21/05/2014

État des lieux des jeunesses de parti à Genève


Dans le cadre de cette période de bilan et de rétrospective que je m'offre (et qui durera encore un certain temps), je propose une petite classification des différentes jeunesses de parti à Genève. Mon propos est moins de mettre en valeur ma propre jeunesse de parti que de proposer au regard extérieur un petit panorama du rapport des forces des jeunesses de parti dans ce canton. Par ailleurs, si certains jugeaient mon analyse erronée, je serais très heureux de recueillir leurs commentaires et leurs données. Enfin, il faut noter que certaines jeunesses de parti sont des sections de leur parti mère, tandis que d'autres (comme la Jeunesse Socialiste Genevoise) sont des sections de leur propre parti (dans notre cas la Jeunesse Socialiste Suisse) affiliées à leur parti mère (ce qui nous donne évidemment une autonomie supplémentaire et une liberté de mouvement supérieur par rapport aux autres jeunesses de parti qui dépendent directement de leur parti mère).

1. Les grandes jeunesses de parti

Il s'agit des jeunesses de parti qui sont les plus actives (au moins une action par mois), les plus nombreuses (au moins 10 membres actifs), et les plus communicantes (au moins une à deux communications par mois aux médias et à la presse).
Dans cette catégorie, on trouve bien évidemment la Jeunesse Socialiste Genevoise avec entre 15 et 20 membres actifs, plus d'une action par mois, et bien davantage que deux communications par mois normalement, mais aussi la Jeunesse Libérale-Radicale (JLR), dont on peut supposer qu'elle s'est inspirée un peu de nous pour certaines choses, avec probablement une quinzaine de membres actifs.

2. Les petites jeunesses de parti

Il s'agit des jeunesses de parti qui sont peu actives (moins d'une action par mois), peu nombreuses (moins de 10 membres actifs), et peu communicantes (moins d'une communication par mois aux médias et à la presse).
Dans cette catégorie, on trouve le Groupe Jeunes de SolidaritéS (qui a le statut formel de groupe de travail, et non de jeunesse de parti), et les Jeunes Démocrates-Chrétiens (JDC).

3. Les jeunesses de parti amorphes

Il s'agit des jeunesses de parti qui sont inactives, inhabitées, et silencieuses. On retrouve dans cette catégorie les Jeunes Vert-e-s (depuis le départ de Julien Cart), la Jeunesse Communiste (malheureusement), les Jeunes de l'Union Démocratique du Centre (JUDC), et les Jeunes du Mouvement Citoyen Genevois (JMCG).

En tout, il y a donc 8 jeunesses de parti à Genève, dont 2 sont vraiment actives, nombreuses, et communicantes, 2 autres le sont un peu, et 4 autres ne le sont quasiment pas.
A noter que tous les autres partis n'ont simplement pas de jeunesse de parti, car ils sont trop petits (et trop faibles) pour être capables d'assurer le financement, le recrutement (nécessaire au tout début du lancement d'une jeunesse), et le soutien à une jeunesse de parti. Le fait de "posséder" une jeunesse de parti est donc le reflet de la puissance d'un parti, et même si une jeunesse de parti peut ne pas toujours servir directement l'ensemble des intérêts d'un parti (lorsque cette jeunesse est particulièrement autonome ou aspire à une position avant-gardiste), elle assure tout de même la formation d'une partie des futurs membres (voire « cadres » disent certains) du parti.

16:59 Publié dans jeunesses de parti | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Votre vie doit être passionante....

Écrit par : davide | 21/05/2014

Franchement ? :-)
Oui

Écrit par : Adrien Faure | 21/05/2014

Les commentaires sont fermés.