02/10/2015

Existe-il un contrat social libertarien ?

 


Je me permets une petite interruption dans la publication de mon travail de recherche sur les mouvements libertariens en Europe car je voudrais préciser une notion que j'avais abordée il y a quelques temps : celle de la relation entre contrat social et libertarianisme. J'avais suggéré que le projet libertarien anarchiste diffère de l'état de nature hobbesien car il s'agit d'une société se fondant sur un consensus entre individus sur un principe unique, le principe de non agression. Je pense que cela n'est pas faux, mais que cela demande à être précisé. 

Le projet libertarien anarchiste n'a pas besoin d'un consensus entre individus sur le principe de non agression, et, pourtant, il diffère bel et bien de l'anomie hobbesienne.

Comment est-ce possible ?

Car le respect du principe de non agression est la conséquence (l'implication) des mécanismes de libre concurrence qui régentent le marché de la sécurité dans une société sans Etat (sans monopole de la violence légale). Par la mise en concurrence d'une multitude d'acteurs privés, d'agences de protection privées, par les nécessités de minimiser leurs coûts en évitant au maximum le conflit et de garder leurs clients en préservant leur réputation, la décentralisation de la sécurité crée une société respectueuse du principe de non agression. Elle crée un consensus de fait en faveur de la non agression. Il n'y a donc pas besoin de faire intervenir la notion de contrat social dans le projet libertarien anarchiste, mais on peut éventuellement considérer que la situation de non agression émergeant sur un marché libre de la sécurité est un contrat social minimal et tacite en faveur du principe de non agression.


15:19 Publié dans Libertarianisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.