10/10/2015

Les libertariens en Belgique

 

 

En francophonie européenne, on retient généralement la publication en 1978 de l'ouvrage Demain le capitalisme1 de l'économiste français Henri Lepage comme l'ouvrage ayant introduit le terme « libertarien » en francophonie. Toutefois, Henri Lepage aurait aussi employé ce terme auparavant dans un article publié en mars 1977 intitulé « Du nouveau en économie-politique : le capitalisme libertarien2 » et Maurice Roy l'aurait repris dans son livre publié la même année Vive le capitalisme3.

Dans le contexte belge, ce sont d'abord des auteurs comme Henri Lepage ou l’écrivain et éditeur Guy Sorman qui ont fait connaître les libertariens américains à la génération de jeunes Belges des années 1980. Puis, la collection Libre-échange aux Presses universitaires de France (1980-1994) et sa publication des œuvres de Friedrich Hayek. Et enfin, la création par les éditions des Belles Lettres de la collection Laissez-faire (1982-1993) qui a entre autres publié les œuvres de Murray Rothbard (création rendue possible par Michel Desgranges, l'ancien directeur des Belles Lettres)4.


Le Parti Libertarien de Belgique (2012)


C'est au printemps 2012, sur
Facebook, que l'idée de fonder un parti libertarien voit le jour. Ses principaux instigateurs sont les Wallons Patrick Smets, Yorick Cool, Pierre-Yves Novalet, Youness El Mouhafidi et Quentin Meunier. Ils se connaissent depuis des années et ont pu rassembler un cercle de libertariens sur le forum liberaux.org. Patrick Smets, politologue de formation et entrepreneur dans le domaine libraire, défend depuis 15 ans les idées libertariennes. Il a été membre du parti réformateur-libéral, ancêtre du Mouvement Réformateur, puis président des étudiants libéraux de 1994 à 1996. Yorick Cool, juriste de formation et chef de projet dans l'informatique, adhère au libertarianisme depuis 10 ans. Il n'était pas membre d'un parti politique avant de participer à la fondation du PLB5. Pierre-Yves Novalet, titulaire d'un master en sciences de gestion et comptable, est libertarien depuis 15 à 20 ans. Il a été membre du parti réformateur-libéral jusqu'en l'an 2000, qu'il a quitté dégoûté6. Youness El Mouhafidi, en formation en ingénierie, raconte7 : « C'est sous l'impulsion de la seconde campagne présidentielle de Ron Paul, en 2007, que j'ai proposé l'idée d'un parti. A l'époque, il y avait beaucoup de réticences sur ce projet. Nous nous sommes rencontrés et avons décidé de lancer une association de défense des idées libérales en récupérant le concept français de Liberté Chérie et également le nom. »

Le Parti Libertarien de Belgique (PLB) est fondé le 11 novembre 2012 à Namur8. Une cinquantaine de personnes sont présentes. Le choix de fonder un parti se réclamant du libertarianisme et non du libéralisme est justifié par le fait que le mot « libéral » est trop associé aux vieux partis de droite et parce qu'il y a déjà cinq partis politiques qui se disent libéraux en Belgique francophone. Il y a donc volonté de la part du parti de se démarquer. En outre, le choix du mot « libertarien » est un choix stratégique car il amène le public à s'interroger sur le sens de ce mot et ainsi à découvrir les idées libertariennes.

Cédric Pissoort, l'un des membres présents lors de la fondation du parti, précise cette idée : « Dans un think tank ou autre organisation qui se veut rigoureuse intellectuellement, le mot ''libertarien'' ne se justifie pas tellement que ça, si ce n'est qu'on regroupe généralement le minarchisme et l'anarcho-capitalisme sous ce terme, qui représente donc une mouvance bien précise du libéralisme. Mais pour faire de l'activisme, il vaut mieux utiliser le mot ''libertarien'', même pour défendre des idées libérales classiques. En effet, en Belgique, le mot ''libéral'' est associé au Mouvement Réformateur, une bande de droitiste avec une tendance très marquée pour le keynésianisme en économie9. » Ces mots font écho aux mêmes justifications que celles données par les autres organisations libertariennes.

Le parti vise essentiellement à faire un travail de diffusion des idées10. Le 11 novembre 2013, le bureau du parti a présenté une proposition de programme qui a été adopté unanimement après amendements11. Ce programme est d'orientation minarchiste. Le parti accepte toutefois les libéraux classiques et les libertariens anarchistes. Le PLB est parvenu depuis à fonder quatre sections locales : une à Bruxelles, une à Namur, une à Liège et une à Eupen. Il compte encore en fonder une à Hainaut et une autre dans la communauté germanophone. En mai 2014, il a participé aux élections fédérales12 et obtenu 0,15% en Wallonie et plus d'1% dans la petite région germanophone. Suite à ces élections, un élu germanophone a rejoint le parti, lui permettant d'avoir son premier élu. En juin 2015, le PLB comptait une centaine de membres13.

En dehors du PLB, le mouvement libertarien n'existe pas de manière structurée en Belgique francophone. Il existe simplement quelques libertariens membres du Mouvement Réformateur14 (droite) et probablement éparpillés dans d'autres partis.

En Flandre, plusieurs associations estudiantines sont membres de Students For Liberty. Ce qui n'est pas le cas en Belgique francophone.

 

 

1 LEPAGE Henri, Demain le capitalisme, Librairie Générale Française, Paris, 1978.

2 LEPAGE Henri, « Du nouveau en économie-politique : le capitalisme libertarien » in Réalités, mars 1977.

3 ROY Maurice, Vive le capitalisme, Plon, Paris, 1977.

4 Entretien avec Patrick Smet, président du Parti Libertarien de Belgique, réalisé de septembre 2014 à juin 201.

5 Entretien avec Yorick Cool, cofondateur du Parti Libertarien de Belgique, réalisé en août 2015.

6 Entretien avec Pierre-Yves Novalet, cofondateur du Parti Libertarien de Belgique, réalisé en août 2015.

7 Entretien avec Youness El Mouhafidi, cofondateur du Parti Libertarien de Belgique, réalisé en août 2015.

8 « Le parti libertarien belge officiellement lancé », Contrepoints, 14 novembre 2012.

9 Entretien avec Cédric Pissoort, membre du PLB, présent lors de sa fondation, réalisé entre février et août 2015.

10 « Le parti libertarien belge officiellement lancé », Contrepoints, 14 novembre 2012.

11 « Le Parti Libertarien se présentera aux élections belges », Contrepoints, 12 avril 2014.

12« Le Parti Libertarien aura des candidats aux élections belges de mai 2014 », Contrepoints, 26 avril 2014.

13 Entretien avec Cédric Pissoort, membre du PLB, présent lors de sa fondation, réalisé entre février et août 2015.

14 Entretien avec Christopher Mariën, membre du Mouvement Réformateur, réalisé en mai 2014.

 

 

 

 

14:35 Publié dans Libertariens en Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.