activité éducative des parents, de l'activité d'instruction des professeurs et de l'école. Ce ne sont pas forcément les mêmes connaissances qui sont transmises, ni les mêmes aptitudes, ni les mêmes valeurs, et les méthodes de transmission sont différentes des parents à l'école, sans même parler de la différence de relation qui existe, entre les parents et l'école, avec l'élève.

14:37 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg