22/03/2012

Glossaire schématique des tendances idéologiques et partisanes en politique

 

Glossaire schématique des tendances idéologiques et partisanes en politique

Au lieu de mon habituel glossaire de plus en plus verbeux, j'ai réalisé quelques schémas sous formes d'axes analytiques afin de représenter les tendances idéologiques et partisanes en politique.

Axe socio-économique.png


Axe des moeurs.png


Axe culturel.png


Axe écologique.png


 

 

 

 

 

14:30 Publié dans Idéologies politiques & projets de société | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : glossaire, idéologies, politique, partis politiques | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

à part les études et votre blog, avez-vous une vie, jeune homme ?

Écrit par : Victor Winteregg | 22/03/2012

Victor, les études, mon blog, et... la politique ;)

Écrit par : Adrien Faure | 22/03/2012

Même sous la forme de schéma, tout cela reste verbeux et vain. Pourquoi vouloir à tout prix coller des étiquettes, catégoriser à la va comme je te pousse?

Écrit par : Déblogueur | 22/03/2012

Déblogueur, l'usage de la classification en sciences sociales permet de mieux comprendre son sujet et les objets étudiés.

Écrit par : Adrien Faure | 22/03/2012

Les classifications sont nécessaires pour les esprits faibles, elles permettent de schématiser. Mais effectivement, l'impact des catégories est néfaste d'un point de vue pratique.
Monsieur Faure a peut-être tendance, malheureusement, à oublier de dissocier théorie et pratique.

Écrit par : Grégoire Barbey | 23/03/2012

Étrange classification : la tradition libertaire est une tradition de gauche. On parle d'ailleurs de socialisme-libertaire. Mettre le libertarisme à droite, est une erreur. Il y a deux visages de la liberté, au moins; le libéralisme et le libertarisme, précisément. Le libertarisme porte des valeurs de gauche; alors que le libéralisme, s'il portait au XIXème les valeurs de liberté de moeurs et de libertés publiques, il porte aujourd'hui plus volontiers la libre-concurrence intégrale; la liberté au sens de dérégulation du marché. Liberté éthique à gauche, liberté cynique à droite, pour la frange néolibérale...

Écrit par : Cédric | 23/03/2012

Cédric, ainsi Adrien écrit de façon pompeuse. Ignotum per ignotius. Il lui faut être obscur pour mimer la profondeur.

Écrit par : Grégoire Barbey | 23/03/2012

La classification a sans doute quelque chose de rassurant: celui qui ne sait où il est et où il va se donne ainsi l'illusion de la lisibilité et de sens de la direction. Selon l'approche du radical-constructivisme, comme il n'y a pas de réalité, mais que les représentations de ceux qui les produisent, il n'y a donc finalement que le jeune Faure qui doit se sentir tout réconforté de son accès de schématite.

Écrit par : Déblogueur | 23/03/2012

Est-ce nécessaire de s'attaquer à la personne d'Adrien Faure ?
Ses schémas sont déconcertants, car leur aspect figé et réducteur. Ils doivent être plus intéressants à bricoler qu'à contempler : se demander où placer ceci ou cela. Ca présuppose que l'on soit assez au clair sur les programmes, les prises de position et les choix effectifs des partis.
Pourquoi nous livrer ça ? J'imagine que c'est pour que l'on exerce notre esprit critique sur les schémas, pas sur la personne qui les poste.
Elémentaire, cher Watson !

Sans me prendre pour Sherlock Holmes, je me demande si l'axe est la forme la plus adéquate pour schématiser tous les aspects.
Pour le socio-économique, la sphère serait probablement plus adéquate, pour que les extrêmes se rejoignent. On perdrait la notion de "centre", certes, mais les opposés seraient maintenus.
Mais est-ce qu l'adage, selon lequel "les extrêmes se rejoignent" est juste ?

Écrit par : Calendula | 23/03/2012

Grégoire, encore un commentaire insultant et je te vire de mon blog, espèce de petit libéral prétentieux !

Écrit par : Adrien Faure | 23/03/2012

Cédric, on ne peut faire l'apologie du capitalisme pur et se dire de gauche... Le capitalisme pur c'est l'inégalité pure, et donc la pauvreté totale pour les non possédants.

Écrit par : Adrien Faure | 23/03/2012

Déblogueur, mes schémas sont juste une invitation à la réflexion et au débat.

Écrit par : Adrien Faure | 23/03/2012

Je ne fais pas l'apologie du capitalisme...
Je suis de gauche. Je confirme... ;-)
Je voulais juste dire que, contrairement à ton schéma
Le libertarisme est de gauche, pas de droite...

Écrit par : Cédric | 23/03/2012

Cédric, je parlais du libertarisme en soi, pas de ta position personnelle : )

Écrit par : Adrien Faure | 23/03/2012

Mon Robert, hélas, ne contient pas de définition de "libertarisme"; mais je renvoie à Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Libertaire ou il est écrit, je cite : "Le mot « libertaire » a été créé par Joseph Déjacque, militant et écrivain anarchiste, par opposition à « libéral »" Fort de quoi, placer la libertarisme à droite, même radicale, est contraire aux origines historiques du mot "libertaire" et donc, fatalement, au sens même du mot libertaire... Je suis plus proche du sens universel de ce mot que ne semble l'être ton propre schéma... subjectif... ;-)

Écrit par : Cédric | 23/03/2012

A lire dans le Temps de ce jour: "Coprésident des Jeunes socialistes, il sème le trouble sur Internet".

Excellent résumé de la dérive "intellectuelle" du jeune Faure et de ses effets toxiques.

Mais bon, la liberté d'expression devrait tout excuser.

Écrit par : Déblogueur | 23/03/2012

Le fait que Le Temps ait braqué le projecteur sur le blog de Adrien Faure afin de créer une polémique qui n'en est pas une, est bien dommage. Confondre un jeune socialiste en pleine confrontation de concepts, de notions, d'élaborations d'une sensibilité politique en devenir, avec les imprécisions, les erreurs, les hésitations nécessaires, les audaces, tout cela démontre davantage un climat extrêmement tendu chez certains officiels... alors que dans les bords politiques adverses, on entend des propos bien plus malsains de la part de certains jeunes membres de partis de droite dure... Je trouve très sympathique, moi, ce que fait Adrien Faure. Je l'encourage à continuer et à ne pas être contrarié par les frilosités ambiantes. Il faut bien commencer par être maladroit avant d'être adroit... La liberté d'expression est bien plus vaste que ce que certains essaient de faire croire. Evoquer le "national-socialisme" dans cette affaire, tout cela est vraiment grotesque. Pour le coup, les excès ne viennent pas toujours de la jeunesse... Peut-être faut-il être d'aucun parti pour pouvoir penser librement ?...

Écrit par : Cédric | 23/03/2012

@ Cédric: le fait qu'il existe d'autres dérives et que la "sensibilité politique" de Faure soit "en devenir" ne saurait en soi excuser ni justifier l'exploration de concepts aussi ténébreux et historiquement démontrés comme aberrants et toxiques. A ce stade, ce n'est plus de la maladresse, c'est de l'incompétence, voire de l'aveuglement. Manipuler des concepts, des étiquettes et autres classements sans aucun discernement relève de l'indignité.

Les gens de gauche sont d'incomparables donneurs de leçons. L'idée d'un mouvement "nationaliste de gauche" est celle de trop.

Écrit par : Déblogueur | 24/03/2012

Et bien moi, à 20 ans, je ne me préoccupais absolument pas de politique. J'aurais été dans l'incapacité totale de maîtriser la moindre notion, quelle qu'elle soit. Et cela ne relève pas de l'indignité, mais de l'inexpérience. Je trouve donc que Adrien Faure a bien du mérite de s'y exercer publiquement. Donc, s'indigner ici est bien dérisoire; alors que nombre de scandales se perpétuent impunément à l'échelle nationale par des hommes politiques élus et confirmés. Exonérations d'impôt des entreprises qui délocalisent, abaissement des impôts pour les riches, libéralisation des services sociaux, du livre; accroissement de la production, des bénéfices, du PIB, sans compensation sur les salaires ou les jours de congés; masse considérable d'argent issus de la corruption politique étrangère, des dictatures et probablement des trafics de toute sorte dans les coffres des banques suisses; spéculation sur les loyers; quelques milliards chaque années qui partent du 2ème piliers vers la finance actionnariale; sans parler de la xénophobie et du populisme qui nous valent des initiatives et des lois absurdes. Il y a des lieux pour s'indigner, et d'autres pour débattre. Pourquoi n'aurait-il pas le droit de faire de son blog un think tank, avec le risque toujours évident, de dire des choses un peu déplacées ? Ce problème arrive également à des organisations comme Terra Nova, en France, par exemple. Par moment, ça dérape. Bon. On a quand même pas affaire à un terroriste... ;-) Les donneurs de leçons, de gauche comme de droite, ne veulent pas débattre; ils ne veulent que juger et condamner. Ils sont trop autoritaires et gardiens du Temple pour être de vrais démocrates. L'interdiction les fascine toujours beaucoup. Laissez respirer la pensée, merci... Pour ma part, l'idée de "nationalisme de gauche" m'a fait penser au souverainisme de gauche, qui n'est pas d'extrême droite et qui défend les intérêts socio-économiques d'un pays en refusant qu'une instance extérieure y impose une idéologie contraire. Exemple : la commission européenne. Ca peut se défendre, avec d'autres mots et d'autres visées que de la pure tactique politicienne...

Écrit par : Cédric | 24/03/2012

@ Cédric, je vous remercie pour vos commentaires.
Je vais rédiger de ce pas une note en réaction à l'article du Temps.

Écrit par : Adrien Faure | 24/03/2012

Mais de rien...
C'est l'article du Temps qui m'a fait découvrir ce blog...
Et cette fausse polémique... ;-)

Écrit par : Cédric | 24/03/2012

Pas mal...
Juste deux petites remarques :
- pourquoi placer les PLR comme nationalistes sur l'axe culturel? En effet, le néolibéralisme sauvage qu'ils défendent me paraît largement inspiré des réalités anglo-saxonnes, et ils prônent de plus un commerce sans entraves (et sans morale, mais c'est une autre histoire) avec le reste du monde...
- Je trouve bien sympathique de ta part de placer le PS autant à gauche sur l'axe socio-économique... Pourtant il me semble que ce parti n'a proposé aucune réforme crédible du système économique ces dernières années... Les socialistes semblent avoir totalement accepté l'économie de marché ultra-libérale comme seule voie possible, et se contentent de défendre (mollement) les quelques derniers acquis sociaux qui restent...
Bon, je suis peut-être un peu dure, mais j'avais envie de me défouler...

Écrit par : Laura | 26/03/2012

Laura

Je suis d'accord avec ton argumentation, toutefois si le PLR est nationaliste, c'est dans le sens où il soutient une politique migratrices très fermée (le nouveau président du PLR est le père d'une initiative visant à limiter à 18% le nombre d’étrangers en Suisse).

Concernant le PS, je l'ai placé de manière peut-être un peu trop optimiste, mais cela reflète mes espérances, ainsi qu'une tendance réelle qui est en cours. La dépassement du capitalisme est après tout un objectif du PS notifié dans son programme.

Écrit par : Adrien Faure | 26/03/2012

Pour moi l'agorisme et le libertarisme est de gauche sans aucun doute ! Notamment du fait de son anticapitalisme.

D'ailleurs je suis étonné que le fascisme (totalitarisme+autoritarisme) ne soit pas représenté?

c'est pourtant un régime politique qui jusqu'à présent est né par extension du national socialisme au nom de l'ordre social, de la sauvegarde du système capitaliste, hors on voit qu'avec la confusion gauche droite elle peut largement naitre aussi de la droite traditionnelle lorsqu'elle veut conserver ces rentes et ces privilèges...

Écrit par : anarchange | 02/05/2012

@Anarchange, l'agorisme et le libertarisme c'est le capitalisme pur.
Donc absolument l'opposé d'une forme d'anti-capitalisme.

Quant au fascisme, ce n'est pas un modèle économique contemporain.
Mais son élément clef, le corporatisme, a été intégré aux gouvernements actuels (sous le nom de néo-corporatisme).

Écrit par : Adrien Faure | 02/05/2012

Les commentaires sont fermés.