25/02/2018

Un paradoxe des 70% ?


En Suisse, 68% des journalistes sont de gauche. En France, on sait, pour la première fois depuis 2015, que 73% des professeurs et chercheurs à l'université sont de gauche. On sait aussi que 78% des enseignants français sont de gauche. Concernant les positions politiques des universitaires et des enseignants, autant que je sache nous n'avons tout simplement, et fort malheureusement, pas de données pour la Suisse. Par ailleurs, en Suisse, la gauche représente présentement à l'Assemblée Fédérale 28% du total des sièges, ce qui est aussi exactement la proportion de jeunes à gauche dans notre pays (historiquement ce pourcentage électoral de la gauche est en outre assez stable).

Supposons que nous trouvions en Suisse des données similaires à celles que nous avons concernant les positions politiques des universitaires et des enseignants français (ce qui n'a rien d'évident en soi, je vous l'accorde). Alors nous serions face une situation où environ 70% des formateurs d'opinion (universitaires, enseignants et journalistes) sont de gauche tandis que 70% de l'opinion est du centre ou de droite. Que pourrait-on déduire d'une telle situation hypothétique ? Au minimum, on pourrait alors se demander quelle serait la situation politique si 70% des formateurs d'opinion étaient de droite ou du centre. On pourrait aussi se demander quelles structures dans l'organisation actuelle de la société amènent à une telle situation, notamment en ce qui concerne l'organisation de notre système universitaire, de notre système éducatif et des médias. 

Ce serait en tout cas vraiment intéressant d'avoir des données concernant la Suisse. A noter que dans la catégorie des formateurs d'opinion, on pourrait d'ailleurs aussi ajouter certains types d'artistes (si ce n'est tous). 

 

 

18:21 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Follow the money.

Écrit par : Pierre Jenni | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

C’est un système qui se forme lui même. Les formateurs forment les formateurs et ainsi de suite.

Écrit par : Ioan | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Vos nombreux % ça fait beaucoup plus d'élus (de gauche a droite) que de sièges dans les parlements suisses et français réunis. Pour être de gauche ou de droite, il faut siéger dans un Parlement si ce n'est pas le cas alors c'est probablement un citoyen, un employé, un fonctionnaire, un habitant, etc, mais pas un élu qui siège a la droite, au centre ou à la gauche du président de l'assemblée.

Écrit par : Steve Roeck | 26/02/2018

Répondre à ce commentaire

L'enseignement étant encore (même si c'est à un moindre degré qu'autrefois) ce que l'on nomme un "ascenseur social", il est logique que les formateurs soient plutôt de gauche.
C'est lorsque l'on a déjà acquis une fortune, que l'on cherche en principe à "conserver", que l'on se sent sent de (ou se tourne vers la) droite.
Certains (de gauche) en déduisent qu'il faut plus d'intelligence pour acquérir la fortune que pour la garder, ce qui expliquerait que l'intelligence (mesurée alors en diplômes) choisisse la gauche. Il va de soi que ce pont de vue leur appartient à eux seuls.
Quant aux artistes, ils sont obligés de vivre une certaine schizophrénie, du moins s'ils veulent gagner leur vie, car si leur anti-conformisme ou révolte sociale les place à gauche, ils ne peuvent vivre que de l'argent de la société de droite, à moins de se contenter d'être des artistes subventionnés, évidemment.

Écrit par : Mère-Grand | 26/02/2018

Répondre à ce commentaire

"Que pourrait-on déduire d'une telle situation hypothétique ?" A première vue, on pourrait déjà en déduire que votre hypothèse de base est infondée et que ceux que vous définissez comme des "formateurs d'opinions" ne le sont en fait pas et ont finalement une influence négligeable sur l'opinion de la population.

Écrit par : Jules | 27/02/2018

Répondre à ce commentaire

Cher Jules,

J'y ai pensé évidemment !
Et pourtant, la plupart des régimes autoritaires et totalitaires partent du principe que ce sont bel et bien des formateurs d'opinion puisqu'ils en prennent le contrôle drastiquement. Mais je vous l'accorde, il faudrait vérifier cette hypothèse par des tests empiriques.

Écrit par : Adrien Faure | 27/02/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.