03/02/2013

Fonder un bar-coopérative autogéré ? (suite)



Après avoir exposé mon idée, j'ai tenté de trouver des jeunes motivés par le projet, et des informations sur comment le réaliser pratiquement. Par bonheur, je connais quelques personnes (dont un jeune entrepreneur que je remercie chaleureusement) qui ont pu me donner quelques conseils et explications que je retranscris ici. Merci de bien vouloir me dire si je fais erreur sur quoique que ce soit.

D'abord je suis assez content, car j'ai trouvé 8 personnes de motivés par le projet, et 2 autres prêts à aider bénévolement pour lancer le projet, sans oublier John Goetelen qui a offert gracieusement sur cette plate-forme ses services de coach.

Pour lancer le projet il faudra de l'argent. Donc soit les coopérateurs-travailleurs arrivent à rassembler l'argent nécessaire, soit il faut obtenir d'une manière ou d'une autre un crédit (on m'a parlé par exemple de la Banque Alternative). Si l'on prend un crédit, on m'a conseillé de se constituer en Société Anonyme (bon, la forme juridique officielle ne changera rien au modèle final, ce sera de toute façon une coopérative autogérée égalitaire), car les SA peuvent prendre des crédits sans que leurs propriétaires ou gestionnaires ne soient poursuivis en cas de faillite. Mais j'ai quand même l'impression de sortir un peu du projet de base. Se passer de crédit serait évidemment idéal, notamment parce que le crédit implique toujours un intérêt à payer (sauf dans les cas des banques islamiques ?)

En ce qui concerne les coûts, trouver un local est paraît-il difficile, car les régies ne sont pas très enthousiastes à l'idée de transformer leurs locaux en bar. Par contre reprendre un bar coûte un prix d'entrée, de... 120 000 à 200 000 francs !! (Ce qui implique que jamais je ne trouverais pareille somme sans obtention d'un crédit.)

En outre, à cela s'ajoute la nécessité d'avoir une patente. On m'en a proposé une pour 500 francs par mois. Par contre, il n'est pas nécessaire que qui que ce soit ait un diplôme de cafetier. La seule contrainte c'est l'argent.
Par ailleurs, si l'on souhaite se décharger des frais administratifs, les fiduciaires prennent au moins 2000 francs.

Ceci étant dit, il y a une autre possibilité, c'est de se constituer en association avec un but précis. Dans ce cas il s'agirait d'une coopérative autogérée égalitaire associative, dont les travailleurs seraient rémunérés.
Les avantages sont qu'il n'y a pas besoin de patente, et qu'il est plus facile de trouver un local.
Cela semble donc clairement plus avantageux de se constituer en association.

Voilà c'est tout pour le moment. 

15:10 Publié dans Bar-coopérative autogéré | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Bonjour,

Je vous félicite de vous lancer dans cette entreprise.
Ou du moins de tenter le coup.
Cette expérience vous permettra indéniablement de vérifier sur le terrain certaines réalités économiques qui remettront probablement vos principes en question.
Vous deviendrez beaucoup plus crédible.
Puissiez-vous garder l'optimisme et la créativité qui caractérisent la jeunesse !
Courage et bonne chance.

Écrit par : Pierre Jenni | 03/02/2013

La forme juridique associative est évidemment beaucoup plus simple et accessible que la SA. Mais vérifiez quand-même le droit: il me semble que les sociétaires ne peuvent recevoir de salaire proprement dit, mais il y a peut-être une évolution sur cette pratique.

La SA couvre les actionnaires mais il faut d'abord réunir le montant demandé de la SA (100'000.- au minimum) pour qu'elle soit constituée et enregistrée juridiquement. Un crédit ne peut intervenir qu'après sa constitution. A moins que par exemple la banque alternative ne fonctionne autrement.

Les banque islamiques ne demandent pas d'intérêt mais elles gagnent quand-même de l'argent, à ce que j'ai lu c'est en investissant elles-mêmes dans des activités qui dégagent des plus-values. A voir si cela vous convient en tant que principe.

Pensez à faire un pré-budget ou un listing des charges initiales et de fonctionnement (une estimation), afin de savoir où vous allez en terme de besoins financiers.


J'ai lu hier dans la TdG un article sur la Librairie du Boulevard. Intéressant. Elle a trouvé son public. Mais il y a des limites et conditions: par exemple chacun donne plus de son temps que la part rémunérée, et ils ont abandonné la possibilité d'être augmentés. C'est un choix, pourquoi pas.

Sur le plan philosophique, se limiter en salaire signifie d'accepter de ne pas disposer un jour d'assez d'argent pour investir dans une nouvelle affaire ou pour faire démarrer quelqu'un. Mais c'est un autre débat.

Écrit par : hommelibre | 03/02/2013

Merci Pierre Jenni ! :-)

Écrit par : Adrien Faure | 03/02/2013

Bonsoir John, merci pour vos commentaires ! :-)

100 000 francs, pour fonder une SA, c'est beaucoup trop ! Je n'arriverais jamais à trouver pareille somme.

Bon on en restera donc probablement à la forme associative.

Bien reçu votre commentaire sur les charges et le budget !

Vous ne croyez pas qu'on pourrait mettre de l'argent de côté pour investir ?

Ah j'ai lu aussi l'article dans la TdG. Un peu court. J'ai interviewé la Librairie du Boulevard l'autre jour, je publierai bientôt une note plus détaillée ;-)

Bonne soirée !

Écrit par : Adrien Faure | 03/02/2013

Mettre de l'argent de côté pour investir, c'est ce que faisaient les gens de la terre pendant des siècles. C'est possible. Cela donne une économie très lente qui n'aurait pas été compatible avec l'époque industrielle qui nécessite de gros apports initiaux, ni même avec le développement du commerce international du Moyen-Âge, début du capitalisme, ni avec l'investissement dans la recherche. Mais c'est un autre débat.

Écrit par : hommelibre | 03/02/2013

Si vous avez besoin d'argent, vous pouvez essayer d'en emprunter à travers ce site:

http://pretp2p.com/lesages?age=52&pgnum=2

Écrit par : Gilgamesh | 05/02/2013

Gilgamesch, "la curiosité est un vilain défaut" je ne sais pas ce qu'en pense Homme libre? Mais bon, il a mis sa photo....

Écrit par : ramdam | 05/02/2013

52 ans? Comment ça 52 ans? Il était annoncé à 59 ans dans une émission tango... Est-ce bien catholique tout ça?

Écrit par : Johann | 20/02/2013

Les commentaires sont fermés.