29/07/2012

Pour une constitution réellement écrite par le peuple et pour le peuple

Pour une constitution réellement écrite par le peuple et pour le peuple

Nous, les jeunes de la Jeunesse Socialiste Genevoise, rejetons la constitution actuelle de 1847, ainsi que la nouvelle constitution rédigée par la constituante, car elles ne nous représentent pas.

En tant que socialistes, pourquoi voudrions-nous d'une constitution qui sacralise la propriété privée des moyens de production (art. 34) et la liberté économique (du patronat) (art. 35), mais limite le droit à la grève (art. 37) ?

Cette constitution ne nous représente pas, de même qu'elle ne représente pas les intérêts de la grande majorité du peuple.
Car le peuple, qui aurait dû être le créateur actif de cette constitution, n'en a été que le témoin impuissant...

Je souhaiterais que l'on donne la possibilité aux gens de réellement décider ce qu'ils aimeraient avoir comme fondement constitutionnel, en fonction de leurs valeurs et de leur ressenti intime.

Ainsi une nouvelle constitution devrait être rédigée, non par des juristes ou des politiciens, mais par le peuple lui-même.

C'est pourquoi, nous devrions procéder à un tirage au sort parmi les volontaires à rédiger cette constitution en appliquant des quotas (de jeunes notamment!) pour que la constitution ne représente pas seulement les caprices de la classe politique.

Pour le moment, la JSG invite donc la population à voter par un bulletin blanc et à joindre son propre projet de constitution (ou du moins les éléments qu'elle souhaiterait voir y figurer).

Si la majorité de la population nous suit, il faudra alors que le pouvoir donne à la population le droit et les moyens d'auto-déterminer par elle-même son avenir constitutionnel.

Pour une constitution réellement populaire, rejetons les constitutions des élites, et votons blanc !

18:27 Publié dans Constitution genevoise | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : constitution, genève, le peuple | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Et voici l'art de la rhétorique de gauche dans toute sa splendeur. Car pour mémoire, l'assemblée constituante a été élue au suffrage universel...

Sa représentativité était dès lors démocratique. Mais bon, les élites bien pensantes de la gauche, plutôt que de dire non ouvertement, préfèrent les sinueux évitements...

Comme ça, si ça passe, ce ne sera pas de leur faute et si ça ne passe pas, ils l'auront bien dit.

Franchement, cette attitude est à vomir tant elle manque de courage. Car ne rien dire est lâche et, en l'occurrence, opportuniste. Que pouvions-nous attendre de mieux?

Écrit par : Déblogueur | 29/07/2012

Les vieux thèmes font toujours recette: "une constitution qui sacralise la propriété privée des moyens de production". Ben oui.


Les socialistes voudraient prendre l'outil de production à ceux qui l'ont créé. C'est un projet de vol, mais comme il n'est pas encore réalisé il n'est pas poursuivable. Mais pourquoi donc les socialistes ne créent-ils pas leurs propres entreprises avec propriété collective, partage des gains et des pertes, rotation mensuelle des responsables pour éviter tous privilèges? Pourquoi ne créent-ils pas leurs entreprises dans lesquelles ils donnent le pouvoir à des gens qui n'y connaissent rien plutôt que de prendre aux autres ce qu'ils savent faire?

Vous devriez essayer: créez une entreprise gérée collectivement, avec un bon système de surveillance pour contrôler le degré d'implication de chacun et sa part aux charges et aux bénéfices. Dans quelques années on verra comment les responsabilités se sont diluées au point de n'en laisser qu'un assumer tout.

J'en prends le pari.

Le plus cocasse est que ce n'est pas le peuple qui propose la propriété collective des biens de production, le peuple préfère ses vacances, c'est la jeunesse aisée socialiste, qui parle déjà au nom du peuple. Les futurs dirigeants du peuple, quoi. La future élite. Là aussi, j'en prends le pari. Vous êtes plus transparent qu'une eau de source.

PS: le rejet des élites: vous faites du Blocher dans le texte?

Écrit par : hommelibre | 29/07/2012

Voter blanc, c'est faire le jeu du NON. Dommage que les jeunes n'aient pas au moins le courage de leurs opinions et assument clairement le refus des avancées contenues dans le projet de nouvelle constitution pour les personnes discriminées, pour les handicapés, pour les personnes en situation de précarité, pour celles et ceux dont le droit aux soins est menacé, pour les artistes qui ont besoin d'un article sur le soutien à la culture, pour permettre des avancées au niveau régional, pour protéger les lanceurs d'alertes, etc., etc.

Les socialistes ont été de ceux qui ont soutenu le projet d'une nouvelle constitution, en sachant parfaitement que, minoritaires, ils ne pourraient écrire une constitution "de gauche", mais parce qu'ils estimaient que le peuple genevois avait un certain nombre de choses à gagner dans une telle démarche. Et si je soutiens fermement le OUI, avec le PS genevois, c'est parce que je considère que cet objectif a été atteint. Et qu'une constitution n'est pas un texte figé mais qu'elle est appelée à évoluer et dans ce sens elle permettra toujours au peuple de participer à la suite de son écriture.

Écrit par : Maurice Gardiol | 29/07/2012

Entièrement d'accord avec Monsieur Faure,
Cette constituante est ne vaste fumisterie qui a surtout servie a engraisser des politicards professionnels en fin de carrière.
Il est grand temps de mettre un point final a ce pitoyable spectacle.
N'en déplaise a monsieur Gardiol, le Peuple qui est plein de bon sens va vous botter le postérieur et vous renvoyer,vous et votre minable projet, dans les oubliettes de l'histoire.

Rendez-vous le 14 octobre pour la claque finale a tous ces constituants prétentieux et imbus d'eux-mêmes.

Écrit par : Edmond | 29/07/2012

Ce projet de Constitution est forcément un compromis. Comment pourrait-il d'ailleurs en être autrement puisque cette Constitution est l'émanation du travail d'une assemblée constituante formée de 80 membres élus au suffrage universel, des constituants représentant la diversité de la société genevoises.

Il est parfaitement logique qu'un tel projet ne puisse satisfaire la majorité de l'opinion publique, puisque chacun a une vision différente de la société idéale.

Vos critiques et vos revendications - celles des "Jeunes socialistes" - sont par ailleurs totalement irréalistes et utopiques.

Elles sont irréalistes, parce qu'elles remettent en question certains droits fondamentaux qui figurent dans la Constitution fédérale -- droit supérieur --, à laquelle toute constitution cantonale est subordonnée. C'est le cas par exemple lorsque vous contestez "la propriété privée des moyens de production (art. 34) et la liberté économique (du patronat) (art. 35)".
Mais vos revendications sont également utopiques, car elles ne tiennent aucun compte des réalités et des forces politiques en présence. Pensez-vous réellement rassembler une majorité absolue d'électeurs autour de telles revendications ?

Mais ce n'est pas tout. Vous critiquez cette Constitution parce que celle-ci ne vous accorderait pas suffisamment de droits selon vous (droit de grève par exemple, ce qui est d'ailleurs inexact ...), mais vous êtes-vous seulement interrogé sur vos devoirs de citoyen à l'égard de l’État ?
En effet, si l’État accorde des droits à ses citoyens, ceux-ci ont aussi des devoirs à son égard. Des devoirs civiques avant tout, telle que l'obligation de voter et d'élire par exemple, mais aussi les devoirs auxquels tout contribuable est astreint, celui de payer ponctuellement ses impôts. Car on ne saurait exiger de l’État qu'il exerce sa fonction de redistribution des richesses si ses revenus sont défaillants.
Or de tels devoirs ne figurent pas ce projet de Constitution.

Dernière remarque s'agissant des "Droits fondamentaux" qui ne vous satisfont pas. Ceux-ci font l'objet de 29 articles constitutionnels (art. 14 à 43), dont bon nombre d'entre eux ne sont que des redites de la Constitution fédérale. Toutes ces redites sont juridiquement inutiles. Elles contribuent seulement à péjorer le manque de concision de cette Constitution qui contient 237 articles, ce qui ferait de ce projet la plus volumineuse Constitution de tous les cantons suisses, plus volumineuse encore que la Constitution fédérale elle-même qui n'en contient que 197 !

La politique c'est l'art du possible, pas l'assouvissement des utopies !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 29/07/2012

Déblogueur, si vous pensez que la démocratie équivaut uniquement au suffrage universel dans sa forme actuelle, vous avez une vision limitée de ce qu'est la démocratie.
La sélection des auteurs de notre nouvelle constitution mériterait mieux que cela !

Écrit par : Adrien Faure | 30/07/2012

@John

"Les socialistes voudraient prendre l'outil de production à ceux qui l'ont créé."

Nous voulons abolir le salariat et la domination économique.

"C'est un projet de vol, mais comme il n'est pas encore réalisé il n'est pas poursuivable."

Mais non, nous voulons donner la propriété aux travailleurs c'est tout. C'est à dire aux principaux producteurs de richesse.

"Mais pourquoi donc les socialistes ne créent-ils pas leurs propres entreprises avec propriété collective, partage des gains et des pertes, rotation mensuelle des responsables pour éviter tous privilèges? Pourquoi ne créent-ils pas leurs entreprises dans lesquelles ils donnent le pouvoir à des gens qui n'y connaissent rien plutôt que de prendre aux autres ce qu'ils savent faire?"

Mais les socialistes créent cela bien sûr.
Nous créons des coopératives autogérées et autres entreprises collectives.

"Vous devriez essayer: créez une entreprise gérée collectivement, avec un bon système de surveillance pour contrôler le degré d'implication de chacun et sa part aux charges et aux bénéfices. Dans quelques années on verra comment les responsabilités se sont diluées au point de n'en laisser qu'un assumer tout."

Vous allez trop loin.
Une coopérative autogérée ne signifie pas une telle surveillance.
La répartition des bénéfices est simplement équitable.

"Le plus cocasse est que ce n'est pas le peuple qui propose la propriété collective des biens de production, le peuple préfère ses vacances, c'est la jeunesse aisée socialiste, qui parle déjà au nom du peuple."

C'est nous qui défendons davantage de vacances justement.
Et nous ne sommes pas aisés, que croyez-vous! J'habite dans un HBM moi.

"PS: le rejet des élites: vous faites du Blocher dans le texte?"

Non, du socialisme.

Écrit par : Adrien Faure | 30/07/2012

@Edmond, nous ne voulons pas non plus l'ancienne constitution, donc nous voterons blanc pour refuser les deux constitutions.

Écrit par : Adrien Faure | 30/07/2012

@ Maurice Gardiol,

Nous avons le courage de nos opinions, puisque nous refusons les deux constitutions en appelant à voter blanc.

Nous ne pensons pas par ailleurs que la nouvelle constitution soit réellement meilleure que l'ancienne.

Écrit par : Adrien Faure | 30/07/2012

@ Jean d'Hôtaux,

"une assemblée constituante formée de 80 membres élus au suffrage universel, des constituants représentant la diversité de la société genevoises."

Et bien personnellement je ne pense pas qu'elle la représente suffisamment.

"Il est parfaitement logique qu'un tel projet ne puisse satisfaire la majorité de l'opinion publique, puisque chacun a une vision différente de la société idéale."

Sauf si la constituante représentait davantage la population.

"Vos critiques et vos revendications - celles des "Jeunes socialistes" - sont par ailleurs totalement irréalistes et utopiques."

C'est votre jugement que je ne partage pas.

"Elles sont irréalistes, parce qu'elles remettent en question certains droits fondamentaux qui figurent dans la Constitution fédérale -- droit supérieur --, à laquelle toute constitution cantonale est subordonnée. C'est le cas par exemple lorsque vous contestez "la propriété privée des moyens de production (art. 34) et la liberté économique (du patronat) (art. 35)"."

Il est dans le programme de la JS suisse de modifier ces aspects de la constitution fédérale.


"Mais vos revendications sont également utopiques, car elles ne tiennent aucun compte des réalités et des forces politiques en présence. Pensez-vous réellement rassembler une majorité absolue d'électeurs autour de telles revendications ?"

En nous positionnant ainsi nous espérons faire bouger le rapport de force justement.

"Mais ce n'est pas tout. Vous critiquez cette Constitution parce que celle-ci ne vous accorderait pas suffisamment de droits selon vous (droit de grève par exemple, ce qui est d'ailleurs inexact ...), mais vous êtes-vous seulement interrogé sur vos devoirs de citoyen à l'égard de l’État ?"

Le droit de grève est limité, car la grève politique et de solidarité est interdite.

"En effet, si l’État accorde des droits à ses citoyens, ceux-ci ont aussi des devoirs à son égard. Des devoirs civiques avant tout, telle que l'obligation de voter et d'élire par exemple, mais aussi les devoirs auxquels tout contribuable est astreint, celui de payer ponctuellement ses impôts. Car on ne saurait exiger de l’État qu'il exerce sa fonction de redistribution des richesses si ses revenus sont défaillants.
Or de tels devoirs ne figurent pas ce projet de Constitution."

Mais moi aussi je suis favorable à ce que je chacun participe à payer ses impôts.

"La politique c'est l'art du possible, pas l'assouvissement des utopies !"

"Soyez réalistes, demandez l'impossible."
Che

Écrit par : Adrien Faure | 30/07/2012

Les commentaires sont fermés.