24/05/2013

Du mauvais usage du mot « a-politique »



On l'entend partout et tout le temps : les parlements des jeunes sont a-politiques, les Indignés sont a-politiques, les jeunes sont a-politiques, les politologues sont a-politiques, bref, tout le monde est a-politique sauf les horribles individus qui osent affirmer leur appartenance à un parti, ou leur adhésion à un corpus x ou y d'idées politiques.

Ce lieu commun est profondément faux.
Les parlements des jeunes organisent des débats sur des questions politiques, et ce faisant, font de la politique. Par conséquent, ils ne peuvent certainement pas être dit a-politiques.
Les Indignés voulaient légèrement transformer l'organisation de toute la société, ce qui me paraît quelque peu politique...
Les politologues traitent de politique ! Comment pourraient-ils être a-politiques.

Ceci pour dire que le mot « a-politique » signifie bel et bien, qui n'est pas politique, qui n'est pas lié d'une quelconque façon à la politique.
Alors évidemment, si on part du principe que tout est politique, alors bien sûr le mot même « a-politique » devient une contradiction, un non sens.

Mais même s'il on accepte que tout n'est pas forcément politique, alors il faut bien quand même admettre que le mot « a-politique » ne doit pas être confondu avec le mot « a-partisan ».
Car c'est de cela dont il s'agit la plupart du temps : d'une non appartenance à un parti ou à un corpus idéologique défini.

Vive le mot « a-partisan » donc, et cessons d'abuser à tort et à travers du mot « a-politique ».

21:36 Publié dans a-politique vs a-partisan | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.