23/01/2012

Les 8 réponses à la crise de la dette

Les 8 réponses à la crise de la dette


Les réponses institutionnelles


1. L'austérité, un capitalisme (néo)libéral – une réponse de droite

2. Les plans de relance, un capitalisme social-démocrate – une réponse de centre gauche

3. L'austérité & les plans de relance, un capitalisme social-libéral – une réponse de centre droit


Les réponses non institutionnelles principales


4. Le retour à la nation, un capitalisme nationaliste – une réponse d'extrême droite

5. Le passage démocratique à l'économie planifiée, un socialisme démocratique – une réponse de gauche


Les réponses non institutionnelles secondaires


6. Le passage à l'économie planifiée par la révolution et la dictature de classe, un marxisme-léninisme – une réponse d'extrême gauche

7. Le projet communautaire, une organisation anti-productiviste – une réponse anarchiste ou écologiste


La réponse non institutionnelle anecdotique


8. Le passage à un capitalisme pur, un capitalisme libertarien – une réponse d'une certaine droite





13:21 Publié dans crise de la dette | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : crise, dette, solutions | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Est-ce que je me trompe ou vous n'avez pas compris l'idée de dictature du prolétariat de Marx?

Et vous oubliez le plus simple, mais le plus difficile en pratique : démocratie politique + démocratie économique. Une réponse d'extrême-extrême-gauche.

Écrit par : Johann | 24/01/2012

@ Johann, la dictature de classe n'est pas la solution que je soutiens.
Dans le situation actuelle nous pouvons porter nos espoirs de changement par un réformisme plus ou moins radical.

Bien entendu, la démocratie économique est l'essence même du socialisme.

Écrit par : Adrien Faure | 24/01/2012

Qui a développé les productivisme à outrance? Internet ni plus ni moins:plus besoin de courir,de se déplacer tout peu se faire en quelque temps même le productivisme amoureux qui en a conduit beaucoup soit en soins psychiatriques et d'autres sur le chemin du suicide.Le nier est carrément assassin et je pèse mes mots.Fini le temps des oeillères ou on peut accuser les plus grands patrons croyant toujours que le simple consommateur n'est en rien responsable.On a tous un cerveau pour réfléchir à moins que et ce serait alors très grave la machine vous dicte le Ba Ba de votre conduite au quotidien ou est-ce un gourou comme il y en a tant en suisse et non politiciens qui s'amuse à diriger votre vie?

Écrit par : lovsmeralda | 27/01/2012

Et je me permets d'ajouter que Migros et Coop voyant arriver d'autres grands groupes agroalimentaires savent eux aussi pousser au productivisme grâce et très souvent par de fausses belles paroles comme l'histoire des constructions Coop laissant sur le chemin de la désolation des clients piégés ne sachant plus comment ni vers qui se tourner pour ,soit récupérer l'argent déjà déboursé ou pour terminer leur maison:rêve de leur vie.En sacrifiant les petits commerçants ces deux grands groupes se voient confrontés aux mêmes problème que ceux qu'ils ont cherché par tous les moyens à anéantir,tout comme les petits agriculteurs avec le faux Bio.
De plus avec Internet on peut pratiquement tout acheter même à crédit,et apprendre à s'affirmer en disant non à tout ce que la mode propose est autant sinon plus salvateur que dire des grâces trois fois par jour

Écrit par : lovsmeralda | 27/01/2012

Cessez aussi de prendre comme terreau expérimental les personnes âgées de ce pays,là vous y gagnerez en productivité mais intelligente cette fois

Écrit par : tiendonc | 27/01/2012

@ Lovsmeralda, vous avez bien raison. Internet et les grandes surfaces sont une partie du problème productiviste. A court terme préserver internet me semble néanmoins souhaitable.

@ Tiensdonc, je ne comprends pas votre commentaire? Que voulez-vous dire?

Écrit par : Adrien Faure | 27/01/2012

Leur position est peut être anecdotique, mais les libertariens avaient prévus la crise de la dette depuis longtemps.
Voir le discours de Ron Paul au congrès américain lors du vote du free housing act, en 2002 qui sera la cause de la bulle immobilière elle même responsable de la crise des subprimes.
C'est hallucinant de voir avec quelle précision il décrit en avance les mécanismes de la crise qui n'était pourtant "imprévisible" selon ces idiots comme krugman.
Sinon, pour "5. Le passage démocratique à l'économie planifiée, un socialisme démocratique – une réponse de gauche"
En France, plus de 53% du PIB est planifié par l’État, les principales banques sont dirigées par des anciens politiciens, qui sont restés en place à l'époque de leur nationalisation. Ca n'évite surement pas la crise, au contraire...
C'est chou de croire qu'un gouvernement serait par nature plus honnête qu'une entreprise...

Écrit par : Zach | 27/01/2012

"@ Johann, la dictature de classe n'est pas la solution que je soutiens."

C'est que vous n'avez pas compris la formule de Marx. La "dictature du prolétariat" est une démocratie politique où la majorité (le prolétariat est majoritaire) défend ses intérêts. Au lieu de se comporter en laquais de la bourgeoisie capitaliste et de voter contre ses propres intérêts. Pour Marx, nous vivons actuellement dans une dictature de la bourgeoisie.

Illustration:

http://www.youtube.com/watch?v=Fu2k_IbQ1zw

Écrit par : Johann | 28/01/2012

@ Johann, j'adhère à votre commentaire. Mais subsiste la question des moyens.
Il me semble qu'actuellement nous pouvons oeuvrer à l'intérieur de la démocratie représentative libérale pour changer la société. C'est ce que j'appelle le réformisme radical.

Écrit par : Adrien Faure | 29/01/2012

Les commentaires sont fermés.