07/01/2013

Initiative Minder ?



Le peuple sera bientôt appelé à se prononcer sur l'initiative Minder qui propose de renforcer le pouvoir des actionnaires pour limiter les abus des managers.

A première vue, le but manifeste de l'initiative semble fort louable.
Je soutiens bien évidemment le principe de limiter les rémunérations des managers, qui atteignent aujourd'hui des hauteurs stratosphériques et sont l'expression de l'accroissement des inégalités au sein des entreprises.

Mais les moyens envisagés par les initiants pour limiter ces rémunérations montrent bien qui sont les initiants.

Renforcer le pouvoir des actionnaires au détriment du pouvoir des managers ?
Cela correspond bien à une lutte entre capitalistes (au sens marxien du terme).

Étant contre l'existence de managers et d'actionnaires au sein des entreprises, je ne peux que constater que cette initiative fait abstraction des acteurs principaux des entreprises : les travailleurs...

Heureusement, l'initiative 1:12 de la Jeunesse Socialiste Suisse, qui vise à interdire à un manager de gagner plus de 12 fois le plus bas salaire de l'entreprise, permettra d'avoir un débat centré sur ces véritables acteurs.

Managers et actionnaires sont deux catégories d'expropriateurs de la valeur du travail des travailleurs. Pourquoi avantager un groupe par rapport à un autre ?

Au final, si je soutiens, tout comme la Jeunesse Socialiste Genevoise, l'initiative Minder, c'est simplement parce qu'elle contraint les caisses de pension à agir davantage dans l'intérêt de ses cotisants.

Il est toutefois ridicule, à gauche, de faire comme si cette initiative était révolutionnaire.

17:32 Publié dans Initiative Minder | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

bonne années Adrien en espérant que 2013 vous aide a accéder au rang d'adulte responsable qui ne répète pas comme un perroquet ce que des marabouts révent de vous voir réciter .
toute belle soirée pour vous

Écrit par : lovsmeralda | 07/01/2013

De gräce : Adrien vieillisez éventuellement , mais pas avec Lovsmerdalada.

Écrit par : briand | 07/01/2013

"Étant contre l'existence de managers et d'actionnaires au sein des entreprises"

Encore une de vos phrases qui résume l'aspect limité de vos propos.

Vous semblez considérer l'accumulation du capital comme une exogène tombant du ciel ...
Une entreprise verrait ainsi ses caisses remplies par un miracle divin.

La fourniture en capital est l'action d'un agent qui renonce à une consommation présente au profit d'une consommation future. Cet effort doit être rémunéré car sans gain, pas d'allocation intertemporelle des capitaux et pas d'investissement donc pas d'entreprise.

Écrit par : Antoine | 07/01/2013

Antoine,

C'est le travail qui crée le capital.
Le capital n'est que du travail accumulé.

Il n'y a rien, mais vraiment rien, de limité à vouloir mettre fin à l'expropriation de la valeur du travail des travailleurs. Mais ceci implique effectivement de mettre fin à l'existence de managers et d'actionnaires.

Dans le socialisme, les travailleurs n'ont plus de managers ou de patrons, et il n'y a plus d'actionnaires pour les spolier.

"La fourniture en capital est l'action d'un agent qui renonce à une consommation présente au profit d'une consommation future. Cet effort doit être rémunéré car sans gain, pas d'allocation intertemporelle des capitaux et pas d'investissement donc pas d'entreprise."

La création d'entreprise coopérative peut fort bien avoir lieu dans le socialisme sans actionnaires. Le crédit est simplement socialisé dans les banques socialistes.

Écrit par : Adrien Faure | 07/01/2013

Je n'avais plus lu de tel propos depuis belle lurette! C'est vrai "Cela correspond bien à une lutte entre capitalistes (au sens marxien du terme)" et Adrien a encore l'excuse de l'âge.
On peut donc être encore indulgent!!!

Écrit par : Michèle Roullet | 07/01/2013

Marxien? Ou martien? En tous les cas, AF est un petit homme rouge!

Écrit par : Déblogueur | 08/01/2013

Les commentaires sont fermés.