03/02/2012

De la disparition de l'ancienne bourgeoisie

 

De la disparition de l'ancienne bourgeoisie



Hypothèse théorique


La mondialisation économique (le développement de la concurrence mondiale) et l'apparition des nouvelles technologies de l'information et de la communication brise l'assise économique de l'ancienne bourgeoisie et la pousse dans les rangs des classes moyennes en l'appauvrissant.

Les nouveaux riches qui prennent leur place dans la domination de classe sont décadents, car ils sont les fruits de l'ethos consumériste, et matérialiste de leur temps, et n'ont plus les limites morales de l'ancienne bourgeoisie, ni leur culture de la modération (l'ethos protestant chez Weber).

De la domination de cette nouvelle classe décadente naît une radicalisation idéologique : le néolibéralisme.

L'appauvrissement de l'ancienne bourgeoisie, encore détentrices d'importants capitaux culturels, sociaux, et symboliques, provoque l'apparition dans ses membres d'une nouvelle génération d'intellectuels anticapitalistes frustrés de leur échec économique familial.

Ainsi l'évolution du mode de production capitaliste produit-il naturellement, par les conséquences de la loi de la concurrence, son antithèse potentielle à même de le dépasser.



18:25 Publié dans ancienne bourgeoisie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : ancienne bourgeoisie | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Débattre avec vous tient du défi irréaliste... Vous collez des étiquettes aux gens, aux concepts, aux idées... On ne peut être que ceci ou cela, de droite ou de gauche, socialiste éclairé (comme vous?) ou obscur...

La réalité de la vie est sans doute plus complexe et vos catégorisations infantiles renforcent les fractures et les divergences. Les problèmes de société que vous évoquez sont généralement réels, mais vos analyses, par contre, sont puériles et dénuées de sens.

N'y a-t-il pas, en effet, quelques gradations possibles entre l'état "d'ancien bourgeois" et celui de "nouveau riche décadent"? Ou celui de prolétaire exploité par le capitalisme sans coeur et dévorant et celui d'homme libre, rendu tel par sa libération intérieure?

Je vous invite à davantage de nuance dans vos analyses. Ce qui, paradoxalement pourrait vous conduie à renforcer vos idées.... Mais aussi à les développer avec davantage d'intelligence.

Écrit par : Déblogueur | 04/02/2012

@Déblogueur, vous me trouvez manichéen en quelque sorte. Il est possible, voire probable, que je manque de nuance dans mes analyses. Je tenterais donc d'y remédier dans mes prochaines publications. J'ajouterais toutefois que la nuance est souvent implicite, et que la préciser n'est pas forcément nécessaire.

Écrit par : Adrien Faure | 04/02/2012

Intéressant texte pour ceux qui auront relevé "hypothèse théorique"!

On aurait échappé à plus de 180 fin du monde mais on a jamais échappé à des fins régime, idéologie et autres. Ce fait que tu mets en avant un fait répété dans chaque société qui a fini pas chuter!

Bien entendu qu'il y a des "gradations" mais elles ne nous intéresse pas dans ce débat poser par l'auteur. Alors ne faisons pas de hors sujet.

Bon texte lapidaire en tout cas!

Écrit par : plume noire | 04/02/2012

@Plume noire, du fait de la forte densité du texte, on a un peu de peine à bien comprendre l'hypothèse.
@Adrien Faure, est-ce que je comprends bien le message: vous êtres l'un de ces
"membres d'une nouvelle génération d'anticapitalistes frustrés de leur échec économique familial".
Ca voudrait dire que le capitalisme néolibéral produirait lui-même(hypothèse théorique) sa propre critique ? Ce système a-t-il donné les moyens aux jeunes d'avoir la capacité de faire leur propre analyse ? Là, on n'est plus dans l'hypothèse, n'est-ce pas ?

Écrit par : Calendula | 04/02/2012

"du fait de la forte densité du texte, on a un peu de peine à bien comprendre l'hypothèse."

Pas faux... cela dit le titre fait partie du texte.
N'oublions pas que c'est une constatation. Il met un avant UN aspect grandissant. La perte des valeurs. Certains riches la perdent d'autre pas. Des pauvres aussi la perdent et d'autres pas. Mes parents ont côtoyé encore récemment des gens très simple et très riche. Eux-même mettaient en avant ce genre d'arguments. Ce qui sous entendait bien sûr qu'eux ne l'avait pas perdu : le sens des valeurs
Mais de toute façon je ne vais pas me répéter mais cette situation est normale vu ce qu'il nous attend.

Combien de temps faudra-t-il pour comprendre que l'on ne s'en sort pas avec des "pro" ou "anti". IL suffit simplement d'être juste!

Écrit par : plume noire | 06/02/2012

@ Plume Noire, comme tu le fais remarquer fort bien, il y a encore des anciens bourgeois qui jouissent de capitaux économiques, et pas uniquement des nouveaux riches.
Ce que je décris dans mon texte est effectivement un processus en mouvement, non un stade figé.

Écrit par : Adrien Faure | 08/02/2012

Les commentaires sont fermés.