15/04/2014

Entretien avec une militante anonyme

AF. A quel groupe social penses-tu appartenir ?


J'appartiens à plusieurs groupes sociaux. Si la question fait référence à mon origine sociale, je dirais que j'appartiens à une couche sociale moyenne. Mes parents sont fonctionnaires.

 

AF. Qu'est ce que la politique et le militantisme pour toi ? Qu'est ce que cela représente à tes yeux ? Pourquoi faire de la politique aujourd'hui ?


Pour moi il y a deux sens à la politique, comme il y a deux classes sociales qui s'affrontent. Il y a la politique qu'on a l'habitude de voir ou d'entendre comme étant de la « politique », c'est-à-dire la « politique officielle » qu'on voit à travers les médias, les élections, les débats télévisés, etc. Cette politique, à mes yeux, n'est que pure mascarade et la plupart du temps ça me dégoûte, il faut que je fasse un grand effort pour m'y intéresser. Car c'est la bourgeoisie au pouvoir qui va tout faire pour conserver l'ordre établi tout en ne cessant de promettre le contraire. Alors que la politique, la vraie à mes yeux, c'est en effet de discuter de ce qu'on veut pour nous, notre société, discuter de comment faire pour y arriver et se donner les moyens de le mettre en oeuvre. Mais cette politique n'est pas relayée par les médias dominants. C'est la politique des travailleurs, du peuple, qui discute, réfléchit et agit pour reprendre le pouvoir (politique justement). Et le militantisme c'est l'acte de faire de la politique du côté de la classe qui veut prendre le pouvoir, c'est-à-dire les travailleurs. Pour moi cela représente une prise en main de son destin, et la tentative de ne plus être passif face à notre présent surtout, mais aussi évidemment à notre futur. Pourquoi faire de la politique aujourd'hui ? Pour les mêmes raisons que hier. Parce que nous sommes loin de vivre dans une société épanouissante pour l'être humain. Alors que c'est ce qu'il faudrait construire pourtant.
 

AF. Qu'est ce que le socialisme selon toi ?


Le socialisme c'est la dictature du prolétariat. C'est la société qui pourrait faire son apparition après la prise du pouvoir par les travailleurs, c'est-à-dire après la révolution. C'est la société de transition qui suivrait le capitalisme et précéderait le communisme (la société sans classes sociales). À mon avis, vouloir le socialisme c'est vouloir le communisme.
 

AF. Comment réaliser ton idéal aujourd'hui ? Par quels moyens ? 



En unifiant la classe ouvrière et en créant un parti révolutionnaire capable de diriger la révolution. Ça parait simple, mais c'est la chose la plus difficile à mettre en oeuvre.
 

AF. Quels individus, vivants ou morts, inspirent ton engagement ?


Mon engagement est inspiré par ma propre expérience de vie. Et pour le reste, je ne sais pas, il y a plein de figures révolutionnaires admirables. Mais je ne répondrai pas à cette question, parce que je me méfie beaucoup du culte de la personnalité. Personne n'est parfait, tout le monde est humain, y compris ceux qui vouent leur vie à transformer la société.
 

AF. Quelles sont les trois valeurs les plus importantes à tes yeux ?


Pourquoi trois ? Je ne sais pas. Rapidement, je dirais : 1. la justice (ce qui comprends plein de choses, comme par exemple la démocratie, l'honnêteté, etc.) 2. la compassion et 3. l'amour (bon, ça ressemble pas mal à la compassion et c'est plus un sentiment qu'une valeur, mais comme c'est important, je tiens à le mettre dans la liste).
 

AF. Envie d'ajouter encore quelque chose ?


Arrêtez de penser que les autres s'en foutent. Arrêtez de penser que c'est pas possible de vivre mieux. Arrêtez de penser qu'il n'y a rien à faire. Arrêtez d'être résigné.

 

 

15:15 Publié dans Entretiens avec des militants | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

bon sens conscience compassion irait pour religion


partage


partage/répartition des biens entre et par tous
bons sens conscience compassion pardon

pardon, comment: en s'efforçant de comprendre, en se mettant à la place de l'autre, en voyant en quoi on provoque... pardon n'étant pas plus laxisme que complaisance

Il existe un groupe vivant en Australie, loin des côtes. Ce groupe est constitué d'êtres qui vivent nus, sainement, naturellement en se comparant à des arbres qui offrent ce qu'ils apportent: échange et partage, donc. Lorsqu'ils sentent leur mort proche, ils vivent un peu à l'écart du groupe en ne se nourrissant plus guère et meurent sans souffrir, meurent "naturellement", somme toute. Ils s'emparèrent d'une femme de carrière venue donner une conférence ou série de conférences. La firent vivre comme eux (la marche, aussi, pieds nus) expliquant à quel point nous nous trompons en lui donnant également la possibilité de réaliser à quel point nous "civilisés" nous trompons, "puons" littéralement! puis lui rendirent sa liberté. Expérience qu'elle rapporta dans un livre dont j'ai oublié le nom. Livre rédigé, terminé: mission accomplie? ou dépendrait-elle de nous aussi? Serait-elle cette mission, réflexion devenue active, "révolution"?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15/04/2014

voilà un commentaire proposé à ta guise de socialo n'y comprenant rien, ne sachant rien et ne parlant pas des subsides réelles déversées

d'un suisse à côté de ta plaque
finançant avec son petit pécule y inclus impôts les études de son jr d'étudiant de fiston suisse également à côté de ta plaque concernant tes réalités, cher gentil nouveau monsieur n'y connaissant rien à rien.

@ toi Jeune monsieur: à ne pas connaître ton sujet, tu arrives à ce résultat: tu humilies les "objets" de ton sujet.
On est suisses. dignes. on survit et on se cherche des terres d'exil: pas question de payer d'avantage par nos vies de classes-moyennes-exclaves, étant donné que nos ancêtres ont payé par une dure vie de labeur et fournir un niveau de vie qui attire le tout chomage de l'Europe (des mios de personnes UE ne pouvant s'établir ni sur les pics rocheux ni dans les creux de vallées suisses).

Car un jour, vous devrez choisir: vous êtes socialiste, mais au prix de qui?

Écrit par : pierre à feu | 15/04/2014

Dites-donc, la courtoisie ne vous étouffe pas Pierre à feu.
Il est un peu hors sujet votre commentaire non ?

Écrit par : Adrien Faure | 15/04/2014

ce n'est pas ce qui étouffe loin de là - question de génération mon cher - sachant que les socialistes de Gve n'ont plus ni les pieds ni l'esprit dans le terrain - l'intellect aussi brillant soit-il ne pouvant combler cette lacune.
Cheeers.

Écrit par : pierre à feu | 15/04/2014

va falloir que je donne mon 07 pour peaufiner!

Écrit par : pierre à feu | 15/04/2014

parce que proposer les commentaires de quelqu'un qui n'a aucun vécu ne vaut rien, ce n'est que de l'instantané. du bullshit

proposer ça en guise de *valeur* fout la honte à tout le vécu de tout le monde.

et non, je ne m'étouffe pas. faut s'y coller

quand personne ne répond,
quand tout le monde s'étouffe à lire ce que ce billet propose comme "témoignage valant acte"

valant quoi?, personne ne sait.

à force de pousser mémère dans les orties, le PS y à jeté l'authentique

Écrit par : pierre à feu | 15/04/2014

@Adrien si vous permettez,écoutez le chant *La Varsovienne* sur youtube et surtout lisez bien les commentaires!

Écrit par : lovsmeralda | 16/04/2014

@ADRIEN oui je sais étant plutôt de nature persuasive je remonte aux crénaux
Au sujet du chant on peut l'écouter sur Youtube
Ceci étant depuis 2007 je lis oh pas forcément en entier vos articles mais vous êtes vous vous-même une seule fois pris par la main et vous disant aujourd'hui Adrien je vais quelque chose mais seul et sans rien demander à autrui et surtout sans avoir peur du regard moqueur des autres? une seule fois? et gratuitement !
Comme par exemple à 11 ans monter sur son vélo foncer dans un camping et demander aux visiteurs de passage s'ils ont des habits à repasser ? bon ok y'a tout ce qu'il faut vous me direz aujourd'hui même des fers à repasser qui ne repasse plus rien/rire
Tandis que le père contant mamours à sa seconde épouse jeune Elvire,éberlué contemple une gamine entrain de repasser des chemises à des anciens D'Indochine venus se détendre en notre pays
Vous écrivez psalmodiez vos théories mais vous ,connaissez -vous vraiment vos propres disponibilités sans toujours accuser ceux qui gagnent leur vie et qui par là même ne vous seront jamais d'aucune aide lors de passages un peu tristounets qui guettent tout un chacun,posez vous les bonnes questions,si vous en êtes capable? ce dont je suis certaine
Allez courage! coupez le nœud avec l'enfance n'a jamais été facile pour personne mais plus vite on le réalise plus vite on se sent beaucoup mieux en harmonie avec soi en premier pour l'être avec les autres
Quittez votre septenat/rire
encore belle journée pour vous

Écrit par : lovsmeralda | 16/04/2014

Purée, ça pue le greenhorn jusqu'ici...un ramassis de jeunes prétentieux sans aucune expérience de vie, qui se la pètent en crachant dans la soupe, en plus!

ça vous dessert, Adrien, ça vous dessert....

Écrit par : cqfd | 16/04/2014

Chers commentateurs, votre grand âge semble vous rendre intolérants envers la jeunesse. Je vous invite à être davantage démocrates, car dans une société démocratique il s'agit de respecter les avis de chacun. Et après tout la jeunesse est solidaire envers vous : elle paie vos soins de santé et votre rente AVS ;-)

Écrit par : Adrien Faure | 16/04/2014

Vous dites : « Le socialisme c'est la dictature du prolétariat. » C’est vrai ! Vous avez raison. Le socialisme est une dictature. Comme toute dictature, elle veut exercer le pouvoir de façon absolue, en confisquant la richesse et le travail des producteurs même si cette voie mène à la ruine.
Car, « les socialistes, c'est comme Christophe Colomb, quand ils partent ils ne savent pas où ils vont et, quand ils arrivent, ils ne savent pas où ils sont. » (Winston Churchill)

Écrit par : Michèle Roullet | 16/04/2014

Hum... Adrien, je ne voulais pas intervenir sur ce post mais... quand je lis ça :

"la jeunesse paie vos soins de santé et votre rente AVS ;-)"

j'ai un peu de la peine à vous suivre.

Nous avons cotisé toute notre vie et avons déjà payé notre AVS et continuons à payer nos soins de santé (bien plus que vous) ainsi que nos impôts qui paient également une grande partie de vos études ;)

Ce que vous payez, vous, les jeunes, c'est l'Etat qui a dilapidé nos fonds et les a mal gérés. C'est une assurance qui s'est avérée incapable de tenir ses engagements, nécessitant l'apport de prestations complémentaires, comme si, le fait que cela sorte d'une caisse différente y changeait quelque chose.

Et comme vous semblez continuer à soutenir cette mauvaise gestion et à payer les pots cassés de gens peu scrupuleux et d'une incompétence économique rare ainsi que de milliards dépensés pour des personnes qui ne font absolument pas leur travail ou des élus qui prennent des décisions totalement inadaptées qui coûtent énormément d'argent en termes de santé, lorsque ce sera votre tour, il ne restera rien du tout.

Que direz-vous ce jour là ?

Je n'ai personnellement rien contre les jeunes, au contraire, j'en connais des tas qui ont un sens du pragmatisme certain tout en ayant une idéologie, mais ils se rencontrent rarement dans la sphère intellectuelle.

Un concept, aussi beau soit-il, ne remplacera jamais une expérience.

Écrit par : Jmemêledetout | 16/04/2014

@Adrien cessez de prendre des vessies pour des lanternes et remettez vos neurones à l'heure terrestre,vous y verrez beaucoup plus clair .Le départ des Khmers Verts Allemands devrait vous y aider!

Écrit par : lovsmeralda | 16/04/2014

La conclusion de la militante anonyme est positive car lorsque l'on déprime on pense exactement comme elle dit qu'il ne faut pas faire: penser que les autres s'en fichent, que l'on ne pourra jamais s'en tirer, qu'il n'y a rien à faire et que c'"est ainsi et pas autrement": rien à attendre, rien à espérer. Bruno Bettelheim, psy, emprisonné dans les camps de concentration allemands a noté que les détenue qui pensaient qu'il n'y a rien à faire sont ceux qui ne s'en sont jamais sortis. Convoqué au bureau par un SS le détenu qui se "voyait" déjà torturé puis mis à mort l'était (toute-puissance de l'imagination, notamment) en revanche, celui qui se disait qu'il pouvait être convoqué pour une raison anodine, celui qui positivait, parfois,tel Bruno, s'en sortait. Les "résignés" furent tous torturés et tués.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/04/2014

Il a quand même du mérite, Adrien. Il tient un des blogs les plus intéressants et originaux de la TDG, et il doit se coltiner les commentaires d'une folle sénile, d'une vieille peau aussi sotte qu'auto-satisfaite, et d'un quarteron de râleurs qui seraient plus à leur place accoudés à un zinc en train de contempler leur douzième bière de la journée. Comme réactions, c'est pas ce qu'on fait de plus gratifiant.

Écrit par : Plouf | 16/04/2014

Et vous-même, Plouf?
Indiscutable, parfaite, irréprochable, incontournable?

Adrien n'est-il pas en âge de se défendre et, s'il le souhaite, de "prendre le risque" de ne pas publier tel ou tel commentaire...

Jean-Noël Cuénod, par exemple, qui acceptait de publier moults stupidités concernant ses articles un beau jour a fait savoir à ses lecteurs que, désormais, il entendait "serrer la vis"!

Écrit par : Alix | 17/04/2014

"Et vous-même, Plouf?
Indiscutable, parfaite, irréprochable, incontournable?"

Je vous remercie pour cette appréciation sincère.

Écrit par : Plouf | 18/04/2014

Les commentaires sont fermés.