13/02/2016

Les piliers de l'Occident

 

 

 Au-delà de l'océan et des plaines glacées du Québec, par-delà la mer de nuages, se dresse, altière et fière, la cité de Toronto.


Incarnation vivante et trépidante du plus poussé des cosmopolitismes, croisement de toutes les cultures et de toutes les saveurs, elle se pare, la nuit venue, de milliers de feux. Ce sont les phares de Toronto.


Colosses multicolores, montagnes de verre pointant le firmament, amoncellements dantesques de métal et de bronze, empilements fantastiques de vies humaines entre-serrés entre les murs de ces gigantesques parallélépipèdes, ce sont les matadors de l'architecture, exhalant leur toute puissance à la face du monde.

 

Seigneurs des cités aux armures rutilantes, ils arborent fièrement bannières irisées et parures rayonnantes, élevant leur front hautain et hyperbolique au devant du simple piéton, réduit à sa mortelle petitesse.


Sublimation randienne du génie créateur ou Tours de Babel filles de l'hybris pécheur, face à elles l'Europe semble provinciale et la Suisse quasi-rurale.

 

Car c'est ici que se dressent les piliers de l'Occident.

 

 

19:02 Publié dans Toronto | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.