22/12/2013

Du socialisme castoriadien



Le raisonnement suivant est celui qui m'a permis d'arriver à une définition que je trouve valable du socialisme. Il part de la philosophie politique socialiste de Cornelius Castoriadis, mais va au-delà des intuitions du penseur je crois (je n'en suis pas sûr parce que je n'ai lu, loin de là même, tout ce qu'il a écrit sur le sujet).

1. Qu'est ce que l'idéal de Castoriadis ?

Castoriadis définit d'abord son idéal comme étant le socialisme. Il ne me semble pas qu'il emploie le mot « communisme », car ce mot fait alors référence à l'URSS (et pour beaucoup de gens c'est malheureusement toujours le cas).
Mais dans un deuxième temps, Castoriadis trouve plus pertinent d'employer le mot « gestion directe de la production par les ouvriers » ou « gestion ouvrière » pour désigner son idéal. Le but est alors de se distancier des trotskistes qui ne font pas toujours (à l'époque) de différence entre étatisation des moyens de production et socialisme.
Avec l'évolution culturelle des années 60, Castoriadis établit une équivalence (assez évidente certes) entre « autogestion » et « gestion directe de la production par les ouvriers ». En fait, il s'agit non pas d'une équivalence, mais d'un retour à la source d'une implication, car l'autogestion c'est la gestion directe ouvrière généralisée à tous les individus et à tous les secteurs de la vie. On retrouve ici ma définition du socialisme comme étant la gestion du monde par ses usagers (ce qui est logique puisqu'elle découle de ma compréhension de Castoriadis).
Mais Castoriadis va plus loin et établit que l'autogestion n'est rien d'autre que la démocratie la plus radicale et la plus directe possible.

« Qu'est ce qu'une société autonome ? 
J'avais d'abord donné au concept d'autonomie, étendu à la société, le sens de « gestion collective ». 
Je suis maintenant amené à lui donner un contenu plus radical, qui n'est plus simplement la gestion collective (l'autogestion) mais l'auto-institution permanente et explicite de la société ; c'est à dire un état où la collectivité sait que ses institutions sont sa propre création et est devenue capable de les regarder comme telles, de les reprendre et de les transformer. 
Si on accepte cette idée, elle définit une unité du projet révolutionnaire. »


Plus tard, lorsqu'il est très âgé, il affirme qu'il a toujours parlé et lutté pour le même idéal. Ainsi, le socialisme équivaut à la gestion directe ouvrière, qui équivaut à l'autogestion, qui équivaut à la démocratie.
Selon lui, derrière ces différentes manière de désigner son idéal réside un même projet de société, qu'il nomme « projet d'autonomie » ou « projet de liberté ».

2. L'idéal de Castoriadis par rapport l'histoire

« Ce que nous appelons le projet révolutionnaire a été engendré dans et par les luttes des ouvriers, et cela avant Marx (entre 1790 et 1840 en Angleterre et en France). Toutes les idées pertinentes sont formées et formulées pendant cette période : le fait de l'exploitation et de ses conditions, le projet d'une transformation radicale de la société, celui d'un gouvernement par les producteurs et pour les producteurs, la suppression du salariat. »

Castoriadis affirme, comme on peut le voir, que le projet de liberté commence avant Marx, avec le mouvement ouvrier lui-même.
Mais il va aller encore plus loin en affirmant que le projet de liberté commence en fait avec l'invention de la démocratie athénienne, se développe, atteint son apogée sous Périclès, puis sombre. Après un millénaire d'oppression, il renaît avec la Révolution française, puis est porté par le mouvement ouvrier. Enfin, il est successivement porté par le mouvement des femmes (le mouvement féministe), le mouvement des jeunes (le mouvement étudiant notamment), et le mouvement écologiste.

« Nous déchiffrons, ou croyons déchiffrer dans l'histoire effective une signification – la demande d'autonomie. » 


Tout cela me semble très juste et très cohérent. Mais pourquoi devrions-nous nous arrêter là ?
Pourquoi les formes primitives de démocratie pré-antiques ne seraient-elles pas elles-aussi des prémisses au projet de liberté ?

3. Le socialisme/le projet de liberté est universel

Nous avons un projet de société, le projet de liberté, que l'on retrouve dans l'Antiquité, puis à l'époque moderne, et enfin tout le long de l'époque contemporaine avec différents mouvements sociaux.
Je pense qu'il n'y a qu'une manière d'expliquer cela, c'est ce que le socialisme/le projet de liberté est universellement valable, soit valable pour tous les individus, en tous temps, et en tous lieux. Les exemples de Castoriadis ne sont donc que des illustrations de certains moments où le projet de liberté/le socialisme a été réalisé.

4. Qu'est ce que le socialisme ?

Ce projet de société qu'est le socialisme/le projet de liberté semble être un projet collectif, un but à réaliser, une expérimentation collective.
Pourtant, le mouvement ouvrier (pour reprendre l'exemple de Castoriadis) est d'abord et avant tout un mouvement composé d'individus se battant pour un idéal.
Ces individus qui veulent réaliser le socialisme sont appelés « socialistes » parce qu'ils veulent vivre dans une société différente (socialiste).
Donc eux-mêmes sont porteurs de quelque chose : une adhésion aux valeurs de cette société différente. Cette adhésion à ces valeurs signifie que le socialisme est d'abord ça : une adhésion individuelle à des valeurs portant le projet de liberté.
Mais si j'adhère aux valeurs socialistes dans le but de réaliser un projet de société, alors je suis moi-même respectueux de ces valeurs socialistes (de liberté).
Donc le socialisme c'est aussi et d'abord des valeurs impliquant un comportement impliquant une action individuelle. Donc le socialisme est d'abord une éthique individuelle.
Vécue en groupe elle donne des expérimentations collectives (coopératives autogérées, municipalités rouges, jardins collectifs, etc.)
Politiquement elle donne le projet de société socialiste.

18:32 Publié dans Castoriadis Cornelius, Socialisme | Lien permanent | Commentaires (23) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Toi tu n'es pas socialiste tu es un contempteur de la liberté d'expression. Un dangereux fasciste de la pensée contemporaine.

Écrit par : Grégoire Barbey | 22/12/2013

@ Grégoire Barbey

Pour l'instant le danger le plus puissant qui vous guette et qui risque de vous détruire si vous ne prenez pas conscience s'appelle «jalousie». D'autant plus que dans votre cas, sa manifestation ne se justifie en aucun cas.

Écrit par : Machin | 22/12/2013

Merci pour ta glorieuse intervention Barbey.
Je te propose d'aller polluer d'autres blogs ;-)

Écrit par : Adrien Faure | 23/12/2013

Pauvre Adrien toujours aussi déjanté cérébralement ?
Joyeux Noel quand même pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 23/12/2013

"toujours aussi déjanté cérébralement ?"

Entre déjantés, on s'apprécie. Joyeux Noël Lovsmeralda, puissiez-vous continuer à participer à cette plateforme dans l'avenir.

Je ne sais pas si les socialistes fêtent Noël, Adrien, mais disons que je vous souhaite une bonne Saints Karl Marx et Engels...

Écrit par : Plouf | 23/12/2013

Claude Lefort souvent conférencier à l'université de Genève a fondé avec Cornelius Castoriadis philosophe, économiste et psychanalyste français d'origine grecque le groupe Socialisme ou barbarie,
Leurs travaux théoriques sont en effet de toute première importance dans la formation d'une pensée critique radicale.
Actuellement il sort un ouvrage collectif qui recense les 20 grands penseurs critiques radicaux qui ont succédés à cette génération d'intellectuels.
Pot coïtum:
Adrien pouvez-vous ouvrir une souscription qui permettrait d'installer un logiciel transformant la Souris en Sex Toy et l'offrir
Lovesmeralda , dont il semble qu'elle peine à calmer ses nuits d'insomnie .

Écrit par : briand | 23/12/2013

"Pauvre Adrien toujours aussi déjanté cérébralement ?"

Exemple typique du dicton: C'est l'hôpital qui se fout de la charité.

Écrit par : Zy | 23/12/2013

Joyeux Noël à toutes et tous, Lovsmeralda, Plouf, Briand, Zy, et même Grégoire Barbey :-)
Et joyeux Noël aux commentateurs qui passent sur mon blog !

Écrit par : Adrien Faure | 23/12/2013

Sous le Sapin Glauque les crapules prolifèrent: " Il faut avoir bien conscience que le métissage inter-ethnique n’apporte pas de nouveaux gènes mais seulement des allèles. Autrement dit, si l’on mélange les couleurs d’une palette, on obtient un vague caca d’oie ou caca pomme qui a perdu toute diversité. Le racisme implique une supériorité revendiquée par une ethnie par rapport à d’autres ethnies : c’est un jugement qui fait une hiérarchie alors que l’ethnicisme est scientifique. "
C'EST DANS LES CADEAUX DE LA PLATE-FORME
Denis Bloud (11 décembre 2013) à côté de qui Menoud c'est de l'aquarelle
MERCI QUI,? merci Mabut.

Écrit par : briand | 23/12/2013

Merci Adrien et bon bain dans la capsule Space Isis au cas ou car en vous lisant j'ai de plus en plus la sensation d'y trouver des messages dignes de la Néotique ,mais peut-être me trompe-je /rire
tout bon Réveillon

Écrit par : lovsmeralda | 24/12/2013

Madame lovsmeralda nous dirait-elle, de façon nette, en quoi Adrien Faure serait "cérébralement déjanté?" Mai 68, et suite, avait cet idéal de socialisme autogestionnaire puis "les choses rentrèrent dans l'ordre" et nos bons fils à papa réconciliés avec leurs géniteurs reprirent le Droit Chemin... Mais je me demande souvent pourquoi ceux qui travaillent le plus, maladies professionnelles de la partie, sont ceux qui gagnent le moins?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24/12/2013

@Myriam Belakowsly,foin de grandes phrases,Adrien a compris c'est l'essentiel,rire

Écrit par : lovsmeralda | 24/12/2013

Madame lovsmeralda, réveillons ou non, la souffrance, les injustices/maladies y correspondant ne me feront jamais rire comme ne me firent pas rire quelques points tragiques de votre petite enfance, dès trois ans, à nous, vos lecteurs, révélés... et, vous me pardonnerez de vous le dire, mais, suivant votre forme, à l'occasion, la toute grande, les "grandes phrases", miennes?!, en caomparaison sont... roupille de sansonnet... Cuicui donc, de Noël.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24/12/2013

"...foin de grandes phrases,Adrien a compris c'est l'essentiel,rire"

Tout ce qu'elle sait faire Madame "Lovsmeralda" (on dirait un prénom sorti d'une "telenovela" brésilienne) c'est rire.

Risus abundat in ore stultorum..

Écrit par : Pacha | 24/12/2013

@Madame Belakowsky vous comme d'autres n'avez encore pas compris l'esprit scout celui dans lequel nous avons baigné dès la fin de la guerre et ce souvent de père en fils.Humour juif déjanté c'est notre force majeure.
Apprendre le plus rapidement à se débarasser de nombreux dogmes dont la religion,le Scout n'obéi qu'à son instinct de justicier et fait fi très vite de ce que penseront tous les préchis préchas de la planète.
Notre génération qu'elle ait été scout masculin ou féminin a été préparée psychologiquement et militairement pour prévenir d'un troisième conflit au cas ou
Alors voyez que moralement parlant nous n'avons strictement rien à nous repprocher ce qui fait dire à beaucoup de Scouts à tous ceux qui ne connaissent rien à ce mouvement ,faites en autant que nous parceque les tous premiers Cartons du cœur ont été inventés par nos ancêtre et cela fait notre fierté
Adrien aime me titiller ,il me l'a avoué raison qui fait qu'entre nous existe l'ascenseur de la boutade
Sans doute madame Belakowsky ignorez vous la phrase d'Anne Frank,si Dieu existait réellement il n'aurait jamais permi cela .D'autres enfants Polonais attardés mentalement placés en Suisses l'ont aussi pensé,il suffisait de lire la souffrance morale dans leurs regards

Écrit par : lovsmeralda | 25/12/2013

Madame lovsmeralda, sans vouloir vous offenser, je suis moi-même cheftaine scoute (louveteaux), éclaireuse lausannoise et guide de France (éclaireuse) Mon totem, pour la Suisse, est Plouf, pour la France, Hermine. Pour la Suisse, si j'avais pu choisir, j'eusse demandé, à mon/ma chef/fe de patrouille, d'alors, plutôt Casse-Noisette que Plouf... Je connais l'histoire d'Anne Frank et, psrfois, pense exactement comme elle mais ce que je me demande est, d'une part, si nous ne confondons pas "concours de circonstances* avec "volonté divine"... Vous n'ignorez pas, j'imagine, que, dans les Ecritures de la Première Alliance Biblique Ce qui est dit "Dieu" (IHVH ELOHIM ADONAÏ) nous prévient que si nous nous détournons trop de Dieu Dieu nous sera "comme" mort, raion pour laquelle les Ecriture ous appellent toujours au Retour, c'est-à-dire à nous retourner vers Dieu et si nous avons le sentiment de l'avoir égaré en route, je vous dis une suggestion du fondateur du scoutisme, B.P. lui-même: "Si tu as perdu quelque chose (ou quelqu'un) en chemin retourne jusqu'à l'endroit où tu l'avais, puis commence à tourner sur toi-même en élargissant ton cercle: tu retrouverass ce que tu cherches... Je vous inviterai, non pas tant à mijoter une nouvelle réponse qu'à chercher, jusque, au plus profond d vous-même ce qui vous a inspiré votre (à moi) "Mme Belakowsky, foin de grandes phrases(...)?! Etant humaine, je revois à volonté ceci ou cela que j'aurais pu mieux faire, ou autrement voire m'en dispenser en, à l'occasion, épargnant les autres par la même occasion. Mon père, le fondateur de Terre ds Hommes était juif régulièrement traité de youpin dans les rues de Paris, le père de mon mari, juif aussi, fut arrêté, déporté et ne revint jamais. Epargnez-moi, Madame, qui traitez autrui de "déjanté cérébral", vos leçons.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 25/12/2013

Madame Belakowsky nul doute que vous vous méprenez complètement sur ce que j'écris.Et je suis obligée d'en rire vu l'énormité du fromage provoqué par une expression populaire de type jargon ,utilisée très souvent dans certains milieux universitaire qui nous contaminèrent très jeunes
Ancien qualificatif utilisé aussi par d'honorables citoyens lors de soirées scoutes ou nous étions complètement allumées c'est à dire heureuses de vivre et riant à gorges déployées de nos propres bétises d'adolescentes

Écrit par : lovsmeralda | 25/12/2013

@madame Lovsmeralda, votre orthographe incertain , me confirme dans l'idée que vous devriez utiliser le dispositif de votre ordinateur de manière à vous procurer un soulagement quasi immédiat : La souris peut vous être d'une grande aide, à condition de bien savoir la manipuler.
Nous balancer des discours victimaires , manipulant Anne Frank qui n'en demande pas tant est simplement grotesque.
Assumez vos propos , aigris et suintant la naphtaline.

Écrit par : briand | 25/12/2013

@LOVSMERALDA "Notre génération qu'elle ait été scout masculin ou féminin a été préparée psychologiquement et militairement pour prévenir d'un troisième conflit au cas ou"
Votre génération n'a pas fait le nécessaire pour transmettre ces valeurs de prévention de la guerre à la génération suivante.
"Madame Belakowsky nul doute que vous vous méprenez complètement sur ce que j'écris."
Evidemment puisque ce que vous écrivez est complètement abscons.

Écrit par : Fonctionnaire | 26/12/2013

Brave lovsmeralda, elle au moins fait cliquer sur le blog d'Adrien. Les loups et vampires sont sortis de derrière les fagots
très bonne journée Adrien

Écrit par : Gavroche | 26/12/2013

"Brave lovsmeralda, elle au moins fait cliquer sur le blog d'Adrien."

Pas besoin de Lovsmeralda pour cliquer. Lovsmeralda tient la plupart du temps un discours confus, que quelques fois (après décryptage) peut avoir un sens et être même, plus rarement, assez intéressant. Mais elle cultive, pour des raisons x (elle est peut être pleine aux as et pense que les socialistes veulent lui piquer), un grand mépris, voire de la haine gratuite à l'égard des socialistes et de ce fait ses contributions ici sont ceux d'une cruche.

Écrit par : Zorro | 26/12/2013

Si si...c'est pas gentil pour Adrien Faure mais je confirme, elle fait cliquer. Bien souvent sourire, même. Et j'aime à la taquiner tant parfois c'est enfumé.

Allez c'est noël on va bien le tâsser comme elle sait si bien le faire :)

Écrit par : Humour il en faut | 26/12/2013

Fonctionnaire, je ne sache pas avoir lu quoi que ce soit de commentaires de vous. Sur le scoutisme, le fussiez-vous, scout, sous-même, faut-il redire la devise de cet Eclaireur qui "est propre dans sa pensée, sa parole et ses actes" ("propre" disant aussi d'"origine". "authentique".
Après-guerre, les éclaireuses cadettes, Petites Ailes disaient: petite aile, écoute grande aile (ta cheftaine) qui peut s'entendre grande aile, grande âme, soit, Mahatma, comme Gandhi,(en la fête de Noël/Paix sur la terre "SHALOM"), homme de paix.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26/12/2013

Les commentaires sont fermés.