11/01/2013

Le capitalisme planifié : réponse à une ancienne énigme



Il y a quelques mois, lorsque j'essayais de comprendre les différents modèles théoriques de production et d'organisation socio-économique, j'avais élaboré un schéma proposant un découpage en 6 modèles : capitalisme de marché, capitalisme planifié, collectivisme de marché, collectivisme planifié, autogestion individualiste de marché, et autogestion collectiviste planifiée.

Si j'avais sans problème réussi à associer à chaque modèle socio-économique un modèle idéologico-politique, j'avais séché sur le capitalisme planifié qui ne semblait correspondre à rien.

En lisant un ouvrage sur Cornelius Castoriadis, je suis tombé sur une analyse du capitalisme qui a résolu mon problème :

"S'il y a bien lieu, pourtant, d'établir un parallèle entre le régime russe [l'URSS] et celui des pays capitalistes occidentaux, c'est parce que ceux-ci cessent d'être, à leur tour, identifiables par les mécanismes de marché concurrentiel et se bureaucratisent.

(...)

L'évolution technologique et la concentration du capital entraînent l'élimination du capitaliste individuel indépendant et l'émergence d'une strate bureaucratique qui organise le travail de milliers de travailleurs dans les entreprises géantes. 

(...)

Les tâches d'organisation, de rationalisation et de planification, qui incombent à la direction d'entreprises multinationales qui intègrent des branches productives multiples et disparates font croître dans ces entreprises un appareil bureaucratique dont les choix stratégiques sont d'autant moins dictés par les lois du marché que le marché lui-même est de plus en plus éloigné des fictions qui le définissent par la concurrence parfaite." 


Jean-Loui Prat

"A la limite de la concentration totale (et, en fait, longtemps avant que celle-ci ne soit atteinte), il n'y a plus de marché véritable..."

Cornelius Castoriadis


Comme on peut le voir dans ces deux citations, le modèle socio-économique que j'appelais capitalisme planifié, n'est que la forme avancé que prend le capitalisme à mesure de son développement.
Ce que l'on appelle capitalisme de marché n'est que la forme primaire du capitalisme, et correspond à cette théorie du marché en concurrence pure et parfaite que tout le monde apprend à l'école, mais qui, à un stade avancé de l'évolution du capitalisme, n'est plus que l'illusion de la réalité économique.

Le capitalisme planifié est donc la forme que prend le capitalisme lorsque la concentration du capital dans peu de mains a atteint un stade si élevé que défaillances et distorsions aux lois du marché ne deviennent plus des erreurs, mais bien des éléments structurels du mode de production.




02:37 Publié dans Capitalisme planifié | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg