06/02/2012

De la fondation du cercle Gramsci

 

De la fondation du cercle Gramsci



Esquisse d'une possible orientation, réalisée avant la réunion de fondation du 16 février


1. Une réponse à la conjoncture


Au vu de l'évolution du mode de production capitaliste, il est aujourd'hui extrêmement nécessaire selon moi de proposer, de manière claire et intelligible, un nouveau modèle d'organisation de la société, qui soit une véritable alternative au capitalisme.
En effet, nous assistons à un grand nombre de crises systémiques : crise financière, crise économique, crise de la dette, crise sociale, crise politique, crise écologique, crise psychique, etc.
Mais pour pouvoir envisager un changement systémique, il faut qu'une alternative au capitalisme soit audible et accessible au grand public.
De plus, il faut que cette alternative soit non seulement absolument désirable, mais en plus véritablement fonctionnellement viable et souhaitable.

2. Critique du capitalisme

Imaginer un nouveau modèle d'organisation de la société nécessite inévitablement de formuler une critique du mode d'organisation actuel. Nous devons donc analyser et décortiquer les failles et les errements du capitalisme, de ses conséquences les plus évidentes à ses défauts les moins manifestes.

3. Construction d'un nouveau modèle

Pour imaginer un nouveau mode d'organisation sociale, nous pourrons puiser dans les modèles anciens des ères primitives (troc, système de don-contre don, socialisme primitif, etc.), ainsi qu'étudier les nombreux modèles d'économies planifiées, mis en pratique ou pas.
Par ailleurs, nous pourrons explorer les propositions d'organisation plus ou moins communautaire (anarchistes, écologistes, utopistes, etc.).
De l'ensemble de ces éléments, nous tirerons une synthèse du mode d'organisation idéale.


4. Penser une transition

A partir de notre modèle idéal établi, il nous faudra encore penser une transition entre l'état actuel de l'organisation sociale et la réalisation de notre modèle. Le développement d'une théorie de la transition peut se fonder avant tout sur les aspects fonctionnels de cette transition.

5. Réflexion sur les moyens

Enfin, nous aborderons la question de savoir comment renverser le système capitaliste.
L'élaboration d'une méthode du changement paraît souhaitable.

17:36 Publié dans Cercle Gramsci | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cercle gramsci, genève | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

@Adrien vous nous manquiez avec vos idées anti capitalistes,c'est vrai mais attention que cela ne devienne pas une phobie obssionnelle face à l'argent !sans doute de famille ayant les moyens d'assumer vos études avez vous su profiter de cet argent qui vous semble sale,mais n'oubliez pas le nombre de citoyens qui en plus de vos parents ont permi la construction d'universités ou autres Hautes écoles.Il fallait de l'argent celui-ci n'est pas tombé tout seul du ciel à moins que comme tant d'autres vous aussi croyiez à cette belle et fausse parole qui dit,demande et tu auras,mais en ayant occulté le principal,travaille d'abord et ensuite le ciel t'aidera,rire
bonne soirée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 06/02/2012

Je vous conseil la lecture de l'ouvrage culte de l'auteur P.M., Bolo bolo.

Écrit par : Déblogueur | 07/02/2012

@ Lovsmeralda, je pense que l'on peut être critique envers le capitalisme et en même temps travailler à l'intérieur de ce système pour gagner sa vie.

@ Déblogueur, j'irai voir ce que vous me proposez, merci.

Écrit par : Adrien Faure | 08/02/2012

Les commentaires sont fermés.