24/05/2016

Entretien avec des libéraux – Joé Fivaz

 

 

Joé Fivaz a 16 ans et il est étudiant en troisième année de maturité avec option économie et droit. Il vit à Genève et est membre des Jeunes Libéraux-Radicaux genevois. Son signe astrologique est balance, sa couleur préférée le bleu et son animal-totem le pygargue à tête blanche.

joé.jpg

 

AF. Comment définirais-tu le libéralisme ?

Selon moi le libéralisme est la philosophie permettant d’exprimer le mieux le potentiel des individus en leur laissant des libertés individuelles, que ce soit dans le cadre économique ou social, tout en définissant strictement les responsabilités de chacun.

AF. De quel courant du libéralisme te sens-tu le plus proche et pourquoi ?

Du libéralisme classique. C’est un peu doctrinaire, certes, mais c’est celui qui me semble le plus équilibré.

AF. Selon toi, le libéralisme est-il un projet politique ou une éthique de vie ? Ou les deux ?

Selon moi, le libéralisme est essentiellement un projet politique, mais il peut tout à fait se transfigurer en une éthique de vie et concerner les comportements sociaux de chacun. 

AF. Comment es-tu devenu libéral ? As-tu toujours été libéral ? Si non, quelles étaient tes positions politiques antérieures ?

J’ai toujours été libéral et toujours de droite. Je dois dire que c’est un peu une tradition familiale, mais je diverge cependant sur de nombreux points avec mes « précepteurs ».

AF. Quels individus, vivants ou morts, inspirent ton engagement ?

Adam Smith bien sûr, Ronald Reagan, Milton Friedman, David Ricardo, Elon Musk et George Soros.

AF. Quelles sont les trois valeurs les plus importantes à tes yeux ?

L’honnêteté, la solidarité familiale et l’ambition.

AF. Ton livre libéral préféré ?

« Capitalisme et Liberté » de Milton Friedman. 

AF. Ta citation libérale préférée ?

« 
Les thèmes fondateurs du libéralisme sont définis : intégrité de l’individu humain, respect de l’autonomie des activités sociales, immanence des règles de la coexistence humaine. »

Monique Canto-Sperber

AF. En tant que libéral, quelle est ton analyse sur la situation socio-économique et politique en Suisse et en Europe ?

Je pense qu’un des points capitaux est la réduction du budget de l’État et cela est parfaitement possible en diminuant ses dépenses et en les optimisant. En effet, il est inadmissible que les fonctionnaires bénéficient de conditions de travail privilégiés : retraite anticipée, moins d’heures de travail, productivité digne des paysans des années 20 en Union Soviétique. Certains impôts injustes tel que l’impôt sur la fortune commerciale paralysent l’économie. Bref, j’ai soulevé là quelques points qui me sont venus à l’esprit, néanmoins j’aurais pu en soulever des centaines d’autres. Le combat pour un pays plus juste, plus libre, plus éthique, est encore long et semé d’embûches.

 

 

 

21:02 Publié dans Entretien avec des libéraux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.