Grèce : peur ou espérance ?

Imprimer Pin it!

Grèce : peur ou espérance ?

Alors que la plupart des médias tentent de faire croire que la situation politique est catastrophique en Grèce, cette dernière n'a jamais été aussi bonne.

Selon les derniers sondages, le score de Syriza lors des prochaines nouvelles élections tournerait autour des 25 à 30%, ce qui lui permettrait d'obtenir la prime de 50 députés offerte au parti arrivant en tête, et d'obtenir ainsi suffisamment de députés pour former une majorité avec un ou l'autre des autres partis de gauche anti-austérité (les communistes ou Dimar).

De cette façon la future coalition de la gauche radicale pourra en finir avec les politiques néo-libérales d'austérité en étatisant le grand capital afin d'assurer à son État-providence les recettes nécessaires à la relance du système économique grec, à l'investissement public, et à l'emploi.

La gauche au pouvoir pourra ainsi rapidement redresser les services publics pour assurer à tous les citoyens des conditions de vie décentes, et étendre l'Etat-social à d'autres prestations.

Quant au pauvre score des nationalistes en tout genre, ce n'est qu'un épouvantail dressé servant à faire oublier l'excellent score de la gauche.

Alors au diable la peur, et vive l'espérance, car enfin le calvaire de l'austérité va prendre fin pour le peuple grec !


Commentaires

  • "la future coalition de la gauche radicale pourra en finir avec les politiques néo-libérales d'austérité en étatisant le grand capital "

    Vous y croyez vraiment ou vous faites semblant ?

  • Carlos, lisez les programmes de Syriza, Dimar, et des communistes.
    Si leur score majoritaire se confirme lors des prochaines probables élections, alors oui, j'y crois! : )

  • Ce serait trop marrant, car pour la Grèce ce sera plus difficile de faire comme pour l'Islande et de cacher l'information. Allez, rien que pour le plaisir :

    http://blog.sami-aldeeb.com/2012/05/09/islande-urgent-a-diffuser-en-parler-cest-le-moment-ou-jamais/

  • Mais surtout, on s'en branle.
    La Grèce n'aura jamais les moyens d'imposer le populisme (de gauche ou de droite) en Europe. Et surtout, tête de nœud, avec quel argent tes copains gauchos vont pouvoir "étatiser le grand capital" !?

  • Bob d'Arvey, comme ton commentaire est raffiné : )
    Cela me donne envie de te répondre tu sais ; )
    Être de gauche ce n'est pas être populiste, espèce de petit libéral endoctriné :P

    Le comble c'est ta phrase : "avec quel argent tes copains gauchos vont pouvoir "étatiser le grand capital" !?"

    En temps de crise, indemniser les ultra-riches lorsque l'on les exproprie n'est pas forcément nécessaire. Nécessité fait loi!

  • Ma grande, je ne suis n'y de droite n'y de gauche, et encore moins libéral. J'essaie juste de te faire remarquer que tes illusions utopistes ne mèneront à rien. Si tu désire que la Grèce, qui a mis des décennies à sortir de la dictature, grâce notamment à l'Europe, se fasse virer à coups de pompes dans le cul et revienne à la case départ, c'est un manque de jugeote et de respect pour ce peuple. Ma chère Maman est Grecque te mettrait un aller-retour d'anthologie si tu étais en face d'elle.

  • Bob, la corrélation : socialisme = se faire virer de l'Europe, c'est ton point de vue, mais je ne le partage pas.
    La Grèce peut fort bien être socialiste et être dans l'Europe.
    Allez, va faire ton ni de gauche, ni de droite, ailleurs.

  • C'est quand même bizarre que les socialistes n'aient jamais dénoncé le vol de la chrétienté orthodoxe et le pillage des bâtiments publics dont ils sont en partie propriétaires?

    Ils l'ont fait avec la complicité de l'armée et l'ancien pouvoir des monseigneur,représentants des dieux.

    Je ne vois rien, je n'entends rien, et je ne dis rien! Voilà le socialisme Grec.

    Avec eux, il ne faut surtout pas laisser tomber la savonnette dans les douches communes...c'est la même chose lorsqu'on leur prête de l'argent...

  • Julesansess, auriez-vous des sources pour étayer votre accusation ?

  • Je vois que les arguments sont à la hauteur des savonnettes... à ras l'égout. La droite grecque a maquillé les comptes de la Grèce avec l'aide de la grande banque Goldman Sachs pour entrer dans l'Europe malgré l'état calamiteux de l'économie grecque. Les voyous de chez Goldman Sachs sont désormais aux postes stratégiques en Italie, en Espagne et à la tête de la BCE. Toute la corruption de l'Etat grecque était déjà présente sous la droite. Lorsque Papandréou est arrivé, il a dû faire avec une corruption et un détournement magistral de l'argent public au profit des hauts fonctionnaires et des capitaux privés... autant dire : foutu d'avance, pour le PS grec. Heureusement, les communistes et les radicaux de gauche remettront tout l'ordre nécessaire, croyez-le...

  • Au fait, je ne sais pas si vous avez lu dans Le Temps, mais La Chaux-de-Fond va fêter plus de 100 ans de socialisme, sans alternance politique. Ils n'ont connu en cent ans que cinq problèmes de déficit. Vive la gauche !

Les commentaires sont fermés.