09/05/2013

Réformer l'instruction publique



Voici quelques propositions pour réformer l'instruction publique dans le sens du projet socialiste d'une société plus autonome et plus libre.


Réforme du contenu enseigné

1. Renforcement des cours d'éducation citoyenne au cycle.
Dans l'état actuel des choses, ce cours sans structure est une quasi farce où les élèves n'apprennent presque rien. Il faut impérativement que ce cours soit donné par un professeur issu des sciences politiques, afin qu'il puisse offrir un contenu sérieux, et précis. L'apprentissage du fonctionnement des institutions politiques est essentiel si on veut former des citoyens informés. Une dotation horaire d'une heure par semaine en dernière année du cycle (11ème Harmos) me semble par ailleurs un minimum pour ce cours.

2. Création d'un cours d'initiation à la politique au post-obligatoire (en 1ère ou en 2ème année par exemple).
Ce cours enseignerait aux élèves à connaître les enjeux de la politique, les idéologies politiques, et les partis politiques (ainsi que les autres acteurs concernés, par exemple syndicaux ou associatifs), formant ainsi des citoyens intéressés et conscients des enjeux de la cité. Il devrait être donné par un professeur issu de la philosophie (ou éventuellement de l'histoire ou de la science politique).
Deux heures par semaine sur un an me semble le minimum pour ce cours.

3. Renforcement de l'enseignement de l'histoire suisse dans les cours d'histoire (que ce soit au cycle ou au post-obligatoire).
Aujourd'hui, les élèves n'apprennent quasiment rien sur l'histoire suisse, et ne connaissent ni la révolution genevoise, ni l'épisode du Comité d'Olten.

4. Introduction de l'enseignement de l'histoire économique dans les cours d'histoire (cycle et post-obligatoire).
L'histoire économique n'est pas vraiment enseigné aujourd'hui en cours d'histoire, et cela voile aux élèves un pan de compréhension du monde (par exemple, il serait je pense fort souhaitable que les élèves puissent apprendre comment l'Europe en est arrivée là où elle est aujourd'hui, ou autrement dit, comment s'est déroulé son développement économique, et comment a pu se faire la Révolution industrielle, phénomène unique dans l'histoire de l'humanité).

5. Introduction de l'enseignement de la sociologie au post-obligatoire.
Cet enseignement existe déjà dans la plupart des pays européens, nous avons simplement du retard à reconnaître l'importance de la sociologie dans la compréhension du monde.

6. Mise à option des mathématiques et du français en 3ème et 4ème année au collège. En effet, rien ne sert de surcharger les élèves de cours qu'ils ne souhaitent pas forcément suivre. 4 ans de mathématiques et de français non voulus, c'est bien trop, 2 ans me semble suffisant pour transmettre un contenu minimal.

7. Réforme du cours d'éducation sportive qui devra proposer des modules à options dès le cycle jusqu'au post-obligatoire.
Il est absolument abusif de demander aux élèves de faire tout et n'importe quoi avec leur corps. Un tel modèle à modules contraindra les professeurs à faire preuve d'originalité et à se renouveler pour proposer du contenu attractif.


Réforme de l'organisation disciplinaire

1. Suppression de la pénalisation et de la sanction de la non présence des élèves aux cours (au cycle et au post-obligatoire).
Il est absurde qu'une classe soit complètement stoppée dans ses activités parce que certains élèves ne sont pas intéressés par le contenu des cours. Par conséquent, il faut accepter que les élèves peu motivés par le contenu d'un cours ne soient pas toujours présents à celui-ci. C'est la seule solution que je vois aux gros problèmes de discipline qu'endurent aujourd'hui élèves et professeurs (au cycle). En outre, un élève qui n'assiste pas à un cours se sanctionne lui-même, puisque son contenu devra être rattrapé par lui-même.

2. Facilitation des renvois (au cycle et au post-obligatoire).
Si des élèves ne sont pas intéressés par le contenu d'un cours, mais qu'ils viennent néanmoins à ce cours et y expriment d'une manière ou d'une autre leur manque d'intérêt, il est souhaitable que les professeurs puissent leur demander de partir.
On pourrait se passer des carnets de notation dans ce cas.

3. Suppression des retenues (au cycle et au post-obligatoire).
Le système des retenues est inutile du moment que les élèves n'assistent pas contraints à des cours qui ne les intéressent pas, car ils ne causent plus de problèmes disciplinaires.


Réforme de l'organisation de la gestion de l'enseignement

1. Création d'une Assemblée générale des élèves dans chaque établissement (dont les tâches administratives seraient gérées par un comité élu) dont tous les élèves seraient automatiquement membres (au cycle et au post-obligatoire). Cette Assemblée déciderait de l'organisation de la vie de l'établissement en collaboration avec les professeurs (qui sont déjà réunis au sein de la FAMCO et de l'Union), et avec des représentants du Département de l'instruction publique (mais aucun des trois acteurs ne pourraient l'emporter sur les autres, ils devraient avoir chacun 1/3 des voix).
L'ensemble des Assemblées générales des élèves seraient réunies au sein d'une Fédération.

2. Participation des élèves à l'élaboration des programmes d'enseignement, à travers des commissions réunissant des délégués des professeurs (les Responsables de discipline) et de l'Assemblée générale des élèves, et de représentants du Département de l'instruction publique.

3. Suppression de la Direction de chaque établissement. Ses membres s'occuperaient uniquement des tâches de gestion, et seraient soumis aux décisions prises par les élèves, les professeurs, et les représentants du DIP.


NB : Je sais que je suis plutôt ambitieux avec les élèves (très jeunes) du cycle. Il est possible qu'il soit plus facile de commencer par réformer le post-obligatoire, avant le cycle. 

18:13 Publié dans Instruction publique | Lien permanent | Commentaires (38) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Et pourquoi ne pas demander que les élèves notent les professeurs tant que vous y êtes...? Et qu'en fonction de ces notes les professeurs soient plus ou moins rémunérés... On pourrait peut-être aussi demander aux élèves d'assurer les cours? Cela ferait de belles économies!

Et tiens vous préférez la sociologie à l'économie, reléguée à une histoire... C'est intéressant comme priorité. N'est pas marxiste qui veut.

Dans le post-obligatoire, y a-t-il des problèmes de discipline? Il me semble qu'il est facile pour un professeur de renvoyer un élève. Est-ce que je me trompe?

Écrit par : Johann | 10/05/2013

@Johann, quand un élève donne un exposé il donne un cours en quelque sorte. Mais avec l'assistance du professeur.

Je ne suis pas marxiste, vous savez. Mais j'ai beaucoup d'admiration pour Marx et les penseurs marxistes.

Vous avez raison, au post-obligatoire il n'y a pas beaucoup de problèmes de discipline. Quand je parle de réforme disciplinaire il s'agit surtout du cycle.

Écrit par : Adrien Faure | 10/05/2013

Je ne sais pas si vous n'avez pas reçu mon message ou si vous l'avez censuré.

Écrit par : Mère-Grand | 10/05/2013

@Mère-Grand, je ne censure jamais.

Écrit par : Adrien Faure | 10/05/2013

"Mais j'ai beaucoup d'admiration pour Marx et les penseurs marxistes."

Dans ce cas vous devriez quand même donner plus d'importance à l'économie. Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi il n'y a pas de cours d'économie à l'école obligatoire et si peu au post-obligatoire?

Au cycle les élèves sont mineurs et il y a un problème de responsabilité que vous ignorez allègrement. Ce n'est pas être ambitieux, mais irresponsable.


"Je ne sais pas si vous n'avez pas reçu mon message ou si vous l'avez censuré."

Le blog n'est pas modéré et les messages s'affichent immédiatement ou avec un cours délai en cas de code à retranscrire. Il arrive toutefois que la "machine" dysfonctionne et que le message passe à la trappe. Mystères de l'informatique. Ou imperfection des programmes informatiques.

J'ai bien aimé votre réponse sur la question de l'anonymat. Un de ces jours il faudrait écrire qqch sur la volonté de la part de certaines personnes de ficher les gens. Sur la grande majorité des fora us tout le monde utilise un pseudo. Et je n'ai jamais rencontré de tirades moralisantes à la Mabut ou à la Cornu.

Écrit par : Johann | 10/05/2013

@Adrien Faure
Merci, de votre réponse et de votre principe.
Je ne peux pas reconstituer mon intervention. Elle vous reprochait, en gros, ce qui ne vous étonnera pas, de vouloir préparer les élèves à un monde qui n'existe pas et qui n'existera jamais, celui où les tâches ne seront distribuées qu'en fonction des désirs, où nous n'avons pas à nous habituer à nos contraire à effectuer certaines actions ou travaux rébarbatifs en vue d'un bénéfice ultérieur, ou même simplement pour survivre, ou l'économie de nos pays ne sera plus confrontée à celles qui peuvent mobiliser des millions de travailleurs à qui n'ont le choix ni de leur activité ni des conditions dans lesquelles elles doivent s'accomplir.
En bref, de choisir le rêve plutôt que la réflexion rationnelle sur les conditions dans lesquelles l'école pourrait mieux fonctionner sans laisser plus tard les élèves désarmés face aux réalités de leur vie.

Écrit par : Mère-Grand | 10/05/2013

Mais vous dites à peu près n'importe quoi ! Un exemple ? Laisser libres les élèves du CO ( ou du PO ) de ne pas venir aux cours ? Oui, très joli. Mais, sur le terrain, cela consiste à déléguer aux parents le soin de gérer ( ou non) ce paramètre, et donc à renforcer le côté inégalitaire de l'école. Par ailleurs, le problème d'un élève qui ne vient pas à un cours réside le plus souvent davantage dans ce qu'il a fait à la place du cours que dans la perte de contenu impliquée (quoique ?). En autorisant cette liberté, et contrairement à ce que l'on pourrait croire (le diable est dans le détail), on va augmenter le temps de vérification pour les enseignants, augmenter les tâches d'intervention de la police, des services sociaux, médico-pédagogiques...plus tout ce que j'oublie. (Ces réflexions ont déjà été menées et documentées).

Écrit par : Foutchebaul | 10/05/2013

Autrement dit supprimer l'obligation de suivre les cours qui n'intéressent pas l'élève, ne choisir que ce qu'il trouve intéressant, etc... sans compter le fait de diminuer les math, la culture scientifique inexistante et le reste.
Oui à quel monde préparez vous ainsi les élèves : celui du chacun pour soi, je ne fais que ce que je choisis de faire ? celui où l'on peut esquiver les difficultés ? Comment imaginer un seul instant que les élèves soient alors prêts à se prendre en charge pour entamer des études supérieures ?
Le crois que l'auto-gestion (à supposer qu'elle intéresse vraiment tous les élèves) présuppose une formation de base, une sorte de culture minimale dans bien des domaines qui sont loin d'être simples.
Que l'école se concentre sur la transmission des connaissances et les élèves sur leur acquisition (ce qui n'empêche pas d'innover dans le mode de faire).
Ne mettons pas la charrue avant les boeufs !

Écrit par : uranus2011 | 10/05/2013

La première chose à faire c'est, comme au Tessin, leur apprendre l'hymne national. Je sais que cela sera difficile à Genève car la majorité des profs sont socialistes et que l'hymne suisse n'a pas l'importance (certains l'ignore totalement) de l'Internationale que les socialos continuent de brâmer comme du temps de leur "grande illusion" !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 10/05/2013

@Yvan Descloux-Rouiller, pff on ne va perdre du temps à enseigner aux élèves une veille hymne dépassée et ringarde.

Écrit par : Adrien Faure | 10/05/2013

Parce que vous trouvez que l'Internationale n'est pas ringard ? Bon, je sais, pas pour un socialo, c'est toujours votre chant préféré ! Faut évoluer jeune homme. L'école de recrue vous aurait fait un bien énorme, vous auriez appris le respect du pays ! (je sais, cela aussi c'est ringard) !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 10/05/2013

Bravo pour votre engagement et j'espère que vous aurez autant de plaisir que moi lors de votre école de recrue. Je souhaite que vous en gardiez un excellent souvenir et, des années plus tard, vous ferez comme moi, créer une "amicale" et retrouver régulièrement vos anciens camarades pour vous remémorer vos souvenirs. Je confirme que notre Hymne national n'est pas une simple chansonnette quand à l'Internationale cela me rappelle trop les dictatures de l'Est et leurs atrocités.

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 11/05/2013

@Yvan Descloux-Rouiller, je fais mon école de recrue dans deux ans.
J'ai beaucoup de respect pour la Suisse, sûrement davantage que vous puisque je ne le réduis pas à une mauvaise ancienne chansonnette.
L'International est un symbole qui n'a rien perdu de sa vitalité, mais je suis contre son enseignement à l'école évidemment.

Écrit par : Adrien Faure | 11/05/2013

@Johann, vous avez bien raison, je n'y avais pas pensé, mais il faudrait introduire des cours d'économie au cycle ! Merci pour la suggestion.

Sinon vous êtes bien dur de me juger irresponsable. Je crois simplement dans l'autonomie de l'individu.

Écrit par : Adrien Faure | 11/05/2013

" Voilà tout" Ce n'est malheureusement pas ce qui se passerait. Je vous donne un exemple caricatural: un enfant ne s'intéresse pas au cours de sa maîtresse, qui doit lui apprendre à lire et à écrire. Il n'assiste donc pas à ce cours. Dans votre perspective, il va se "former de son côté". Il ne saura pour autant ni lire, ni écrire. Quel dommage ! On peut postuler l'existence d' un goût pour l'étude. Mais n'est-ce pas un phantasme humaniste ?

Écrit par : foutchebaul | 14/05/2013

@Foutchebaul, les élèves se formeront de leur côté quand ils n'assisteront pas à un cours qui ne les intéresse pas. Voilà tout.

Écrit par : Adrien Faure | 11/05/2013

@Uranus2011, mais vous avez raison pour une chose : cela vaudrait la peine que l'école primaire prépare les élèves à leur vie et à leurs études au cycle, qu'elle les prépare à leur autonomie.

Écrit par : Adrien Faure | 11/05/2013

"@Johann, vous avez bien raison, je n'y avais pas pensé, mais il faudrait introduire des cours d'économie au cycle ! Merci pour la suggestion."

Oui, au même titre que l'histoire, la géographie ou la biologie. Cela pourrait commencer par remplacer l'initiation ou la sensibilisation au suisse-toto. Parce que plus stupide... comme s'il n'y avait qu'un seul dialecte. Et les journaux d'outre-Sarine sont écrits en Hochdeutsch.


"Sinon vous êtes bien dur de me juger irresponsable. Je crois simplement dans l'autonomie de l'individu."

Désolé si je vous ai fait de la peine. Quand l'autonomie de l'individu s'acquière-t-elle? Toute la question est là. Et pas pour tout le monde en même temps. Qui a une idée précise de ce qu'il veut faire plus tard et quand cette idée lui vient-elle? Cela fait un certain temps que je n'ai pas fréquenté le cycle, mais les échos que je peux en avoir par des amis ne m'incitent guère à être optimiste dans votre sens.

Si vous voulez une instruction et une éducation correctes, il me semble que vous avez oublié un préalable : supprimer la télévision à la maison. Actuellement c'est le grand éducateur après la démission des parents. Duval en donne un exemple tout récent. Cette démission des parents a aussi des causes. Un système capitaliste aliénant, déshumanisant, qui n'est tout simplement pas à taille humaine. Il obéit à une logique de la marchandise et non à une logique de l'humain. Il suffit de regarder comment le territoire se structure.

Écrit par : Johann | 11/05/2013

Joahnn, totalement d'accord sur la suppression de ce ridicule apprentissage du suisse-allemand ! J'aurais dû en parler d'ailleurs.

Ne pourrions-nous pas viser une école primaire qui donnerait aux élèves les moyens d'être autonomes et de s'auto-former ? Mais peut-être les élèves sont-ils trop jeunes... Je ne le pense pas, cela vaut la peine d'être ambitieux.

Concernant la télévision vous vous trompez de génération, les jeunes d'aujourd'hui sont sur l'ordinateur, pas devant la télévision.

Écrit par : Adrien Faure | 11/05/2013

"Ne pourrions-nous pas viser une école primaire qui donnerait aux élèves les moyens d'être autonomes et de s'auto-former "? Pouvez-vous nous donner la recette? J'ai de la peine à vous suivre...comment voulez-vous "batir" une structure sans donner les bases qui le permettent?

Écrit par : Duval | 11/05/2013

"Ne pourrions-nous pas viser une école primaire qui donnerait aux élèves les moyens d'être autonomes et de s'auto-former ? Mais peut-être les élèves sont-ils trop jeunes... Je ne le pense pas, cela vaut la peine d'être ambitieux."

Pour que les élèves deviennent autonomes encore faudrait-il leur montrer l'exemple et les éduquer autrement que devant un écran. Bref, vous voulez changer de société. Et là, je serai d'accord avec vous.


"Concernant la télévision vous vous trompez de génération, les jeunes d'aujourd'hui sont sur l'ordinateur, pas devant la télévision."

Vous seriez sans doute surpris. Mais bref, je n'ai pas de statistiques à proposer. Et de toute façon, c'est devant un écran. Alors si c'est pour s'adonner à certains jeux guerriers (bel apprentissage pour la manipulation de drones, n'est-ce pas? ça c'est de l'auto-formation!) ou pour aller tchater sur internet au risque de tomber sur un pédophile, ce n'est guère mieux que la télévision. C'est déjà devenu une habitude de présenter un devoir en faisant du copier coller. (Les adultes ont donné l'exemple.) Belle façon de devenir "autonome" et de "s'auto-former". Et apprendre à apprendre, n'est-ce pas la nouvelle pédagogie... au détriment du contenu?

Écrit par : Johann | 12/05/2013

@Johann, vous vous méprenez quelque peu sur les activités des geeks :-)
A l'occasion de ferai un billet dessus, ce serait original^^

Écrit par : Adrien Faure | 12/05/2013

@Duval, il faudrait que les professeurs entraînent les élèves à faire des recherches par eux-mêmes (ils le font déjà bien sûr, par exemple avec les exposés) et les poussent à trouver des sujets (des champs d'étude même) qui les intéressent.

Écrit par : Adrien Faure | 12/05/2013

.....jeune homme, l'hymne national n'est pas une mauvaise chansonnette, et est inclus dans le programme obligatoire de l'école primaire, au même titre que le "cé que l'aîno" à Genève.

Il n'y a rien de ringard à savoir l'hymne national de son pays.C'est une question de culture générale.

Ensuite, votre programme scolaire revisité semble parfait pour faire des homos politicus dont vous semblez penser beaucoup de bien...mais les humains n'aspirent pas tous à la politique, pour ma part, je pense même que seuls les roublards et les ego-ambitieux réussissent dans cette matière...
Maintenant, qu'il faille repenser l'école, c'est une évidence, car la société évolue, l'école doit donc s'adapter pour rester à jour avec le monde actuel...
Mais vos solutions....me laissent pantoise...
Bonne journée

Écrit par : mylady | 12/05/2013

@Mylady, je maintiens que l'hymne national est ringarde et dépassée.
Qu'on en écrive une ou plusieurs nouvelles, plus adaptées à notre temps, voilà la solution.

Oui nous devons former des citoyens Mylady, pas seulement de futurs travailleurs.
Votre vision de la politique est fort triste, mais c'est sûrement le résultat de tous ces carriéristes qui font de la politique pour leur propre intérêt personnel :-(

Bonne journée

Écrit par : Adrien Faure | 12/05/2013

Adrien, ce que vous proposez pour le primaire se fait depuis la nuit des temps. C'est une activités parmi tant d'autres. Mais que faites-vous de toutes les bases à acquérir (français, math, etc.)? Vous avez, me semble-t-il une idée bien étriquée et utopique de l'école (comme du monde d'ailleurs). Outre me dire comment vous verriez cet enseignement, pourriez-vous me dire encore ce que vous entendez par "autonomie" pour les élèves du primaire?

Écrit par : Duval | 12/05/2013

Il est évident, et comment vous le reprocher, que nous n'avez l'expérience ni d'un enseignant ni d'un père de famille. Il n'est donc pas étonnant qu'à ce moment de la vie vos proposition ne reflètent encore qu'un mélange de rêves et d'absurdités, ponctués ça et là de propositions presque raisonnables.
J'aimerais vous entendre dans une trentaine d'années, mais je serai mort et ne pourrai ni dire "je vous l'avais écrit" ni "vous aviez raison et j'avais tort". Vous ferez donc le point vous-même et je vous souhaite avant tout de ne point nuire.

Écrit par : Mère-Grand | 12/05/2013

@Duval, mais oui cela se fait, et c'est fort bien. En réalité je pense que les élèves arrivant au cycle sont déjà suffisamment autonomes pour se prendre en main dans leurs recherches. Le problème est davantage une question de motivation je suppose et de trouver ce qui les intéressent.

Écrit par : Adrien Faure | 12/05/2013

"qu'un mélange de rêves et d'absurdités, ponctués ça et là de propositions presque raisonnables."

Trop aimable Mère-Grand^^

Écrit par : Adrien Faure | 12/05/2013

Adrien,vous ne répondez pas à mes questions...

Écrit par : Duval | 12/05/2013

Oui-da Duval, il faut poursuivre l'enseignement des matières traditionnelles au primaire.
Quant à l'autonomie pour les élèves de primaire je ne dirais pas que cela doit être leur état constant pendant leur formation, mais bien plutôt la finalité recherchée de leur formation. A la fin de la primaire, les élèves devraient pouvoir faire des recherches par eux-mêmes et savoir ce qui les intéressent.

Écrit par : Adrien Faure | 12/05/2013

Eh bien...c'est exactement ce qui se fait actuellement. Sauf, peut-être, que vous êtes un peu ambitieux lorsque vous écrivez "A la fin de la primaire, les élèves devraient pouvoir faire des recherches par eux-mêmes et savoir ce qui les intéressent"...mais, on y travaille...

Écrit par : Duval | 12/05/2013

Mais alors mon cher Duval tout cela est très bien :-)
Cela signifie que mes réformes disciplinaires pour le cycle sont valables.

Écrit par : Adrien Faure | 12/05/2013

Je ne le pense pas, mon cher Adrien! Votre vision n'est vraiment pas très réaliste. Les élèves du CO sont, eux aussi, bien trop jeunes et....irresponsables, pour assumer un tel programme. Je dirai même que peu d'adultes sont capables de ce que vous attendez d'enfants de 11/13 ans!
Je pense, au contraire, que les enfants de cet âge ont un urgent besoin de repères et de cadres et que votre "idéal" aille justement à l'inverse.
J'ai bien peur, qu'avec un peu d'expérience, vous ne tardiez, un jour ou l'autre, à retomber sur vos "pattes" et que vous preniez conscience des dures réalités de notre bas monde.
Merci pour cet échange quand même.
PS. Ce débat me rappelle étrangement celui qui s'était instauré lors de la "fameuse" tentative de mise en place, par le DIP, de ce qu'on avait appelé "La Rénovation" de l'enseignement primaire (1991 à 2006....initiative sur les notes).

Écrit par : Duval | 12/05/2013

@Adrien Faure
Navré, mais je constate qu'il y a déjà trop de profs du Cycle qui jouent avec l'avenir de leurs élèves en ne tenant pas assez compte de la capacité qu'ils ont à leur âge de gérer leur travail (et leurs problèmes d'adolescents en même temps). En négligeant, par exemple, de les habituer à revoir de manière systématique et vérifiée, selon les connaissances que l'on a maintenant du fonctionnement de la mémoire.

Écrit par : Mère-Grand | 12/05/2013

"@Johann, vous vous méprenez quelque peu sur les activités des geeks :-)
A l'occasion de ferai un billet dessus, ce serait original^^"

Je ne parle pas des geeks, mais des élèves ou plus généralement des jeunes. Or si vous voulez me faire croire qu'un jeune devant un écran = geek, il faudra m'amener des statistiques. Bien sûr, il y a toujours des exceptions. La majorité c'est facebook et compagnie ou les jeux en lignes, sans parler des jeux vidéos.


"je pense même que seuls les roublards et les ego-ambitieux réussissent dans cette matière..."

+ 100.
Et il faut avoir l'échine très très souple.


"selon les connaissances que l'on a maintenant du fonctionnement de la mémoire."

Et du fonctionnement du cerveau. La maturation ne se fait pas au même rythme pour chacun et vouloir placer la charrue avant les boeufs ne peut qu'être au mieux inutile, au pire contre-productif et dommageable. Et le temps passé devant un écran est terrible comme conséquence en matière d'écriture.

Et le problème a été ces dernières années de vouloir réformer pour réformer, si ce n'est pour saboter l'école ou permettre à certains de se pousser du col. Sans vision, sans imagination, sans compétence. Les histoires des notes et du mercredi matin sont significatives. Ceux qui voulaient éliminer les notes s'empressaient de les remplacer par des lunes, demi-lunes, etc. Pitoyable. Mais M. Duval pourra certainement en dire plus que moi.

Écrit par : Johann | 12/05/2013

Cela ne m'avait pas échappé. J'ai écrit "exemple caricatural". Si vous ne percevez pas ce genre de nuances, alors bonne route !

Écrit par : foutchebaul | 14/05/2013

Foutchebaul, je ne parlais pas du primaire.

Écrit par : Adrien Faure | 14/05/2013

Les commentaires sont fermés.