24/08/2012

L'illusion de la moyennisation : une aliénation contemporaine

J'ai récemment mentionné l'illusion de la propriété privée des capitaux pour tous (illusion puisque démentie subermement par la réalité des faits statistiques).
Aujourd'hui, je souhaiterais aborder une autre illusion contemporaine qui m'est apparue lors d'un débat avec le libertaire Achille Karangwa : l'illusion de la moyennisation, ou plus exactement l'illusion d'appartenance à la classe moyenne.


De nos jours en Occident, la plupart des gens n'ont pas conscience d'appartenir en soi à une classe sociale, de par leur simple existence en tant que membre d'un mode de production, et par conséquent en tant que membre déterminé socialement et économiquement par ce mode de production. Mais si on leur demande quelle classe ils appartiennent, la grande majorité d'entre eux auront une tendance nette à se définir comme appartenant à la
classe moyenne.

Il semblerait en effet, selon cette vision, que notre époque ne connaisse plus qu'une vaste et unique classe moyenne, avec quelques riches et quelques pauvres saupoudrant le tout.

Cet aveuglement est typiquement une conséquence du bourrage de crâne libéral qui persifle à nos oreilles à travers l'hégémonie culturelle capitaliste.

Ainsi, nous (la grande majorité de la population, dans laquelle je m'inclus évidemment) tendons subjectivement à nous identifier à une classe qui n'est pas la nôtre.
Ce qui a comme conséquence une incapacité à développer une culture de classe, et surtout à développer une conscience de classe propre à nous permettre de nous organiser politiquement et idéologiquement de façon à défendre nos intérêts réels et objectifs, et non nos intérêts subjectifs (dictés par les théoriciens libéraux au nom de la servilité envers le capital). Ou pour le dire plus simplement, la confusion d'appartenance de classe engendre une confusion idéologique qui se traduit par une incapacité à défendre ses intérêts de classe...

Une seule solution : ré-orienter notre appartenance subjective de classe pour qu'elle corresponde à notre appartenance objective.

Afin d'établir un découpage objectif de la société en classes sociales, nous pouvons nous appuyer sur les critères du revenu (du travail et du capital), de la fortune (capitaux immobiliers et mobiliers), et du mode de vie (culture).
Une analyse plus fine prendrait aussi en compte (et l'exprimerait de manière évidente) les variations entre possession de capitaux culturels, sociaux, et symboliques, ce qui n'apparaît que sous forme de conséquence sinon.

Dans ma classification ci-dessous, j'introduis donc trois catégories : l'appartenance de classe objective, l'appartenance de classe subjective (actuelle), et les catégorisations marxistes.

On notera que j'inclus la classe moyenne dans les classes dominées, car je considère que la porosité entre les populaires et la classe moyenne est relativement élevée (au contraire, la mobilité sociale au-delà de la classe moyenne est très largement plus réduite).

En ce qui concerne l'appartenance de classe subjectivement vécue majoritairement aujourd'hui, j'ai trouvé que cette conception s'incarnait bien dans les catégories spontanées des mouvements populaires des Indigné-e-s. Ces derniers ont réduit en effet la société à, nous les 99% (les classes moyennes), versus eux les 1% (les trilliardaires), et tant pis pour les travailleurs et les pauvres. 

Classes subjectives versus classes objectives.png

 

01:40 Publié dans Classes sociales et moyennisation, Lutte des classes | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Moyennocratie et moyennisme, sont pas mal aussi .

Écrit par : idee | 24/08/2012

Cher Adrien, tu es foutu ... j'abandonne le débat.
Adieu.

Écrit par : Victor Winteregg | 24/08/2012

les mémoires d'Adrien: il me rappelle ma jeunesse sur la place Saint Marx..

Écrit par : briand | 24/08/2012

Pas besoin d'herbette ni d'acide. Adrien, c'est encore plus fort.

Écrit par : hommelibre | 24/08/2012

je soupçonne l'astrologue naturaliste ostéo -manipulateur expert des cinq continents d' avoir un long point de vue sur la question.

Écrit par : briand | 24/08/2012

A force de convaincre les gens qu’ils sont aliénés, vous allez vraiment les aliéner. Quelle outrecuidance d’oser penser à leur place, d’oser leur dire qu’ils sont inconscients de leur réalité. Un vrai job de psychiatre communiste, ça.

Mais penser pour les autres, c’est la base du totalitarisme. Et vous êtes en train de vous construire là-dedans. Ne dites pas «nous» pour moi, je ne suis pas, je ne serai jamais avec vous, même si je suis dans les 99%. Et je doute que beaucoup se reconnaissent dans votre «nous» monarchique-like.

Je comprends Victor qui abandonne. Moi-même je n’ai plus très envie d’argumenter. Devant un mur on change de chemin.

Vos catégorisations, je les conchie. Les humains ne sont pas, ne seront jamais réductibles à vos lancinants délires de dominant (un dominant se permet de catégoriser les autres). Tout cela respire le pouvoir élitiste, comme chez Marx, grand bourgeois dominant s’il en fut.

Désespérant. Des centaines de milliers d’années d’évolution, des milliards de neurones connectés, pour en arriver là... Un peu d’imagination, que diable. Essayez d’inventer une gauche originale. Sinon cela ne sert à rien que d’autres se soient battus pour vous donner cette liberté intellectuelle dont vous faites un usage déjà sclérosé.

Votre discours abstrait doit probablement faire mouiller quelques minettes. Mais j’espère pour vous que vous rencontrerez des gens intellectuellement exigeants qui vous remettront les pieds sur terre.

Écrit par : hommelibre | 24/08/2012

@ hommelibre : vous n’êtes pas dans la bonne cour de récréation , voyez avec d'autres camarades de jeux, il en existe de prestigieux à commencer par Élisabeth Tessier , Victor peut éventuellement jouer un moment avec vous , MAIS SURTOUT NE VOUS AVENTUREZ PAS DANS LE MONDE MÉDICAL , vos traces -pas bon pas bon du tout.

Écrit par : briand | 24/08/2012

Briand: je ne sais pas ce que vient faire l'astrologie ici. Vous semblez parler pour moi, alors renseignez vous mieux. Je n'ai rien à faire avec l'astrologie. Ni d'ailleurs - puisque je suppose que le comm d'avant me concernait probablement aussi - avec l'ostéopathie ou des manipulations, ni avec du naturalisme. Les mots ont un sens et désignent une réalité.

En l'occurrence vous inventez.

Si vous avez quelque chose de précis à dire, merci d'être plus clair. Je ne joue pas aux devinettes.

Écrit par : hommelibre | 24/08/2012

Ah John, vous n'aimez pas le socialisme, ni le marxisme.
Mais vous semblez détester encore davantage... la sociologie holiste ! :-D
Les découpages en classes sociales sont un outil employé aujourd'hui en sociologie, et en statistique.
Je suppose que ces branches ne vous passionnent donc pas.

Vous savez, je considère justement mon positionnement comme celui d'une gauche originale. Au contraire, vous me semblez plutôt tendre à répéter la doxa libérale bien consensuelle et bien acceptée par les élites au pouvoir.

Écrit par : Adrien Faure | 24/08/2012

@homme libre je pense au contraire être au coeur du sujet. à défier les étiquettes un verni de scientisme , une couche d'ésotérisme , le tout mâtiner d'une philosophie naturaliste , on se trouve dans la prêt à penser qui entre autre vous ramène à Victor et autre joyeux sbire amateur d'exercice virile dans les forêts obscures :échapper aux mots c'est échapper à la réalité je ne suis pas celui que vous croyez, ni astronome -ni physothérapeute etc etc acceptez de rencontrer vos victimes et effectivement rencontrons - nous.

Écrit par : briand | 24/08/2012

Adrien:

Que l'on puisse définir des démarcations est une chose, que l'on construise une théorie sur un type de démarcation me paraît abusif. Je ne crois pas au socialisme, je crois en la liberté de l'humain et au système qui lui en donne le plus. Je crois que l'humain est plus vaste que toutes les théories et que le paradigme marxiste est très réducteur - même s'il a eu sa pertinence à une époque précise.

Je pense que derrière les comportement même idéalistes il y a les strates inconscientes du pouvoir et que le travail de non domination ne se fera pas avec la lutte des classes. La domination en tant qu'oppression n'est pas un apanage de classe. C'est une racine existentielle que beaucoup d'humains portent, quelle que soit leur classe et leur sexe.

Je pense que la lutte des classes est une justification de la prolongation de l'esprit de domination. Celle-ci ne fait que changer d'habit. je constate aussi que ceux qui parlent au nom des supposés dominés sont eux aussi des dominants, et que le pouvoir socialiste n'est pas meilleur que n'importe quel pouvoir. Je le crois même pire car il n'a pas de concurrence.

Cela dit j'ai une conviction faite de réflexion et d'expérience, mais je peux me tromper. Quant aux élites au pouvoir, ce n'est pas mon milieu. Je ne les connais pas - et je pense que vous les connaissez de plus près que moi, en tous cas pour certaines.

Je maintiens que votre discours est déconnecté du réel et que vous pensez pour les autres, à leur place.

Écrit par : hommelibre | 24/08/2012

@ Briand:

Scientisme? Je reconnais chercher dans la science autre chose qu’une description de la matière, soit un sens.

Esotérisme? Non, ce n’est pas mon cas. Je cherche des liens entre le corps et les émotions par exemple, oui, mais avec pas mal de prudence. Cette piste est explorée par d’autres que moi dont on ne peut dire pour autant qu’ils soient simplement des ésotéristes. Et pratiquant la Gestalt, l'expérience vécue est pour moi beaucoup plus importante que toutes les théories. Des théories, j'en ai eu aussi (pas trop) - et j'en ai de moins en moins (quelle liberté!).

Philosophie naturaliste? Là encore vous projetez. Ce n’est qu’en partie vrai. J’accorde à la nature une certaine fonction de modélisation, oui. J’essaie d’en tirer des pistes, oui. Je pense que l’on n’a pas été au bout de cette réflexion. Je ne m’y enferme pas. Je n’ai pas non plus la prétention de tout comprendre ou de tout résoudre par ce cheminement.

Victor? Je ne suis jamais dans la ligne de son parti. Je refuse de subir une contrainte culturelle clivée du langage. Je cherche délibérément autre chose. Je cherche ET/ET et non OU/OU. Je me reconnais dans la démarche d’Edgar Morin. Je refuse de me laisser enfermer dans une définition raide comme la guillotine.

J’aime l’astronomie et j'espère en donner le goût à d'autres, et donner le goût de voir plus loin que nos limites.

Je ne suis pas, mais pas du tout physiothérapeute. Je connais mes compétences et mes limites, je ne prétends pas être ce que je ne suis pas. Qu’inventez-vous encore, Briand? Critiquez-moi à juste titre mais pas en inventant des choses que je n’ai jamais prétendues. Vous inventez des choses que vous ne vérifiez même pas. Et exposez-vous autant que je le fais, on parlera à égalité.

Quant à parler de mes «victimes», votre méthode vous discrédite. Votre chemise est brune?

Écrit par : hommelibre | 24/08/2012

John

"Que l'on puisse définir des démarcations est une chose, que l'on construise une théorie sur un type de démarcation me paraît abusif."

Aucune politique sociale n'est possible sans cela.

"Je ne crois pas au socialisme, je crois en la liberté de l'humain et au système qui lui en donne le plus."

Liberté et socialisme sont dépendants l'un de l'autre. Pas de socialisme sans liberté, et pas de liberté sans socialisme.

"Je crois que l'humain est plus vaste que toutes les théories et que le paradigme marxiste est très réducteur - même s'il a eu sa pertinence à une époque précise."

Les théories ne sont que des articulations mentales de concepts pour essayer de comprendre le monde. Le marxisme a ses défauts, comme ses avantages.

"Je pense que derrière les comportement même idéalistes il y a les strates inconscientes du pouvoir et que le travail de non domination ne se fera pas avec la lutte des classes. La domination en tant qu'oppression n'est pas un apanage de classe. C'est une racine existentielle que beaucoup d'humains portent, quelle que soit leur classe et leur sexe."

Le socialisme s'occupe avant tout de la domination économique. C'est cette oppression que nous voulons abolir avant toutes les autres.

Nous ne prônons pas la lutte des classes, mais nous sommes conscients de son existence et nous proposons un moyen de la dépasser.

"Je pense que la lutte des classes est une justification de la prolongation de l'esprit de domination. Celle-ci ne fait que changer d'habit. je constate aussi que ceux qui parlent au nom des supposés dominés sont eux aussi des dominants, et que le pouvoir socialiste n'est pas meilleur que n'importe quel pouvoir. Je le crois même pire car il n'a pas de concurrence."

En tant que jeune étudiant issu d'une famille non aisée, je suis moi-aussi dominé, et je parle donc en mon nom, avant d'étendre mon champ de revendication à tous les dominés.

Dans un socialisme planifié oui, il n'y a plus de concurrence.
Dans un socialisme de marché, la concurrence subsiste sous une forme régulée.

"Cela dit j'ai une conviction faite de réflexion et d'expérience, mais je peux me tromper. Quant aux élites au pouvoir, ce n'est pas mon milieu. Je ne les connais pas - et je pense que vous les connaissez de plus près que moi, en tous cas pour certaines."

Le pouvoir est à droite, pas à gauche. Nous ne sommes pas au pouvoir en Suisse (ou alors bien peu).

"Je maintiens que votre discours est déconnecté du réel et que vous pensez pour les autres, à leur place."

Parler au nom des autres c'est proposer une action collective à des problèmes collectifs. C'est avoir une approche coopérative au lieu d'une approche individualiste.

Écrit par : Adrien Faure | 27/08/2012

ce n'est que du nivellement par le bas,
soit une démocratie version 2.0
revue & corrigée selon nos djeuns aux manettes,
ceux de ces fifils/fifilles d'expates que nos DRH ont mis au pouvoir

bravo les mecs! à part ne savoir aucune langue correctement, vos exturgés d'expates ne savent rien non plus à l'historique sur lequel ils se basent pour décider, et le résultat de leurs décisions est inénarrable! car just under your eyes.

Ce qui devait arriver arriva:
Pour ts cantons frontaliers suisses, ne resta que la moyennisation - plus de suisses, les vrais, de souche, d'origine:
ne resta que le: débrouillez-vous dans ce magma, de futures femmes enceintes supposées faire le boulot que les suisses ne veulent pas faire, de would-be rich venus du sud méd au service de new-richs d'Algérie & autres Africa & autres héritiers oligarchs,

cotoyant, venant se plaindre aux nouveaux élus politiques, tout aussi nouveaux suisses naturalisés que copiés-collés
pour ce qui est de GE
Sauf que maintenant, il y a aussi les 01 & 74 qui ont fait de leur terrain un "grand genève".

A vous de voir: vous êtes suisse et continuez de payer pour les frontaliers venant trouver un job en Suisse pour s'enrichir et construire chez eux, tout en accusant les suisses de ne rien faire pour se loger ni pour les transports, tout en quémandant des suisses qu'ils payent pour leur transports & le reste, y inclus le remboursement de leurs impôts

vous êtes français travaillant en Suisse payant des impôts dont 80% revient au département où vous vivez tout en repayant une double imposition sur vos revenus, état qui vous accuse de fraude fiscale si vous cachez votre compte bancaire pour réception de votre salaire et veut faire payer vos enfants à 40% si vous leur cédez la maison que vous avez construite grâce à vos revenus suisses déjà doublement imposés durant votre vie de salarié...

On vit une époque formidable dans ces contrées, n'est-il pas?

Écrit par : Pierre à feu | 27/08/2012

en réponse à la question du jour:en balayant certains socialiste de l'executif comme cela s'est fait hier soir chez nous.Grand jour à marquer d'une pierre blanche. Lui qui voulait tellement taxer les mauvais trieurs de déchets tel est pris qui croyant prendre,oust à la poubelle! comme quoi faut jamais désespérer même en politique et surtout en Suisse les mentalités nordiques ,anglo saxonnes et autres régions tricoteuses de bobards tirées de théories nazies sont obsolètes chez nous

Écrit par : lovsmeralda | 28/08/2012

Les commentaires sont fermés.