02/03/2016

Les 5 niveaux de trips psychédéliques

 

 

Aujourd'hui Ariel Zerh reprend la plume et poursuit son récit.
Bonne lecture !

Adrien Faure

 

 

On peut distinguer 5 niveaux de "puissance" d'un trip psychédélique. Pour information, ces niveaux ont d'abord été détaillés par Timothy Leary dans son livre "L'expérience psychédélique : un manuel basé sur le livre des morts tibétain".  Ils ont par la suite été repris dans la communauté des drogués, notamment sur Erowid Vault (le plus grand recueil de témoignages d'expériences sur la drogue) et The Shroomery (site de référence sur les champignons hallucinogènes). Je vous propose donc aujourd'hui une traduction de ces cinq niveaux.

 

Niveau 1

Ce niveau procure un effet "défonce" moyen, avec quelques améliorations visuelles (couleurs plus vives, etc). Quelques anomalies dans la mémoire à court terme. La communication entre les hémisphères du cerveau change, ce qui fait que la musique semble "plus profonde". Ce niveau peut être atteint avec des doses moyennes de MDMA et Cannabis, ou avec des doses légères de champignons ou autres psychédéliques.

 

Niveau 2

Des couleurs plus claires, et des visuels (par exemple, les objets commencent à bouger et respirer). Des figures en deux dimensions deviennent visibles en fermant les yeux. Les pensées sont confuses. Des souvenirs peuvent jaillir. Des changements dans la mémoire à court terme font qu'on est continuellement distraits par un enchaînement de pensées. La créativité augmente, car le cerveau arrête de filtrer les pensées. Ce niveau peut être atteint avec de fortes doses de cannabis, de MDMA [NDT : Attention, je rappelle que la MDMA peut être dangereuse à forte dose], des doses légères ou moyennes de psychédéliques (LSD, champignons, mescaline...)

 

Niveau 3

Visuels évidents, tout semble courbé et/ou tordu. On voit des figures et des kaléidoscopes sur les murs, les visages, etc. Présence d'hallucinations légères, comme des visions de rivières qui coulent dans les nœuds d'une surface en bois, ou bien des visions de "perles nacrées" sur d'autres surfaces.  Les hallucinations visibles en fermant les yeux sont maintenant en trois dimensions. Les sens sont confus, synesthésie possible (on peut voir les sons en couleur, etc). Le temps se distord, avec des "moments d'éternité". Ce niveau peut être atteint avec des doses moyennes de psychédéliques, ou avec de très fortes doses de cannabis.

 

Niveau 4

Les hallucinations sont fortes (par exemple, les choses fusionnent entre elles). Destruction ou division de l’ego (les objets commencent à vous parler, ou vous vous rendez compte que vous ressentez des émotions contradictoires de manière simultanée). Perte partielle de réalité. Le temps n'a plus de valeur. Dissociation entre l'esprit et le corps (voyage astral). Mélange des sens. Ce niveau peut être atteint avec de fortes doses de psychédéliques.

 

Niveau 5

Perte totale de connexion visuelle avec la réalité. Les sens ne fonctionnent plus de façon normale. Perte totale d’ego. Fusion avec l'espace, les objets, ou l'univers. La perte de réalité devient tellement sévère qu'elle est impossible à expliquer. Les niveaux précédents sont relativement faciles à expliquer en terme de changements mesurables dans la perception et la façon de penser. Ce niveau est différent puisque l'univers dans lequel ces choses sont normalement perçues arrête d'exister. On atteint une "illumination totale".

En ce qui me concerne, mon chat n'a atteint le niveau 5 qu'une seule fois dans sa vie, et pour ça il lui a fallu prendre 5 fois la dose moyenne en champignons hallucinogènes. C'était... intéressant.

 

Attention, si vous voulez atteindre un nouveau palier, n'oubliez pas :


-De choisir un produit safe, sans overdose possible (mon conseil : les champignons hallucinogènes sont parfaits pour ça. Sinon, le LSD, mais attention il faut ABSOLUMENT le tester avant pour vérifier qu'il s'agit bien réellement de LSD et non pas d'un substitut, potentiellement létal en cas d'overdose ! Plus de 50% du LSD vendu en France n'est pas du LSD !).
-De suivre à la perfection les règles de sécurité*.
-D'avoir une personne sobre et responsable avec soi.

Bonne chance, psychonautes en herbe.

 

Ariel Zerh 

(28 ans)

Son site : ici

 

 *Qui seront prochainement détaillées sur ce blog. AF

 

18:11 Publié dans Drogues | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Trop sommaire et réducteur.
Il y a une différence fondamentale entre le LSD et la Psilocybine.
Lorsqu'on prend un "buvard" on part pour minimum douze heures de voyage. Il est impossible de doser.
Les champignons fonctionnent par vagues de conscience accrue et de retour à notre condition habituelle. C'est non seulement extrêmement intéressant puisqu'on peut analyser en temps réel les sensations, mais c'est aussi beaucoup moins dangereux.

Il est à mon avis ridicule de parler de niveaux dans les effets. Car ce sont les situations qui provoquent ces effets et non pas la substance. Ou du moins dans une moindre mesure.

L'auteur ne parle pas de ce qui est le plus intéressant dans ces expériences, à savoir les relations humaines. Les psychotropes donnent véritablement la faculté de lire dans les pensées. Non pas des mots ou des phrases, mais les intentions. C'est plutôt hilarant d'observer les comportements, les attitudes.
Instantanément nous avons accès non seulement à la véritable intention derrière les mots, mais aussi les raisons de ces mensonges qui ne sont que des protections mises en place, la crainte d'être dévoilé.

Ces substances donnent une confiance naïve et touchante qui permet effectivement l'empathie par la compréhension.
Bref c'est un accès direct aux deux mamelles du Bouddhisme, Boddicitta et Suniata, la compassion et la sagesse (vacuité).

Ces substances sont en principe prises lors de cérémonies ou d'initiations sacrées. Le guide est une nécessité impérative pour le novice. Tenter une telle expérience seul est inconscient. Les risques sont énormes. Certains, sûrs de pouvoir voler, se sont jetés dans le vide.

Il faut lire Castaneda pour tenter de comprendre le caractère initiatique de ces drogues et être prévenu des risques.

Écrit par : Pierre Jenni | 02/03/2016

Les commentaires sont fermés.