28/04/2012

100 publications, cent interrogations, sans compromission, sang politique

100 publications, cent interrogations, sans compromission, sang politique

Voilà atteint un chiffre symbolique pour mon blog.
Je ne pensais pas avoir autant écrit, et pourtant les voici.
Ces 100 billets, fruits de mes lectures, et de mes réflexions.

100 publications que l'on peut lire comme autant d'interrogation que je me fais à moi-même.
Revenant volontiers sur mes pas, j'admets tout à fait errer souvent sans trouver de réponse exacte, ou aussi exacte ou pertinente que je le souhaiterais.

Le propos de ce blog n'a jamais été de traiter l'actualité en tant que telle, certains le font bien mieux que moi, et je m'y livre rarement.
Mon propos est d'interroger le sang de la politique.
Les parlements, les médias, les partis, sont autant de veines et d'artères porteurs de ce liquide vitale.
Mais le sang de la politique, ce qui irrigue le cœur, c'est à dire la société, c'est l'idéologie.

Il s'agit donc pour moi de revenir aux fondements de la construction humaine collective, d'interroger à ma façon les projets de société pour lesquels s'enflamment les Hommes, et de comprendre les différents modèles de société qui s'offrent à nous.

Certes, je suis parfaitement et totalement partial et engagé.
Mais c'est justement parce que mes publications n'ont de sens que parce qu'elles ont un but militant derrière elles : celui d'essayer de définir le meilleur chemin pour la société hors du capitalisme.

Il est clair que beaucoup de gens pensent que je perds mon temps.
Personnellement je reste néanmoins convaincu qu'il est plus que jamais temps de nous poser des questions fondamentales, et de tenter d'y apporter des réponses.

Le sociologue Pierre Escofet disait dernièrement dans Gauchebdo : « Les jeunes sont plutôt conservateurs et le monde capitaliste et libéral leur va très bien. De toute façon, ils n'ont pas la culture politique pour le remettre en question. »

Si elle veut à nouveau arriver à porter un nouveau projet de société, une nouvelle utopie, ma génération doit revenir aux fondements de la société, aux idéologies.
J'espère donc que nous serons plus nombreux à l'avenir à nous offrir le droit et les moyens de repenser le monde.

Car ce dont la société a besoin aujourd'hui, ce n'est pas d'une nouvelle cohorte de gestionnaires pragmatiques ou de jeunes cadres dynamiques vendus au capital, mais c'est d'une nouvelle génération d'utopistes engagés !

17:01 Publié dans Au sujet du Blog | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : 100 publications, 100, blog, politique, idéologie, jeunes, jeunesse | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

"Sans compromission"?

Et que dire de vos revirements pseudo-nationalistes?

Encore une fois, à force de vous écouter parler, si l'on ose dire, vous devenez complètement sourd. Et aveugle, je pense que vous l'étiez déjà. Pourquoi ne pas retourner bien sagement à vos études?

Écrit par : Déblogueur | 28/04/2012

Déblogueur, il n'y a aucun revirement.
Seulement une évolution dans mon analyse politique.
Et ne vous inquiétez pas je poursuis mes études.

Écrit par : Adrien Faure | 28/04/2012

Le problème avec les gens comme vous est que vous prenez les autres pour des imbéciles. Après avoir proféré une énorme absurdité (parti nationaliste de gauche), vous changez d'idée sous la pression et l'image médiatique que cela vous donne et prétendez que votre analyse politique a évolué... Vous êtes-vous simplement relu? Croyez-vous vraiment ce que vous racontez?

Si cela n'est pas tourner sa veste, d'ailleurs bien imprudemment portée, je ne sais pas ce qu'est un revirement.

N'importe quoi, comme d'habitude. Allez, bon week-end quand même.

Écrit par : Déblogueur | 29/04/2012

tout le monde ou presque le sait désormais au niveau politique c'est le royaume des éoliens et éoliennes qui eux coutent un max aux contribuables,obligeant ces derniers à avaler n'importe quelle couleuvre sortie droit du grimoire des Saints des Derniers Jours

Écrit par : lovsmeralda | 29/04/2012

Ce qui manque à la droite pour liquider l'extrême droite, c'est un antilibéralisme ; ce qui manque à la gauche, un souverainisme. Pas difficile à comprendre, non ?... Si il existait chez nos voisins français un parti antilibéral à droite, de type gaulliste, les voix du FN seraient syphonées... Plus personne hormis une petit caste ne souhaite une Europe supranationale. Elle était déjà contestée du temps de Mendès-France, absolument refusée par De Gaulle et malheureusement, validée par Pompidou. Reste que de Maastricht au Traité constitutionnel européen, il y a toujours eu des peuples pour s'y opposer en Europe, et de plus en plus après les années 2000. Didier Burkhalter est un homme de l'ancien régime... Comparer la Suisse à la Corée du Nord montre bien la bêtise incroyable dont il est capable... Hallucinant ! Il aurait mérité un torrent de mécontentement. Les suisses sont trop polis, décidément, quand on les insulte... Il ne faut pas laisser à l'UDC la défense des intérêts nationaux; c'est là que la gauche se doit de défendre le souverainisme contre l'abolition européenne de l'indépendance nationale des états membres en matière budgétaire, et en quelle que matière que ce soit. Dans les autres pays du monde, l'organisation politique européenne apparaît comme absurde. Tant que l'Europe ne sera pas fédéraliste, elle restera hégémonique et injuste à l'égard de ses pays membres, provoquant sans cesse discordes et nationalismes.

Écrit par : Cédric | 29/04/2012

Ce n'est pas le libéralisme qui est la cause de la droite extrême... Le libéralisme est une doctrine qui n'est pas appliquée.

Écrit par : Grégoire Barbey | 29/04/2012

"Le libéralisme est une doctrine qui n'est pas appliquée."

On y vient gentiment, à force de détruire les services publics.

Écrit par : Johann | 29/04/2012

si le liberalisme est appliqué dans son intégralité avec la domination des multinationales que l on a actuellement, nous serions obligés d être contrôlé constamment ds notre consammation pour le bien de l economie. Mais je préfère refermé la porte de ce débat car ce débat pas de sens. La recherche de la croissance et du profit a fait oublier à la majorité une chose essentiel : la saturation. Alorq continuons sur cette pente glissante et continuons à trouvers des excuses à droite ou à gauche que ce ne sont pas les bonnes personnes qui sont au pouvoir. Dans quelques temps les gens se plaindront que l Etat n a plus d autre source de revenu que les impôt. Bref l Homme adore prendre des claques avant de réfléchir.
oui Adrien il est urgent d avoir une alternative car le temps presse car nous sommes rentré dans la période du protectionnisme économique viendra ensuite la période ou être nationaliste sera normal. J en connais bcp qui tourneront leur veste. Les mêmes qu'en 39... ils se rallieront à la majorité par peur d exclusion. La seule lecture des intellectuels du début du 20 ème siècle nous permet d arriver à cette conclusion. Giraudoux avait bin mis en garde la France d une 2 guerre mondiale. Il faut croire que les choses ne changent pas. Espérons seulement que l Homme finisse par comprendre que c est lui qui le destin entre ses mains et pas les marionnettes au pouvoir

Écrit par : plumenoire | 29/04/2012

Juste pour dire que la première guerre mondiale et la deuxième ont été déclenchées pour des raisons colonialistes... Les Balkans lors de la 1ère, l'invasion des sudettes pour la seconde. Les intérêts colonialistes des puissances européennes, fascistes ou non, nous ont valu ces deux guerres. Que la crise économique ait porté au pouvoir les fascistes n'explique pas comment des démocratiques ont laissé monter en puissance des partis qui ne cachaient pas leurs intentions criminelles. A l'époque d'Hilter, on pouvait défiler avec des slogans de morts et des appels au meurtre, avec une police politique armée, sans être aucunement interdit. Vous ne trouverez pas de partis d'extrême droite aujourd'hui pouvant bénéficier d'une telle violence. Sachez en tout cas que si l'extrême droite est inexistante en Allemagne, c'est parce qu'elle est interdite de représentativité politique. La réponse à la haine, c'est la loi. Il n'y avait aucun garde-fou en Europe dans les années 30 sur ce plan-là. L'extrême droite est aujourd'hui nationaliste mais pas criminelle, à ce que je sache... et les ambitions colonialistes n'appartiennent plus à l'envahissement militaire... La guerre économique a remplacé la guerre des territoires. Bref, je ne crois pas aux menaces de guerre dans cette crise-là.

Écrit par : Cédric | 29/04/2012

Voila un joli coup de garcimore. Il semblerait que vous ne voyez pas du bon côté. "la guerre de Troie n aura pas lieu" disait on. Giraudoux était persuadé que la "der des der ne serait pas la guerre de 14. La conjoncture de la 2eme guerre était sensiblement différente. La crise était différente aussi. Cependant les conséquences, crise social, chômage sont là. Le protectionnisme économique est là et même dans la publicité! Mais l avenir apportera encore certaines réponses. Bien entendu cela reste de la speculation. Ce que je trouve drôle c est le changement de mentalité envers les extrêmes entre aujourd hui et les années 90. Il semblerait que l on finisse par accepter bcp de choses grâce au média. Marine Lepen a eu un bon coup de pouce de Robert Menard. Ce dernier lui a fait une belle éloge dans un de ces livres. Constat : les extrêmes sont aujourd hui fréquentables. Vive l'amnésie!

Écrit par : plume noire | 29/04/2012

"Le vote Front National n’est pas un vote néo-fasciste ou d’extrême droite comme la presse libérale bien pensante française veut nous le faire croire depuis des années. Ceux qui déposent un bulletin FN dans l’urne ne disent pas oui à la collaboration française avec l’occupant nazi ou à l’OAS pendant la Guerre d’Algérie ! Ni oui à Vichy et à Pétain ! Marine Le Pen est née en août 1968 et nombre de ses électeurs ne fonctionnent plus avec le vieux logiciel des années 70 qui est encore celui des patrons de presse d’aujourd’hui, des commentateurs, des éditorialistes." (Michel Onfray; philosophe anarchiste, ici : http://mo.michelonfray.fr/non-classe/entretien-pour-le-journal-japonais-the-mainichi/)

Claude Lanzmann, ancien résistant de la 2ème gerre mondiale; réalisateur de Shoah, disait dans le magazine 28 minutes sur ARTE que Marine Le Pen n'a rien à voir avec le fascisme des années 30. Amnésique, Lanzmann ?... (Ici : http://videos.arte.tv/fr/videos/28_minutes-6609800.html)

Écrit par : Cédric | 30/04/2012

Les commentaires sont fermés.