Du mauvais usage du mot « économie »

Imprimer Pin it!



On tombe de manière récurrente dans la presse sur un étrange usage du mot « économie ». Il semblerait en effet que pour bon nombre de journalistes, y compris dans la presse de gauche (aïe), le mot « économie » désigne aujourd'hui les patrons. Ainsi, on lit souvent des phrases telles que : « L'économie et les syndicats s'opposent sur les salaires. »

Pourtant, qu'est ce que l'économie en fait ?
L'économie est-t-elle constituée de patrons ? Certes oui, mais est-t-elle uniquement composée de patrons ? Non, il y a des travailleurs, et qui plus est, il y a bien entendu davantage de travailleurs que de patrons.

Donc, déclarer que l'économie équivaut aux patrons est erroné.

En outre, qu'est ce qui pré-existe ? Le patronat ou les travailleurs ?
Il est évident que l'aventure humaine commence avec le travail, et c'est seulement après que se forme le capital.
Bien entendu, le mot « patronat » lui-même est polysémique. Un autoentrepreneur est-il un patron par exemple ?

Je pense que le mot « économie » devrait désigner patronat et travailleurs, mais que s'il fallait trancher pour savoir si ce mot désigne davantage le patronat ou les travailleurs, je dirais qu'il désigne davantage les travailleurs.
L'emploi de ce mot dans les médias me semble donc problématique, et relève un peu de la propagande en mettant l'accent sur le patronat plutôt que sur les travailleurs.

« Le capital est seulement le fruit du travail et il n'aurait jamais pu exister si le travail n'avait tout d'abord existé. » Abraham Lincoln

Commentaires

  • Adrien, vous parlez sans doute des milliers de milliards déposés par les hauts dignitaires socialistes dans les banques suisses ???

    Voulez-vous des noms ???

  • Oups... s'il vous plaît : pas de délation !

  • La mère de l'ancien premier ministre socialiste grec :

    550 millions d'euros à Genève !!!

    Prouvé !

  • Tu me permettras de te faire le même reproche que celui que tu fais à la presse, que par ailleurs je partage.

    C'est certes un abus de langage que de désigner les patrons par "l'économie". Pire, cela revient comme tu le dénonces à réduire l'économie - un contenu connoté positivement signe de l'activité des gens et de la prospérité de tous qui découle de cette activité- aux patrons et donc à en exclure les autres qui ne sont pas patrons.

    Tu es outré que l'on réduise la positivité du contenu à l'activité des patrons comme si les autres n'apportaient rien à la collectivité par leur propre activité?

    Tu vas être flatté, pour une fois je te donne raison et partage ta revendication: l'économie incorpore tous les agents économiques et leurs échanges, c'est cela qui est la source de notre prospérité.

    Mais, dans ta critique que fais-tu? Tu opposes les "patrons" aux "travailleurs". Ne serait-ce pas là le même travers que celui que tu reproches à d'autres sur le mot "économie"?

    Ton abus de langage consiste ici à confondre les "travailleurs" et les "employés", comme si les employés étaient les seuls à travailler.

    Ta distinction, très marxiste, laisse ainsi entendre qu'il y aurait d'un côté ceux qui travaillent, et de l'autre les patrons, qu'on imagine ainsi par contraste oisif (et donc profitant du travail de ceux qui travaillent?).

    Or c'est faux. Tout comme l'économie ne se réduit pas aux patrons, le travail ne se réduit pas aux employés. Les patrons aussi sont des travailleurs.

    Quelle belle façon d'associer par une subtilité langagière des connotations négatives aux patrons. C'est que c'est congruent avec l'idéologie qui t'anime.

    Te voilà pris à faire exactement ce que tu dénonces. De quoi te plains-tu dès lors?

    Allez, encore un effort, après mettre en évidence les abus de langage des autres, maintenant il te reste à percevoir les tiens. C'est toujours plus difficile

  • Ah oui je ne voyais pas ca comme cela

  • 
    C'est un très bon article. Je serais enchantée d'avoir l'opportunité de lire vos articles à ce propos dans les prochains mois. Ca m'est très très agréable ! Mille mercis !

  • La mère de l'ancien premier ministre socialiste grec :

    550 millions d'euros à Genève !!!

  • @Mais tout à fait,

    http://adrienfaure.blog.tdg.ch/expropriation-de-la-valeur-du-travail-des-travaill/

  • La mère de l'ancien premier ministre socialiste grec :

    550 millions d'euros à Genève !!!

  • Socialisme :

    Environ 200 milliards des 300 milliards de la dette grec sur des comptes à numéros en Suisse !!

    Source : FMI

Les commentaires sont fermés.