29/08/2015

Comment les grands partis politiques monopolisent le pouvoir à Genève

 

 

A Genève, les grands partis politiques (PLR, MCG, PS, PDC, UDC, Verts, EàG) n'aiment pas particulièrement la concurrence lorsqu'il s'agit de démocratie. Au lieu d'une saine compétition à armes égales, ils défendent un marché politique sans égalités en droits entre acteurs politiques et s'attribuent des privilèges afin de monopoliser le pouvoir et d'empêcher l'arrivée de nouveaux entrants sur le marché électoral.


Cette partitocratie se fonde sur deux grands privilèges.

Premièrement, le quorum de 7% qui joue le rôle de barrière d'entrée en éliminant tous les petits acteurs politiques qui prétendraient entrer sur le marché politique. Il s'agit de protectionnisme politique et d'une distorsion majeure à la concurrence.

Il ne faut pas oublier que c'est en accédant à la tribune que représente le Grand Conseil que les partis politiques ont la possibilité de se faire entendre largement et régulièrement du grand public, puisque toutes ses activités sont relatées avec grand soin par les médias et la presse. Par conséquent, les grands partis politiques ont tout intérêt à maintenir hors du Grand Conseil le plus longtemps possible tout nouvel acteur politique potentiel. D'où l'existence de ce grand privilège que représente le quorum.

 

Deuxièmement, la subvention étatique de 100'000 francs (!!) que se versent généreusement les grands partis politiques chaque année. A cette grasse subvention (que vous payez avec vos impôts braves gens) s'ajoute une prime de 7000 francs par élu, histoire que les plus grands des grands partis politiques aient un peu plus d'argent que les plus petits.

Comment voulez-vous qu'un nouvel acteur politique arrivant sur le marché politique puisse concurrencer ces grands partis politiques, déjà fort connus, ayant l'oreille des médias, qui disposent de toute une infrastructure et de réseaux, si ceux-ci disposent d'abondants moyens financiers octroyés gracieusement par l’État ?!

 

Ces grands privilèges n'ont qu'un seul but : assurer la main-mise d'un petit nombre de partis politiques sur le pouvoir et éliminer toute concurrence.

 

Face à ces écueils artificiels conçus par les grands partis politiques, combien de citoyens honnêtes ont-ils perdu tout désir de s'engager en politique ou toute foi dans la démocratie genevoise au point de rejoindre les rangs bien fournis des abstentionnistes ?

Lorsque quelques centaines de politiciens (moins de 1% de la population) accaparent le pouvoir en s'octroyant des privilèges, ce sont les droits des citoyens et la liberté de la société civile qui sont mis à mal. Une seule solution : nous débarrasser du système des privilèges... ou des privilégiés !

 

 

 

15:34 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Ben vous devez être supporter des Velibéraux (au fait ça existe encore ?) ou du PBD ou des Pirates pour écrire ça ?
Ou alors d'un parti en formation.....
"se verse" svp e-n-t se versent ! :-)
p.l.

Écrit par : pierre losio | 30/08/2015

@Pierre Losio, mon parti, le Parti Libertarien, refuse tout argent de l'Etat (c'est inscrit dans ses statuts) et a intégré la suppression du quorum dans son programme. Il y a des partis qui ont des principes. Tout le monde n'est pas aussi vénal et arriviste que vous !

Écrit par : Adrien Faure | 30/08/2015

Je vois la signature Adrien Faure dans cette liste.
Existe-t-il un Adrien Faure chez les socialistes qui ne serait donc pas le même Adrien Faure que le militant ici qui se réclame membre du Parti Libertarien ?
http://js-geneve.ch/wp-content/uploads/2014/07/Manifeste-1.4-1.pdf
Maquette et coordination
Adrien Faure
Groupe de travail
Caroline Marti
Tristan Pun
Adrien Faure
Jacopo Ograbek
François Courvoisier
Takahiro Takeuchi
Débattu et adopté par :
Amélie Bargetzi, Blerim Barjami, Philippe
Berger, Bryan Chirinos, Adrien Faure,
Sophia Guc, Adrien Haissly, Guilhem Kokot,
Gérald-Gaitan Kome, Muriel Läuchli,
Caroline Marti, Samira Marty, Christian
Merman, Gabriel Millan, Caspar Oertli,
Jacopo Ograbek, Simon Panchaud, Magali
Pittet, Tristan Pun, Camille Reynolds, Ugo
Schneider, Pauline Schnorhk, Robert
Stitelmann, Brice Touilloux.
Mise en page
Tristan Pun
Dernière modification du fichier : le 26 avril 2014

Écrit par : Yanick Toutain | 31/08/2015

Cher Adrien,

Le quorum est un instrument d'efficacité pour limiter le temps que passe les élus à constituer des majorités de décision, donnant ainsi la priorité aux questions qui obtiennent rapidement une majorité favorable, selon le souhait de la population.

Écrit par : Chuck Jones | 30/08/2015

@Pierre Losio : Je ne partage pas du tout les idées d'Adrien Faure mais il ne me viendrait pas à l'idée de lui reprocher une faute d'orthographe, surtout quand on voit les erreurs de syntaxe, de prononciation et surtout des utilisations ronflantes et servies mal à propos de la part certains ténors des grands partis à Genève. La paille et la poutre :-)

Écrit par : grindesel | 30/08/2015

@Chuck Jones, que savez-vous des souhaits de la population ? Vous jouez au médium. Il y aura des majorités favorables à davantage de liberté quand les partis étatistes actuellement au pouvoir ne le seront plus. Voilà tout ce qui compte.

Écrit par : Adrien Faure | 30/08/2015

@Adrien,

Je doute que la population rêve d'un parlement inefficace.
Je doute également que l'absence d'un quorum contribue à diminuer l'influence des partis "étatistes" actuels, le quorum actuel de 7% permettant la représentation de plus de 10 partis différents au parlement.

Écrit par : Chuck Jones | 30/08/2015

@Chuck Jones, l'absence d'un quorum devrait permettre une meilleure représentation de la société civile et inciter les citoyens à se lancer davantage en politique et à former davantage de formations. Une meilleure représentativité des souhaits de la population n'aurait en outre rien d'inefficace.

Écrit par : Adrien Faure | 30/08/2015

heureux de vous l'entendre dire! vous êtes bien seul à tâcler le sujet du financement des élections

le problème de l'opacité & d'absence d'organisation démocratique des financements électoraux devait pourtant être .. abordé depuis les dernières

c'est un fondement totalement non démocratique
un pied dans le ciment de l'ultra-libéralisme
d'un système de démocratie directe fier de se dire unique au monde

pied de son équilibre en sphères financières
qui risque de faire tomber l'équilibre de sa société civile

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 30/08/2015

J'ai partagé un temps votre frustration. L'expérience et le temps m'ont permis de relativiser.
A 19 ans, j'étais réfractaire à l'armée et j'ai passé 6 mois sous les verrous.
Par la suite je me suis dit que j'aurais certainement mieux contribué à réformer le service militaire de l'intérieur. Je ne regrette pourtant pas mon expérience de la prison au pénitencier de Bellechasse avec des détenus de droit commun.
Le quorum est un outil qui garantit que vous constituez une force minimale susceptible d'être représentée au parlement. A vous de faire le travail pour devenir cette force véritablement représentative d'un courant sérieux et convaincant.
A défaut, il vous faudra peut-être envisager, une fois encore, un revirement en faisant le chemin inverse, soit le retour vers des formations gouvernementales afin d'y engrainer vos convictions dans les programmes.
Concernant les libertariens, je vous suggère de rejoindre UP! Schweiz qui doit aussi se battre au niveau fédéral. Une section genevoise serait certainement un plus pour cette formation qui rencontre les mêmes difficultés au niveau national. L'union fait la force.

Écrit par : Pierre Jenni | 31/08/2015

Si vous voulez voir les effets d'un quorum trop bas, sous prétexte que toutes les opinions doivent être représentées, regardez en Israël, où aucune alliance ne peut avoir de majorité à la Knesset sans la contribution de tout petits partis extrémistes, qui du coup monnaient très cher leurs une ou deux voix; comme on dit en anglais, "c'est la queue qui agite le chien".

Écrit par : Alena Hochmann | 31/08/2015

Pourquoi se présenter à des élections ?
Pourquoi réclamer un vote pour être choisi ?
Pourquoi fixer une période de représentation ?
Pourquoi continuer à défendre le mot "démocratie" quand Athénée de Naucratis nous révèle que le DEMOS étaient 21000 propriétaires d'esclaves dominant 400 000 esclaves.

"[272c] Ktésidès rapporte, dans le liv. 3 de ses Chroniques, qu'à la cent dixième[242] olympiade on fit en Attique, sous Démétrius de Phalère, le dénombrement des habitants de l'Attique, et qu'il s'y trouva vingt-un mille Athéniens, dix mille étrangers, et quarante myriades d'esclaves."

http://remacle.org/bloodwolf/erudits/athenee/livre6.htm
Et que cette démocratie était une dictature barbare de 5% dominant 95%
Pourquoi perpétuer ces traditions sur une planète où 20% volent 80% de la population en s'accaparant 83% du PIB mondial en laissant 17% aux 80% restants...
Avec les 20% les plus pauvres se faisant voler 93% de leur revenu normal..
Pourquoi ne pas promouvoir la délégation révocable ?
Pourquoi ne pas appeler les peuple à former des groupes de 25 en désignant UN délégué révocable par groupe de base en faisant récursivité....?
Les Espagnols de la CNT et du POUM avaient de tels délégués de base en 1936 (delegado de grupo)
Les Russes de 1905 avaient des délégués conseillers 1 pour 500. Ce quota proposé par des menchéviks avait été repris en 1917 par ces mêmes mencheviks, les socio-révolutionnaires et les bolchéviks.
C'est le congrès pan-russe de ces députés qui avait donné le pouvoir à une coalition de SR de gauche et de bolcheviks le 4 novembre 1917.
Les Français de 1871 avaient de tels délégués députés révocables. C'est d'ailleurs la principale mesure historique qu'avait prise cette révolution anti-capitaliste.
Pourquoi ne pas construire un gouvernement mondial de 28 délégués mondiaux tous révocables et chacun contrôlé par 250 millions de délégateurs ?
Peut-être que ce refus aurait comme explication cet extrait d'un article précédent (aux commentaires fermés)

"distribution d'un revenu minimum à tous les individus"

http://adrienfaure.blog.tdg.ch/libertarianisme-anarcho-socialiste/
Le refus de donner le pouvoir à chaque Terrien camoufle continuellement la volonté de perpétuer les privilèges. Dont la plupart sont le résultat de l'impérialisme...
Un revenu "minimum" est une ruse des spoliateurs pour perpétuer les distributions inégales....
Le revenu minimum est une ruse INEGALISTE pour perpétuer la SPOLIATION ANCESTRALE....
Un revenu EGALISTE au niveau mondial rendrait totalement absurde l'idée de revenu "minimum".... Si chaque Terrien avait sa part EGALE des fruits des Innovations ancestrales..... le minimum serait aussi le maximum.....
Si tous les humains avaient des représentants révocables..... ils cesseraient sans doute de se laisser escroquer par les idéologues archéo-marxistes et archéo-smithiens prétendant voir dans le travail la source de la richesse....
La source de la richesse, le postmarxisme a braqué les projecteurs sur les Innovations ancestrales....
A commencer par les plus importantes : feu, mots, agriculture, nombres... Qui forment plus de 80% de la richesse...
Si tous les humains avaient des représentants révocables ils exigeraient certainement un revenu LIBREGALISTE de 1000 euros par mois.... l'abolition du salariat qualifié, des diplômes, des droits d'auteurs, et donc la gratuité de l'immatériel.....
Si tous les humains avaient des représentants révocables, ils exigeraient certainement un DROIT D'INVESTISSEMENT de 300€/mois pour décider - sans capitalistes, sans banquiers, sans bureaucratie - qu'elle soit stalino-fasciste ou planiste - où iront les investissements.... et donc sans que ces investissements soient rémunérés directement ou indirectement.....

Écrit par : Yanick Toutain | 31/08/2015

@Adrien

« ... l'absence d'un quorum devrait permettre une meilleure représentation de la société civile et inciter les citoyens à se lancer davantage en politique ... »

A moins de toucher à un symbole idéologique, il me semble, en tant que simple membre d'un parti, membre de famille, et ami intime de plus de 30 ans de plusieurs élus municipaux, cantonaux, et fédéraux, qu'il est beaucoup plus facile, dans un régime que l'on entend usuellement "démocratique", d'obtenir un changement de position d'un parti "étatique" depuis l'intérieur, que de rassembler une majorité de décision au sein d'un parlement autour d'un petit, ou nouveau parti.

Si votre but proclamé est une réforme de la société, vos électeurs sérieux n'attendront pas de vous des changements rapides de la legislation, mais attendront à chaque élection un message clair et uniforme marquant votre différence des autres partis. Qu'importe dès lors que vous réussissiez à gagner un ou deux sièges pour voter de toute façon sur des projets initiés par les partis "étatique"

Si votre but est opportuniste, bienvenue dans la mer des requins, où les autres partis allumeront votre image, vos messages, vos idées, vos arguments comme contre-feu et vous grilleront à chaque occasion venue pour renforcer les leurs.

Écrit par : Chuck Jones | 31/08/2015

Les commentaires sont fermés.