24/08/2014

Le socialisme n'existe pas


Le socialisme est un spectre. Créature désincarnée, il flotte dans les méandres de l'inconscient collectif à la recherche d'une proie, d'un crâne où s'y loger pour imprimer sa marque. Mais le socialisme n'est qu'un nom qui ne désigne rien et tout en même temps. Est-il un ensemble de valeurs sympathiques ? Mais lesquelles, et pourquoi celles-ci et pas d'autres ? Comment bâtit-on autant de systèmes différents se réclamant du socialisme à partir des mêmes valeurs ?


Pendant trois ans j'ai couru après ce fantôme. J'ai poursuivi sa trace à travers des piles d'ouvrages différents dont chaque auteur murmurait son ombre. Litanie, simple dénomination, le socialisme n'a pas de squelette cohérent. Il est un nom propre que l'on accole à certains systèmes pour leur plaisance ou leur joliesse partageuse.

Il se fait tour à tour communauté utopique, marxisme, trotskisme, planisme, stalinisme, interventionnisme, étatisme, communisme, démocratie plus ou moins radicale, conseillisme. Il se présente comme enfant de l'égalité, de l'équité, de la liberté, du partage, de l'organisation, de la justice.

Le socialisme n'est pas une valeur en particulier, il n'est pas plusieurs valeurs différentes ou contradictoires. Il est ce nom que l'on appose sur un système ou un autre. Ces systèmes, eux, existent. Il y a un système trotskiste, un système planiste, un système interventionniste, etc. Mais de système socialiste, point.

Par générosité, je pourrais dire que le socialisme est la classe de tous ces systèmes, la dénomination générale à leur apposer pour les définir collectivement. Mais ce serait m'avancer par trop puisque ces systèmes n'ont pas assez en commun pour cela.

La vérité, c'est que le socialisme n'existe pas.

16:01 Publié dans Socialisme | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

C'est toujours un plaisir de vous lire... Car contrairement à bon nombre de vos coreligionnaires en politique, vous vous accordez le droit à l'hésitation, au doute, voire à l'erreur.

Une heureuse variation relativement aux propos des dinosaures de la gauche qui se sont endormis dans l'attente du grand soir - et ne se sont jamais réveillés. Holenweg, Sommaruga, Salerno, Deneys, Ziegler, et tous les autres, ouvrez les yeux!

Le socialisme n'existe pas, j'en conviens avec vous. Les avatars qui se sont réclamés du socialisme n'étaient que de sinistres farces déviantes et meurtrières. Quel ennui, aussi. Et celui-ci est contre-révolutionnaire, toujours.

Bon. Et maintenant, comment allez-vous vous y prendre pour vivre dans le hic et nunc?

Écrit par : Déblogueur | 24/08/2014

"La malédiction d' Edgar " non pas de Hoover comme dans le roman de Marc Dugain mais bien évidemment de le parcours de l'autre - Edgar Faure.
Le même engouement pour les mots , les phrases, textes cultivés un peu comme les tomates de la Migros "hors sol "au grée du vent qui fait tourner la girouette: d'ou peu émerger un concept, rien n'est interdit.
Absence d'ancrage référentiel qui permet d'identifier la provenance du légume "la traçabilité des mémoires d'Adrien" , mais surtout le terreau , l'état du monde, la société ,ses représentations spectaculaires , sa reproduction, bref ses mécanismes de fonctionnement que le politique a tant de peine à approcher à force de se faire renvoyer dans ses serres maraichères.

Écrit par : briand | 24/08/2014

Les commentaires sont fermés.