01/05/2018

Entretien avec des libéraux : Nicolas Jutzet

 

 

AF. Pourrais-tu te présenter s'il te plaît ?

 

Je viens d’avoir 23 ans. Je suis issu d’une famille nombreuse, de la classe moyenne inférieure, qui vit dans une communauté spirituelle à Chambrelien, une petite commune du canton de Neuchâtel. J’étudie désormais à Saint-Gall, à la HSG. A côté de mes études je suis conseiller général dans ma commune et préside les jeunes libéraux radicaux du canton de Neuchâtel. Par ailleurs, je suis employé à l’association suisse de vente à distance, qui défend les intérêts des vendeurs en ligne. Dans mon temps libre j’essaie de lire un maximum de livres, en tentant parfois de sortir des froides lectures techniques. Etant un grand lecteur de la presse quotidienne (Le Temps, NZZ, Le Figaro, Les Echos, Arcinfo, Liechtensteiner Volksblatt, L’Equipe), j’ai dû volontairement renoncer à un sommeil généreux et suis donc disponible à toute heure, ce qui inquiète légèrement mon entourage... Sur le plan associatif, je suis Local Coordinator pour Students for liberty (SFL), coordinateur romand du mouvement libéral « UP! » et sympathisant du Hayek Club à Zurich et de l’Institut Libéral.

 

 

thumbnail_IMG_4531.jpg

 

 
AF. Comment définirais-tu le libéralisme ?

 

Dans « Libéral en tout, l’actualité de Benjamin Constant », Damien Theillier résume parfaitement ce qu’est le libéralisme pour moi : « Tout ce qui ne concerne que l’individu, toutes les actions par lesquelles il ne nuit pas aux autres, tout ce qui n’empiète pas sur les droits d’autrui est privé, donc libre ». C’est avant tout une philosophie du droit. Assurer la propriété, protéger l’individu, limiter les nuisances de l’Etat et abattre des rentes. Tout part de là, et ensuite on dérive cette vision en l’appliquant aux différentes thématiques. Le libéral au fond, doute de tout. Et il est d’accord de laisser ce doute et cette incertitude exister. Il n’a pas vocation à créer un être humain nouveau, il veut le laisser s’exprimer. Prenons l’exemple de la bureaucratie que la droite combat de manière utilitariste en raison du temps qu’elle « coûte ». Personnellement, c’est la critique de David Graeber qui me parle : la bureaucratie nie la différencie de l’individu et tue sa créativité naturelle en la pervertissant. Je combats l’Etat et le collectivisme pour ces raisons. Mais contrairement à d’autres, je ne cherche pas à déplacer le pouvoir, mais à le limiter, à le diviser. Le principal problème étant qu’il n’est pas légitime dès qu’il sort de son rôle, celui d’assurer les lois « négatives ». En résumé : Les lois sont « négatives », c'est-à-dire appliquées à empêcher les hommes de se nuire, elles seront bornées à deux objets d'intervention limités : 1. Défendre les citoyens contre les agressions extérieures 2. Les défendre contre les agressions mutuelles. Le reste est affaire des individus et n’a pas à être soumis à la tyrannie des majorités.

 

AF. De quel courant du libéralisme te sens-tu le plus proche ?

 

Libéralisme classique, qui tend au minarchisme. Aujourd’hui, je suis proche de la vision de Frédéric Bastiat et de Benjamin Constant.

 

AF. Comment es-tu devenu libéral ?

 

Mon parcours familial m’a très rapidement rendu attentif au fait que la solution venait des individus, de la collaboration entre eux, pas de l’Etat. C’est du moins ce que j’en ai gardé. Le message que souhaitaient envoyer mes parents était sans doute différent. Dans l’âme, j’ai toujours été libertaire. Rapidement, dans mon enfance j’ai éprouvé un besoin profond de sortir du cadre et de jouer avec les limites établies. A 15 ans, lassés de mon hyperactivité et des nombreux problèmes que pose un surdoué en classe, mes parents m’ont envoyés travailler. Ces années de travail en formation duale m’auront forgé une conviction profonde. Le travail paie. Le patron se décarcasse pour son entreprise pendant que les autres s’en sortent avec plus au moins de motivation, en lien avec leur incitatifs à en tirer un profit. On était éloigné de l’image renvoyée par certains milieux. A mes 18 ans, j’ai commencé à m’intéresser au monde politique, notamment suite à la séance d’accueil des nouveaux citoyens de ma commune. Très vite, le discours victimaire et binaire de la gauche m’a fatigué. La xénophobie et la haine, théorisées par d’autres, étaient incompréhensibles pour le jeune homme que j’étais, ayant grandi entouré de personnes d’origines diverses. Le PLR et son étiquette sérieuse m’ont séduit. Ensuite, j’ai lu, par étapes, les auteurs libéraux.                     

 

AF. Quels individus, vivants ou morts, inspirent ton engagement ?

 

Pour les idées : Frédéric Bastiat par sa clairvoyance et sa justesse, comme Benjamin Constant. Pour la politique : Alfred Escher par son courage et son besoin de voir grand. François Mitterand, pour son ambiguïté et sa soif de pouvoir. Grâce à lui, je sais qui je ne veux pas être. Aujourd’hui Emmanuel Macron, me parle par sa volonté de solder la génération des baby boomers, qui nous laisse des dettes et un système collectiviste qui part à la dérive. 

 

AF. Tes livres libéraux préférés ?

 

La Route de la servitude (Hayek), Capitalisme et liberté (Friedman), 1984, La ferme des animaux (Orwell), La Loi (Bastiat), De la liberté (J-S. Mill).

 

AF. Quelles seraient les réformes libérales prioritaires à mener d'après toi ?

 

Refonte du système de santé, avec une véritable concurrence et un retour à la liberté de contracter, légalisation de la vente des drogues, suppression de l’IFD et de la TVA pour redonner des responsabilités et des moyens aux cantons / communes. Rendre l’éducation aux parents, en brisant le monopole de l’enseignement public (« Les objections qu'on oppose avec raison à l'éducation publique ne portent pas sur le fait que l’Etat impose l’éducation, mais qu’il se charge de la diriger »). Introduire une quote-part de l’Etat. De manière générale, limiter le pouvoir, le circonscrire, pas seulement le déplacer.

 

AF. Dans quelle situation nous trouvons-nous en termes d'adhésion au libéralisme au sein des Jeunes Libéraux-Radicaux et du Parti Libéral-Radical ?

 

Je remarque une réflexion intellectuelle assez pauvre. J’avais une haute estime du monde politique au moment d’y arriver. Deux années plus tard, j’ai croisé des gens estimables, parfois réellement brillants, mais globalement assez quelconques sur le fond. La plupart sont là par filiation, par intérêt personnel ou par besoin de socialiser. On y croise des gestionnaires, des opportunistes et des narcisses. Trop peu de grands esprits à la charpente intellectuelle solide. J’ai croisé des hommes qui aiment l’Etat ou la politique, mais presque aucun homme d’Etat. Chez les jeunes, étant donné que le PLR ne fait rien ou presque pour former sa relève, le constat est le même, en pire. J’ai, avec d’autres, enclenché une volonté de faire de la formation à long terme de la jeunesse, pour lui permettre de réfléchir et d’affronter les réalités politiques avec un bagage philosophique plus solide. L’approche purement pragmatique et utilitariste finit par tuer le débat d’idées et fait perdre de sa superbe à la politique. La question qui me hante depuis le début, et à laquelle je n’ai toujours pas trouvé de réponse : un libéral doit-il tenter de changer les choses de l’intérieur ou simplement laisser tomber et utiliser son temps libre autrement ?

 

AF. Quelle devrait être la prochaine initiative que notre parti devrait lancer à présent que la campagne No Billag est terminée ?

 

Après ce premier combat qui voulait redéfinir la place et l’étendue du rôle de l’Etat, nous pouvons et devons en imaginer d’autres. La légalisation et la dépénalisation de la consommation du cannabis par exemple. Introduire un frein à la quote-part de l’Etat me semble par ailleurs urgent.

 

AF. Envie d’ajouter quelque chose ?

 

Rappeler l’héritage que nous laisse Bastiat : « Il faut le dire : il y a trop de grands hommes dans le monde ; il y a trop de législateurs, organisateurs, instituteurs de sociétés, conducteurs de peuples, pères des nations, etc. Trop de gens se placent au dessus de l'humanité pour la régenter, trop de gens font métier de s'occuper d'elle. » Et « Le Socialisme, comme la vieille politique d’où il émane, confond le Gouvernement et la Société. C’est pourquoi, chaque fois que nous ne voulons pas qu’une chose soit faite par le Gouvernement, il en conclut que nous ne voulons pas que cette chose soit faite du tout. Nous repoussons l’instruction par l’État; donc nous ne voulons pas d’instruction. Nous repoussons une religion d’État; donc nous ne voulons pas de religion. Nous repoussons l’égalisation par l’État; donc nous ne voulons pas d’égalité, etc. C’est comme s’il nous accusait de ne vouloir pas que les hommes mangent, parce que nous repoussons la culture du blé par l’État ». En bref, plus d’indépendance individuelle, moins d’Etat.

 

 

 

18:03 Publié dans Entretien avec des libéraux | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Texte et idées à envoyer au PLR; avec un peu de chance et de bonne volonté certains s’en inspireront.

Écrit par : Ioan | 02/05/2018

Répondre à ce commentaire

Je partage vos idées.

Un conseil tout de même...... Menagez-vous! Quelqu’ m’a déconseillé de faire de la politique, il y a quelques années de cela, suite à une proposition d’une libérale :)

Bon week-end

Écrit par : Patoucha | 12/05/2018

Répondre à ce commentaire

la "loi négative" mes fesses

OH MON DIEU TU AS VOLE ...EN PRISON

J'ai volé par nécessité pcq on a supprimé toute aide...


ON S'EN FOUT, EN PRISON! ESPECE DE MECHANT VIOLEUR DE LA LIBERTE ET DE LA PROPRIETE!

Le libéralisme est juste l'association du lion et du renard

Écrit par : FF | 31/05/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.