25/11/2013

La société sans propriété



De nos jours, l'apothéose de l'utopie sociale en Suisse peut envisager une économie de marché composée d'entités coopératives autogérées (autrement dit la généralisation de la propriété privée à toutes et tous), éventuellement en y adjoignant un crédit socialisé.
Autrement dit, le socialisme proudhonien (puisqu'il s'agit bien de ça si je ne m'abuse) semble être aujourd'hui ce qu'il y a de plus subversif au politiquement correct.

Bien entendu, d'un point de vue propagandiste, ce programme maximum forcé fait bien l'affaire, surtout quand on sait que le top du top de la radicalité contemporaine à gauche consiste bien souvent à la simple défense des services publics ou à l'étatisation de deux-trois usines.

Toutefois, je prétends qu'on ne gagne pas une lutte culturelle et idéologique sans braver les écoles de pensée dominantes et sans poser quelques esquisses d'alternatives. Car on ne s’extirpera pas du monde capitaliste sans en repenser les fondamentaux.
Et qu'est ce qu'il y a de plus fondamental dans le capitalisme, que la question de la propriété ?

Le marxisme apporte généralement comme réponse que la propriété privée des moyens de production doit être abolie afin de supprimer l'exploitation et l'aliénation des travailleurs.
Mais qu'est ce qu'un moyen de production ?
Les marxistes répondent généralement à cette question qu'un moyen de production est en gros tout ce qui ressemble de près ou de loin à une usine, à de la terre, à des matériaux bruts, etc.
Mais alors ? Un crayon m'est très utile pour produire un graphique, une marionnette pour donner un spectacle de marionnettes...
La vérité c'est que tout est potentiellement moyen de production !
Par conséquent, en bon marxiste, il faudrait supprimer la propriété privée de toute chose.

Généralement, quand on parle alors de supprimer la propriété privée, on sous-entend que l'on souhaite passer à un système de propriété commune.
Cette idée est juste, mais pourquoi garder ce concept, ce mot, propriété ?

La théorie libérale est fondée sur ce concept. Elle se base sur l'idée que l'on se possède soi-même, et qu'ensuite on possède ce que notre propriété sur nous-même parvient à produire.
Cette idée est fausse, car on est soi-même, et on ne peut pas se posséder (X ne peut pas posséder X, X est X).

Je considère que nous n'avons pas besoin de garder ce concept de propriété qui est étranger à notre tradition politique, à l'histoire de la doctrine socialiste.
Nous pouvons fonder notre conception du monde sur un autre concept : celui de gestion du monde par ses usagers.

Sur le lieu de travail, dans l'entreprise, gestion directe de la production et de son organisation par les travailleurs, dans les lieux de formation, dans les écoles ou les universités, gestion directe de la formation et de son organisation par les élèves et les professeurs, dans les espaces de vie communs, dans les lieux publics, gestion directe des usagers de l'organisation de ces espaces, dans les logements, gestion directe par les habitants de leurs lieux de vie, dans les quartiers, gestion directe par les citoyens, etc.

La gestion remplace ainsi la propriété comme fondement de l'organisation humaine.
Autrement dit, ce n'est plus le fait de posséder qui détermine la marche du monde, mais le fait d'exister. Démocratiser l'existence, c'est donc supprimer la propriété.

Quant au fait que certains biens (une brosse à dent par exemple) ne seraient utilisés que par un usager, ce n'est pas un problème, il suffit d'introduire le concept d'usage exclusif de ce bien.
La grosse différence que l'on introduit alors avec le concept de propriété, c'est qu'un droit d'usage est toujours quelque chose de socialement construit, et donc temporellement limité (ce qui fait par exemple particulièrement sens en ce qui concerne les biens fonciers ou immobiliers).

Une société sans propriété est donc envisageable.
La démocratie la plus pure, gestion du monde par ses usagers, en est la clef de voûte.



23:59 Publié dans Société sans propriété | Lien permanent | Commentaires (40) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Une pensée est fausse, dès-lors que l'on s'en contente !!

Écrit par : Corto | 26/11/2013

Adrien, je peux vous envoyez non numéro de compte bancaire ?

Écrit par : Corto | 26/11/2013

a quand la boite d'allumette pour y habiter? déjà qu'une brosse à dent c'est pas facile imaginons la suite
Adrien vous m'inquiétez sérieusement ,rire
bonne journée

Écrit par : lovsmeralda | 26/11/2013

Vous braveriez les schémas de la pensée dominante si vous arriviez à produire des idées réellement nouvelles... Car ressortir un utopiste du XIXe siècle, ce n'est ni nouveau, ni ne bouscule la pensée unique de vos copains de la gauche embourgeoisée...

Il faudra trouver autre chose... Allez, poursuivez vos études.

Écrit par : Déblogueur | 26/11/2013

Déblogueur, un ami soutient justement que l'on n'invente jamais, mais que l'on redécouvre toujours. C'est possible en ce qui me concerne.

Écrit par : Adrien Faure | 26/11/2013

Redécouvrir? D'accord, mais dans ce cas, embrassez la profession d'antiquaire.

Écrit par : Déblogueur | 27/11/2013

Attention Adrien, le socialisme c'est dangereux, si un nouveau staline reprend les commandes de l'internationale, vous verrez ce qu'il fera des utopistes naïfs comme vous l'êtes !!

Couic-couic !!!!!!

Écrit par : Corto | 26/11/2013

je me répète ;

Une pensée ou une idéologie est fausse, dès-lors que l'on s'en contente !!

Écrit par : Corto | 26/11/2013

- "Nous pouvons fonder notre conception du monde sur un autre concept : celui de gestion du monde par ses usagers."

Et quelle est la place des usagers occasionnels ?

Écrit par : Chuck Jones | 26/11/2013

Un monde idéal pour autant que l'humain le soit, idéal et se sépare de sa vénalité.

Un jour, quand la monnaie aura disparu de la planète et que l'humain sera conscient de ses actes et de sa responsabilité vis-à-vis de tous les autres humains, je pense que ce système de troc à grande échelle et bien géré verra le jour, mais ni moi qui suis vieille, ni vous qui êtes jeune, ne le verrons.

Néanmoins, il faut des idéalistes comme vous pour créer le monde de demain et semer quelques graines du futur qui deviendront de grands arbres.

Alors, non, moi je ne vous prends pas pour un utopiste, même si dans la société actuelle c'est inconcevable pour la majorité des cerveaux. Mais ce ne sera peut-être pas toujours le cas. L'humain est ainsi fait qu'il a besoin de grandes catastrophes pour accepter ne serait-ce que l'idée de remettre en question son fonctionnement. Pour pouvoir évoluer, avancer, il les génère lui-même, se piège dans ses propres aberrations par paresse et pour ne plus se laisser avoir le choix de poursuivre.

C'est dans le rêve que toute création a commencé.

Écrit par : Jmemêledetout | 26/11/2013

Jmemêledetout

le problème, c'est qu'il y en a qui n'arrêtent jamais de rêver et en plus à la place des autres, ça s'appelle le totalitarisme !!

Écrit par : Corto | 26/11/2013

Pour revenir sur terre, la solution démocratique avec une gauche et une droite semble ce qu'il y est de plus vivable, l'humanité ne peut pas se fier à sa gauche ou sa droite pour aller droit, elle tourne en rond, par contre, un coup à droite et un coup à gauche empêche bien des dérives !!

Écrit par : Corto | 26/11/2013

@Corto,

Il est bien clair pour moi que les rêves sont faits pour être concrétisés et donc destinés à l'action. Mais cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas laisser le temps au temps, ni que ce soit la même personne qui doive faire les deux. En musique, un bon compositeur n'est pas forcément un bon orchestrateur et vice versa. C'est pourquoi les qualités humaines sont distillées différemment chez 7 milliards de personnes.

Quant à ces clivages, gauche, droite, centre, ils me paraissent bien plus puérils que les rêves d'Adrien. Ces gens là dépensent une énergie folle à se battre les uns contre les autres plutôt que de travailler ensemble et d'utiliser le meilleur de chacun.

Il coulera encore de l'eau sous les ponts avant que l'humanité ne devienne adulte et responsable. Et même probablement par dessus les ponts :-)

Écrit par : Jmemêledetout | 27/11/2013

Adrien, le problème n'est pas la propriété en soi, qui (devrait) récompenser les efforts de ceux qui ont oeuvré à créer de la richesse économique, mais son cumul inter-générationnel. Vous êtes encore jeune, mais avec un peu d'expérience, vous vous rendrez compte que les organisations auto-gérées, de type propriété collective, ne fonctionnent pas (difficulté à prendre des décisions avec un grand nombre d'individus, effort fourni variant d'un individu à l'autre, différence d'ambition d'une personne à l'autre...). Le marché demeure le meilleur moyen d'allouer les resources et celui-ci nécessite la propriété privée.
Le vrai problème se situe plutôt au niveau des conditions d'acccès au marché. Si mon grand-père est un génie, innovateur et dynamique et qu'il obtient de nombreux biens à son nom grâce à ses qualités, il n'y a rien à redire (pour autant que l'on accepte l'idée de méritocratie). Par contre, pour quelle raison pourrais-je moi rentrer dans la vie (dans le marché) en ayant bénéficié de ce qu'il a accumulé? Quel est mon droit naturel à bénéficier d'avantages que d'autres n'auront pas?
Une société juste se devrait donc conserver la propriété privée et de permettre à ceux possédant qualités et faisant preuve d'efforts de s'y épanouir sur le plan matériel. Elle doit par contre prévenir la transmission de ce droit aux descendants, obligeant ainsi ceux-ci à aussi "faire leurs preuves". Une démarche consisterait donc à empêcher par la fiscalité sur l'héritage et les donations la transmission de biens de cette manière. Cette forme d'imposition pourrait aussi remplacer les autres impôts indirects du type TVA qui nuisent à la croissance économique et impactent de façon disproportionée les moins fortunés.

Écrit par : Mark | 27/11/2013

Ah l'inénarrable Adrien! Qu'aurions-nous pour égayer ces jours de bise s'il n'y avait pas son blog pour nous faire rire!

Écrit par : Martin | 27/11/2013

Jmemêledetout, pour ce qui en est des bagarres, pas besoin de partis concurrents, ils se démerdent très bien entre membres du même parti !!

Écrit par : Corto | 27/11/2013

Intéressant. A noter que la Chine fait le chemin inverse avec les terres agricoles depuis les années 80. (droit d'usage exclusif pour 30-40 ans faisant suite à la propriété commune)

Écrit par : Maj | 27/11/2013

Maj, ce que les socialistes appellent "autogestion" c'est simplement des goulags autoritaires qui ne fonctionnent même pas, tant en Chine qu'en ex-urss, les membres des "communautés autogérées" préféraient se suicider !

Écrit par : Corto | 27/11/2013

Adrien Vous dites être répétiteur en vous lisant je remercie le ciel de ne pas avoir d'enfant qui une fois sous votre houlette doivent tenir des propos à obliger les parents à se poser la question ,mais nos enfants sont ils vraiment de nous?
Comme à une époque lointaine ou des universitaires plus très frais car devenus réalistes depuis . mais qui eux aussi inventaient des théories tellement bien torchées que nombre de parents sont tombés comme des alouettes dans leur panneau
Cependant ces jeunes agissaient spontanément ,l'ordinateur et le copié collé n'existant pas
bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 27/11/2013

Ouf, je suis rassuré j'ai au moins le droit à ma brosse à dent ! Pour le reste c'est vrai que c'est aux élèves de choisir les programmes et le travail à fournir, c'est aux ouvriers de décider ce qu'on fabrique, en quelle quantité et comment, et j'en passe. Là ce n'est plus le romantisme éclairé ni l'idéalisme matérialiste mais juste un rêve (ou cauchemar pour certains !)

Écrit par : uranus2011 | 27/11/2013

Idée intéressante.
Elle me permettrai de ne plus devoir travailler. je n'aurais qu'à me poser là ou cela me plait, et me servir ce dont j'ai besoin sur le moment. de ne faire que ce qu'il me plait.
Alors oui a ce monde là-

Écrit par : Milpa Bagen | 27/11/2013

Saint François d'Assise a été à la hauteur de cet idéal que vous tentez de dépeindre. Mais il avait compris, lui, que cette absence de propriété devait nécessairement s'accompagner d'une pauvreté absolue. Lui, il assumait.

Or, en lisant votre billet, j'ai l'impression que vous imaginez qu'une société peut maintenir son niveau de richesse tout en abolissant le droit de propriété. Oubliez! La richesse serait là au début, quand on se la répartirait au moment du changement de système (comme des brigands qui se répartiraient un butin). Mais ensuite elle se tarirait très vite.

Pour optimiser le bien-être général, il faut:
(i) reconnaître que les personnes sont très inégales dans leurs aptitudes, leur envie de bien faire, leur capacité à fournir un effort,
(ii) savoir qu'une grande part de richesse est créée par les personnes qui sont capables d'en créer uniquement parce que celles-ci ont un intérêt personnel direct (soit pour elles-mêmes, soit pour leurs proches et descendants) à faire des efforts de loin supérieurs à la norme, efforts qui font éclater toutes les limites que la protection sociale impose dans le monde du travail (non, vous n'allez JAMAIS réussir à créer de la richesse si vous croyez qu'il ne faut pas travailler plus de 40 heures par semaine), et
(iii) mettre en place, en faveur de ceux qui ne sont moins capables de créer de la richesse, une répartition des richesses qui n'aillent pas jusqu'à décourager ceux qui la créent (donc leur laisser un intérêt suffisant).

Après, il y aussi une question d'attitude philosophique par rapport à la richesse. Il manque tout à l'avare, peu au pauvre, rien au sage. Une personne en tout point moyenne vit, aujourd'hui, sans y avoir le moindre mérite, dans un monde qui lui offre plus que n'avaient les plus grands rois de l'histoire. Beaucoup choisissent de n'avoir jamais assez. Pas seulement les riches.

Écrit par : Raphaël Baeriswyl | 27/11/2013

@Corto :

Je vous l'accorde, mais cela démontre assez clairement que l'humanité qui devrait en être au début de l'adolescence n'en est en réalité qu'à l'école maternelle :-)))

C'est pourquoi je disais que cela prendrait beaucoup de temps, excepté une grosse catastrophe qui pourrait accélérer le processus de conscientisation.

Cela n'empêche pas que les idéalistes, philosophes, artistes et autres trublions de nos concepts surannés doivent semer les graines, même si les arbres ne pousseront que dans 1000 ans !

Sinon, même la recherche fondamentale serait exclue, et ce chercheur ramassant un petit bout de papier par terre, idée jetée par un autre, ne se dirait pas : "Ah tiens, c'est une idée intéressante, je vais creuser".

Les humains veulent tout, tout de suite, sans tenir compte du temps nécessaire à l'évolution pour en accepter l'idée et la mettre en pratique. Mais ce n'est pas comme cela que ça fonctionne.

Ecarter une idée sous prétexte qu'elle n'est pas réalisable dans l'immédiat, n'est pas réaliste justement.

Les rêveurs sont les sauveurs du futur, il faut arrêter de croire que la vie s'arrêtera le jour où nous serons morts, notre descendance ad lib, elle, continuera le chemin. Or, cela semble bien difficile pour l'humain de comprendre qu'il n'est pas le centre du monde, ni qu'il coupe la branche de l'arbre sur lequel il est assis.

J'ai moi-même parfois "houspillé" gentiment Adrien sur son manque d'enracinement et d'expérience de la vraie vie. Mais j'y ai réfléchi ensuite avec une vision plus holistique, et j'ai eu tort de le faire, mea culpa. C'était sans prendre en compte l'espace-temps.

Par contre, il n'a pas encore appris à vulgariser son discours au point de pouvoir toucher la masse et se mettre à la place de la compréhension de l'autre. Trop intellectuel pour que le message passe auprès du commun des mortels. Mais cela ne veut pas dire qu'il ne pourra pas le faire dans le futur, avec l'expérience adéquate. Car c'est la masse qui est concernée dans ce discours, il sera bien obligé, tôt ou tard, de simplifier s'il veut établir une connexion avec la conscientisation plurielle ou accepter l'idée que son idée sera reprise par des personnes plus aptes à communiquer.

C'est un défaut de jeunesse. Il ne sera pas toujours jeune. Il faut laisser le temps au temps.

Écrit par : Jmemêledetout | 27/11/2013

"C'est un défaut de jeunesse."

Quand on a vingt ans on a toujours raison.

La question de la propriété fait bien sûr réagir tous les vieux crabes qui ont peur pour leurs "propriétés". La débilité des réponses est inversement proportionnel au nombre de ligne de leurs "réponses". Aucun intérêt bien évidemment.

Certaines sociétés ont vécu et voudraient continuer à vivre sans propriété: chacun n'est "propriétaire" ou usager comme l'évoque Adrien que du fruit de son travail. Jamais du champ sur lequel il a fait pousser sa production alimentaire.

Fini les accaparements, les rentes de situation et la plus-value. Sauf que le nombre fait problème. Les sociétés sont devenues si complexes, que l'abolition de la propriété nécessiterait un total renversement des valeurs. Et bien évidemment cette révolution mentale d'abord est hors de portée de petits bourgeois satisfaits confits dans leur médiocrité et qui jouissent de se croire sur le dessus du panier. Y en a point comme nous.

Le crayon, s'il est un moyen de production ne peut en aucun cas à lui tout seul se transformer en moyen de domination ou extraire de la plus-value. Il faut pour cela la mise en oeuvre du travail d'autrui.

A méditer :

"Le travail est la source de toute richesse et de toute culture, et comme le travail productif n'est possible que dans la société et par la société, son produit appartient intégralement, par droit égal, à tous les membres de la société." KM

Écrit par : Johann | 27/11/2013

"La débilité des réponses est inversement proportionnel au nombre de ligne de leurs "réponses"."
Ouf, ma réponse n'est pas la plus courte.

Écrit par : Raphaël Baeriswyl | 27/11/2013

Je n'arrive pas à tout lire, donc désolé pour ce que j'aurais manqué. Trop de commentaires tue le commentaire...
Mark@ Une des motivations de ceux qui travaillent beaucoup est de transmettre beaucoup. Comment gérer cela ? Sans la motivation de ces gens-là, nous en serions encore à l'âge de la pierre. En Afrique, si vous voulez, parce que c'est bien le problème de ce continent sans pères...

Écrit par : Géo | 27/11/2013

" ce que les socialistes appellent "autogestion" c'est simplement des goulags autoritaires qui ne fonctionnent même pas, tant en Chine qu'en ex-urss, les membres des "communautés autogérées" préféraient se suicider ! "

Hé oui Corto les entreprises autogérées par les ouvriers après l'abolition de la propriété privée c'est tellement merveilleux pour les socialistes qu' on se demande encore pourquoi ils se sentent obliger de vouloir l'imposer comme unique modèle économique. Si c'est si merveilleux que ça ces coopératives elles devraient être la norme dans nos sociétés ou le choix entre créer des coopératives d'autres formes de raison sociale comme les SA est totalement libre.

Et ils arrivent toujours à ne pas comprendre pourquoi les régimes socialistes virent au despostisme ou à la dictature totalitaire.

D.J

Écrit par : D.J | 27/11/2013

@Johann

Je ne disais pas cela par rapport à la propriété, mais par rapport à la difficulté des intellectuels jeunes, de tenir un discours que tout le monde pourrait comprendre et qui, justement, influerait sur la société future.

Écrit par : Jmemêledetout | 27/11/2013

Ma question consiste à savoir comment vous imaginez pouvoir inculquer cette manière de voir des choses au reste de la population ? En effet, contrairement à vous je crois que l’homme est naturellement plutôt individualiste et donc égoïste et donc, pour que cela change, cela devrait prendre plusieurs générations.

Personnellement, je n’y crois pas mais je pense aussi qu’il est préférable d’être utopiste plutôt que fataliste et même réaliste. C’est les utopistes qui ont fait avancer le monde (que cela soit en bien ou en mal d’ailleurs) et si on n’est pas un peu utopiste et rêveur à votre âge, on ne le sera jamais.

Sauf qu’il ne faut pas confondre ce qu’on aimerait que cela soit et la réalité.

En fonction des valeurs de ceux qui se sont chargé de notre éducation, en fonction de notre passé, de nos expériences, de nos souffrances, de nos découvertes, etc. etc., nous sommes en effet tous différents, très différents.

L’unité est donc un concept à combattre d’autant que par définition elle vient en opposition de cette valeur absolue (selon moi…et beaucoup d’autre, Dieu soit loué) qui est la LIBERTE !

Bon courage pareil !

Écrit par : Vincent | 27/11/2013

"Le travail est la source de toute richesse et de toute culture, et comme le travail productif n'est possible que dans la société et par la société, son produit appartient intégralement, par droit égal, à tous les membres de la société." KM "

Le monde de Johann c'est tout il est beau tout il est gentil. On verra si vous êtes toujours d'accord que se soit aussi tout les membres ( vous compris ) de la société qui devra mettre la main au porte monnaie en cas de pertes sévère ou de faillite pour assumer les impayés des créanciers ( fournisseurs, fisc etc... )

Toujours facile de réclamer le beurre et l'argent du beurre quand l'argent est là. Créer une entreprise c'est prendre des risques avec son argent en investissant. Que ceux qui veulent partager le gâteaux équitablement assument équitablement les même risques ( pertes, mise en poursuite, faillites etc... ).

C'est là qu'on verra qui sont les profiteurs et les malhonnêtes.

D.J

Écrit par : D.J | 27/11/2013

Il est inimaginable qu'une personne physiquement " normale " puisse avoir un cerveau complètement confit une utopie aussi idiote. Adrien arrete d'édudier car, ta vie est en danger et fais toi réviser. c'est très grave.

Écrit par : brun | 28/11/2013

Jmemêledetout, heureusement qu'il n'est que socialiste tendance Graucho, si il avait dérivé dans les eaux troubles de l'udc, nous aurions en face de nous un futur "führer" !!

Écrit par : Corto | 28/11/2013

Ah, je me disais aussi que j'avais bien tort de ne pas être passé dans les parages depuis si longtemps, faut reconnaître qu'on s'y amuse bien, et puis visiblement l'adresse a circulé parmi les libéraux du coin...

L'autre jour sur ILYS un des commentateurs avait ressorti un extrait de l'Argent de Zola, et j'admets n'avoir pas pu m'empêcher d'avoir une pensée pour vous en le lisant. Il y a du Sigismond en vous, Adrien, dans cette dévotion enfiévrée à une utopie collectiviste absolue. Elle est là, à portée de main, on peut la toucher du doigt... Il n'y a plus qu'à l'imposer, et à assujettir gentiment les récalcitrants.

Le plus amusant dans tout ça, c'est que je continue à vous estimer sincèrement intelligent. Vous êtes d'une honnêteté compacte et d'une constance dans l'erreur parfaitement admirables. Un vrai travail vous ferait un bien pas possible, même si c'est un peu plus fatigant que rêver à la société collectivisée parfaite attention. Un travail de sales, tiens, où il faut se battre pour manger en convaincant des gens dont la caractéristique la plus évidente est qu'ils sont entièrement libres de ne pas acheter ce que vous leur vendez... Vous y gagneriez en hargne et en indignation.

Écrit par : Naith | 29/11/2013

@Adrien feriez vous de l'auto -persuasion en écrivant sans cesse et éternellement les mêmes complaintes ou auto-hypnose si vous préférez .Quand à vous lire cela ressemble de plus en plus à une forme de lavage de cerveau

Écrit par : lovsmeralda | 29/11/2013

@ Adrien

« Gagner une lutte culturelle et idéologique en bravant les écoles de pensée dominantes » ! Vous faites un beau révolutionnaire en robe de chambre !

Écrit par : Michèle Roullet | 29/11/2013

@Naith

- « Un travail de sales, ... Vous y gagneriez en hargne et en indignation. »

Vous confondez prêche et prédation.

Écrit par : Chuck Jones | 29/11/2013

A propos de vendre sa camelote, Adrien devrait finir dans une entreprise d'état française, histoire de soutenir les emplois de ses camarades !

Écrit par : Corto | 30/11/2013

Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débile. Réponse débil

Écrit par : Les réflexions de Toto | 30/11/2013

@Michèle Roullet, pourquoi en robe de chambre ?
Je suis avant tout un militant de terrain vous savez.

Écrit par : Adrien Faure | 03/12/2013

@Lovsmeralda, vos critiques sont infondées. Il n'y a ni démonstration de dogmatisme, ni complainte, ni auto-persuasion dans ce texte. Pourriez-vous montrer le contraire ?

Écrit par : Adrien Faure | 03/12/2013

Les commentaires sont fermés.