01/11/2011

Le mouvement des Indigné-e-s, vu par un Indigné (suite)

Le mouvement des Indigné-e-s, vu par un Indigné (suite)

Réflexion sur le devenir du mouvement et ses moyens d'action.

Quelles sont les options qui s'offrent au mouvement des Indigné-e-s ?
Que va-t-il devenir ? Comment peut-t-il avoir une quelconque influence ?

Plusieurs possibilités s'offrent au mouvement :

- Fonder un parti politique et tenter de prendre le pouvoir par la démocratie représentative et le jeu électoral.

Évidemment, cette idée est en totale contradiction avec les fondements mêmes du mouvement qui rejette majoritairement la démocratie représentative et le système des partis. Une telle contradiction tuerait symboliquement la crédibilité du mouvement.
De plus, il semble difficilement envisageable de réussir à établir de manière consensuelle une ligne idéologique commune.

- Se radicaliser et passer à la lutte armée.

Concrètement, la majeure partie du mouvement étant pacifiste cela me semble difficilement imaginable. En outre, cela soulèverait des questions morales importantes.
Par ailleurs, je ne pense personnellement pas que la situation actuelle en Suisse nécessite d'arriver à de telles solutions extrêmes.

- Développer une société alternative jusqu'à absorber la société externe.

Ce qui se fait au campement des Indigné-e-s jette les bases d'un autre mode de fonctionnement collectif, d'une organisation sociétale différente.
Concrètement, si une société interne à une autre grandissait suffisamment jusqu'à devenir majoritaire, on pourrait alors légitimement remettre en question l'existence de la société l'entourant.
Sur le plan symbolique, l'existence d'un autre mode d'organisation sociale peut donner, par l'exemple, des pistes à la société externe, et ainsi l'influencer.

- Servir de lobby citoyen

Par des mobilisations collectives, par des actions médiatiques ou populaires, par des grèves, par des occupations, par l'usage de la désobéissance civile, par le lancement d'initiatives, de référendums, de pétitions, par des campagnes lors des votations, bref par la participation à la vie collective et politique de manière a-partisane, mais en se fondant sur des valeurs et des idéaux, le mouvement des Indigné-e-s peut être réellement efficace.
En agissant sur des thèmes précis, comme le manque de logement ou les difficultés d'accès aux soins de la santé, le mouvement des Indigné-e-s peut réellement influer sur la situation actuelle.

C'est la voie que je soutiens, car c'est celle qui me semble la plus logique et la plus adéquate à la dynamique et à la composition du mouvement.

Ceci étant dit, le mouvement aura dans tous les cas permis de mettre en évidence l'existence de pans entiers de la société largement insatisfaits avec le système en place.
Et cette insatisfaction n'est pas près de faiblir !

23:18 Publié dans Les Indigné-e-s | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : indignation, indigné, mouvement, politique, société, moyens, actions | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Vos fantasmes qui prônent la mise en place d'une dictature anarcho-fasciste (fasciste, c'est bien comme cela que l'on désigne une idéologie n'en tolérant aucune autre, non ?) font de plus en plus peur à lire.

Heureusement que les gens de votre espèce ne sont que des marginaux peu dangereux qui gesticulent beaucoup, mais qui n'arriveront jamais au pouvoir.

Écrit par : Nom/Prénom | 02/11/2011

mais bon dieu adrien, est-ce que tu lis les conneries que tu écris? le présent du parti socialiste n'est pas radieux, son avenir est complètement catastrophique si l'on se fie au groupe des bras cassés que tu formes avec olga et romain de saint'.

Écrit par : cracra | 02/11/2011

Je reprendrais certaines paroles de V. Forrester pour donner une définition plus actualisée de ce qu’on désigne par fascisme/dictature, dont le terme le plus polémique mais approprié est l'ultralibéralisme, lequel a instauré "une dictature sans dictateur", puissance financière illimitée, laquelle n'aspire pas à prendre le pouvoir, mais à avoir tout le pouvoir sur ceux qui le détiennent" pour extirper le plus de profit possible.

Ce régime détruit l'emploi ou le précarise, incite les salariés à sponsoriser leur futur chômage, via les fonds de pension aux exigences de rentabilité démesurées.

Il rejette les jeunes et condamne une fraction d'entre eux, au mépris de l'affirmation démocratique d'égalité.

Il impose des règles iniques par l'intermédiaire d'institutions à sa solde - FMI, Banque mondiale, OMC…-, recherche "une échine flexible" derrière la flexibilité et s'enrichit par la spéculation.

L'action collective des indignés a comme objectif le refus d'accepter ce que l'on juge nocif en combattant la philosophie de la sélection entre inutiles et rentables, et de la tolérance à l'intolérable, laquelle préconise à se débarrasser de ceux dont il est prétendu qu'ils ne font plus vraiment partie de l'espèce ou qu'ils sont nuisibles".

Une société qui fait passer l'efficacité avant la solidarité, la richesse de quelques uns avant la satisfaction de tous, la spéculation avant la production, doit être changée.

A toutes les époques, il y a eu des gens pour refuser la fatalité et l'injustice, et c'est parce que cette lutte n'est jamais terminée que l'histoire n'a pas de fin.

Le mouvement des indignés est salutaire en récusant la cécité des partisans de la main invisible du marché, qui refusent de voir les dégâts sociaux de ce dernier.

Écrit par : Androide | 02/11/2011

@ Nom/Prénom et Cracra, vos commentaires n'ont rien à voir avec la présente note!
J'apprécierais que vous argumentiez un peu plus, au lieu de vous contentez de m'insulter, car l'insulte est l'arme de celui qui ne sait ni parler, ni argumenter!

@ Androide, j'adhère à votre analyse, on ne peut plus pertinente.

Écrit par : Adrien Faure | 02/11/2011

Merci de citer le passage où je vous insulte, car je ne le vois pas.

Votre billet prône la lutte armée et la désobéissance civile dans le but de renverser le système actuel (accepté par une très large majorité de la population) et d'imposer votre conception communiste et totalitaire de la société (rejetée par une très large majorité de la population) au mépris de la démocratie. Ne vous étonnez-donc pas si des gens comparent vos idées au fascisme, car ce n'est ni plus ni moins que l'idéologie que vous exprimez. Ce ne sont là pas des insultes, mais un simple constat.

Mais si le fait de qualifier de gesticulations les inepties proférées par quelqu'un qui fait beaucoup de bruit pour finalement pas grand chose est selon vous une insulte, dans ce cas je vous prie de m'en excuser.

Écrit par : Nom/Prénom | 02/11/2011

Comment pouvez-vous soutenir cette gauche poubelle qui salit nos parc! Ils n'ont aucunes revendications valables! Que toute cette racaille rentre se droguer chez elle et cesse de ternir l'image de notre belle ville! Non mais plus sérieusement au lieu de gueuler venez voir ce qu'il se passe au campement et si vous n'êtes pas d'accord cesser de faire de petits commentaires rageux sur le net et venez proposer votre avis directement sur place, c'est aussi ça la démocratie directe. Nous offrons la parole à tout citoyens souhaitant s'exprimer, qu'ils soient anarcho-fasciste ou militant MCG.

Écrit par : Clémentine | 02/11/2011

@ Nom/Prénom, au sujet de la lutte armée je dis : " je ne pense personnellement pas que la situation actuelle en Suisse nécessite d'arriver à de telles solutions extrêmes." Alors achetez-vous des lunettes ;)
Nous vivons dans une dictature de la pensée unique où l'aliénation idéologique opprime toute forme de pensée alternative. Le diktat des plus riches oppresse de manière très efficace la majorité des plus pauvres. Et puis, étudiez un peu le fascisme, vous verrez si cela ressemble à mes idées!

@ Clémentine, +1

Écrit par : Adrien Faure | 02/11/2011

Vous prônez quoiqu'il arrive le renversement du système actuel, qui, je le rappelle, est accepté par la très large majorité de la population au profit du diktat communiste rejeté par cette même large majorité. Alors cessez de nier vos propres propos et achetez-vous une bonne foi.

Nous ne vivons pas une dictature de la pensée unique, mais vous essayez de l'instaurer par tous les moyens "méchants capitalistes, méchantes entreprises, méchants riches. Tous les malheurs du monde sont de leur faute, bouh.". Et même si notre système est en partie corrompu (je suis le premier à trouver révoltant les pratiques de Novartis ou d'UBS, par exemple) il n'en reste pas moins un système où tout le monde à sa chance, pour peu que l'on soit prêt à y mettre du sien. Contrairement au communisme où tout le monde crève la dalle (sauf Le Parti et ses dignitaires).

Je vois venir l'argument classique du gauchiste qui n'a pas d'arguments : "Fils à papa né une cuillère en argent dans la bouche, c'est facile pour toi!". Et bien, au regret de vous décevoir, je suis né dans une famille pauvre et même si j'avais la chance d'avoir un toit sur la tête, je n'ai pas mangé tous les jours à ma faim. Je ne dois ma situation confortable d'aujourd'hui qu'à mes seuls efforts et à mon travail.

Ces efforts, que certains indignés (pour ne pas dire la plupart) ne connaissant rien à la vie (étudiants chez leurs parents, marginaux qui profitent du système sur lequel ils crachent etc...) ne veulent pas faire.

Certains s'imaginent (j'en connais personnellement) qu'une entreprise bienveillante va venir toquer à leur porte, en début d'après-midi (à l'heure où ils se lèvent), pour leur proposer un boulot sur-qualifié pas trop dur, très bien payé où il n'y a pas besoin de se lever trop tôt le matin... C'est aussi une partie non-négligeable du problème : Une génération d'assistés qui veut tout, tout de suite, sans faire le moindre effort.

Écrit par : Nom/Prénom | 02/11/2011

Hello, mon bon baromètre de l'Indignation labellisée DeGauche®™!

Moi, je ne viens pas trop pour ça là, parce que pour le moment ils servent surtout de pâte à médias, nos zindignés, on a rarement vu autant de sollicitude médiatique rapportée à l'influence réelle d'un mouvement d'ailleurs, mais je digresse, ce qui m'amène surtout de bon matin là, c'est que je m'interroge sur le point de vue de la Vraie Gauche Sociale et Décroissante face au référendum que Papandréou veut proposer à la Grèce et qui risque d'ébranler toute la zone euro si d'aventure les Grecs décident de dire merde, ce que je serais assez tenté de faire à leur place je dois bien le reconnaître. Z'en pensez quoi, vous autres néo-socialistes? Vous leur dites merde, aux eurocrates? Ca vous arrange aussi si ça pète?

Sinon ils ont bien appris leurs mantras décidément, vos antilibéraux. Combattre la philosophie de la sélection, rien que ça. Sélectionner c'est mal m'voyez. Vivement qu'on n'ait plus que du fromage blanc à la Coop du coin, ça évitera de discriminer injustement les yaourts aux fraises. Quand à la fameuse main invisible, si seulement le quart de la moitié des gens qui la brandissent à tort et à travers avait déjà fait l'effort d'ouvrir un bouquin d'Adam Smith (qui était autrement plus virulent envers les hommes d'affaires que nos petits zindignés, lui) on n'en serait jamais arrivés là en termes de problèmes économiques. Enfin, Adrien a déjà commencé à effleurer le problème de termes qu'il y a avec le libéralisme d'après ce que je vois, on est donc sur la bonne voie même si ça prend du temps. Alors soyez un peu patient, "Nom/Prénom", voulez-vous? :)

Écrit par : Naith | 02/11/2011

Bonjour,

Voila se que je propose, je pense que la première, troisième et quatrième solution peuvent se fusionner pour monté les étapes échelonant notre mouvement.

Je m'explique :
- Fonder un parti politique et tenter de prendre le pouvoir par la démocratie représentative et le jeu électoral.
-En meme temps continuer a développer une société alternative jusqu'à absorber la société externe.
-Par des mobilisations collectives, par des actions médiatiques ou populaires, par des grèves, par des occupations, par l'usage de la désobéissance civile, par le lancement d'initiatives, de référendums, de pétitions, par des campagnes lors des votations, bref par la participation à la vie collective et politique de manière a-partisane, mais en se fondant sur des valeurs et des idéaux, le mouvement des Indigné-e-s peut être réellement efficace.
En agissant sur des thèmes précis comme le manque de logement ou les difficultés d'accès aux soins de la santé, le mouvement des Indigné-e-s peut réellement influer sur la situation actuelle.

Grace a de très beau tracte et biensur des opération coup de poing sur la distribution des tracte car la propagande de nos idées est la clé.

Désolé pour le copier coller mais le travaille de Adrien Faure est bien trop beau pour ne pas le rapeller. Moi je pense serieusement qu'en fusionnant ces trois point nous pourront largement atteindre nos objectif.

Cordialement Mr. Pinheiro Nicolas.

Écrit par : Lêtre de Lumière Nomade | 02/11/2011

@ Nom/ Prénom, je vous trouve encore plus injurieux, mais je vous accorde que vous argumentez davantage. Nous verrons bien à la longue si les Suisses ne finissent pas par rejoindre le projet socialiste! Je fais le pari que oui ;)

@ M. Pinheuro Nicolas, merci pour votre commentaire constructif.

@ Naith, cela faisait longtemps! :)
Le référendum grecque est une bonne chose. Les outils de la démocratie directe sont l'expression de la volonté populaire! Il est heureux que le peuple puisse s'exprimer sur son futur!
Et puis, plutôt que l'austérité, pourquoi ne pas passer au socialisme pour régler la crise de l'endettement? ;)

Écrit par : Adrien Faure | 03/11/2011

Le "plan d'austérité" me fait penser étrangement au "plan faim" d'Adolf Hitler..

"L'idée centrale de cette politique était de déterminer le niveau des restrictions alimentaires des peuples d'Europe en répartissant entre eux - conformément aux objectifs politiques et militaires allemands - les maigres rations laissées disponibles par les prélèvements prioritaires du Reich"
(Josué de Castro, géopolitique de la faim, l'Europe, camp de concentration.)

Évidemment aujourd'hui nous sommes tous consentants, différence fondamentale, par notre inaction nous consentons à payer les pots cassés de stratégies politiques destructrices manipulées par les vrais détenteurs du pouvoir.

Toute la classe politique, quelle qu'en soit sa position, a du se plier à leurs exigences, c'est en cela que le mouvement des indignés ne devrait jamais, à mon avis, tomber dans ce piège.

Ainsi il pourra garder intactes ses valeurs magnifiques, issues, non pas des plus grands stratèges économistes mais d'une poignée d'individus, comme l'ont été Gandhi, Krisnamurti ou Martin Luther King.

Écrit par : Androide | 03/11/2011

Je vous demande, encore une fois, de citer mes prétendues injures, ou les propos qui pourraient avoir heurté votre sensibilité. Que vous manquiez d'arguments est une chose, mais alors n'insinuez pas que mes propos sont injurieux alors que ce n'est pas le cas. Même si toutefois je veux bien reconnaître que j'emploie un ton un peu sec.

Cependant, vos propos prouvent à nouveau que vous êtes complètement déconnecté de la réalité, comme bon nombre de vos "camarades", et ne connaissez vraisemblablement pas grand chose à la vie. Vous êtes probablement l'un de ces universitaires vivant encore chez ses parents et ne manquant de rien qui veut refaire le monde avec des théories Trotskistes complètement obsolètes et dangereuses en ayant pas la moindre idée de quoi le monde est fait.

Personnellement, je fais le pari que le système ne changera pas de sitôt, mais que vous réaliserez bientôt, aussitôt que vous devrez vous assumer, que votre idéologie n'est pas applicable, car même si elle est bien jolie sur le papier, le facteur humain fera en sorte qu'une poignée de privilégiés se servira de la majorité de la population pour le profit, peu importe le système en place.

Sur ce, je vais vous laisser à vos idées délirantes, même si vous affirmez être sérieux dans vos propos, j'ai souvent l'impression de me faire troller quand je passe par ici.

Cordialement.

Écrit par : Nom/Prénom | 03/11/2011

@ Nom/Prénom, vous n'argumentez pas, vous vous contentez de dire que mes théories ne fonctionnent pas, mais vous ne démontrez pas en quoi elles ne fonctionnent pas.

Votre vision de la nature humaine comme poussée à la domination est un point de vue que l'on peut défendre, mais on trouve un grand nombre de théories opposées.
Sinon vous avez tort, le risque d'accaparement du pouvoir par une minorité est moindre car : 1) la décentralisation 2) l'assemblée populaire (comme la Landsgemeinde) 3) la démocratie mixte représentative et athénienne 4) de l'autogestion généralisée
Ces 4 facteurs expliquent comment une économie étatisée restera sous contrôle démocratique.

Écrit par : Adrien Faure | 03/11/2011

Votre idéologie n'est pas applicable, car le facteur humain (l'humain fera tout pour obtenir le maximum de profit tout en s'investissant le moins possible, quitte à asservir les plus faibles [Darwin, sélection naturelle etc, ça vous dit quelque chose ?]) fera que tôt ou tard, le système tendra à évoluer vers un système républicain libéral (tel que nous le connaissons actuellement) ou un système totalitaire. Tout dépendra de ceux qui prendront le pouvoir et de leur propension à le partager.

Si vous continuez à prétendre le contraire alors donnez-moi un seul (oui, un seul) exemple d'une société proposant un autre système qui a tenu la durée, tout en permettant le bonheur, le bien-être de la majorité de sa population et qui n'a pas évolué vers l'un des deux systèmes précités. (Je vous rappelle à toutes fins utiles que la Grèce antique était une république libérale, même si des élites étaient élues par tirage au sort)

Vous réaliserez, quand vous serez confronté à la vraie vie, que vos utopies ne sont pas réalisable et que l'être humain en général ne fera rien qui ne sert pas ses propres intérêts et son propre profit (sauf quelques rares philanthropes qui ne sont que l'exception qui confirme la règle).

Bon, c'est pas tout, mais j'avais dit que je ne repassais pas et en plus j'ai du boulot. o/

Néanmoins je vous remercie d'avoir exposé des arguments autres que mes prétendues injures (que j'attends toujours que vous citiez d'ailleurs).

Cordialement.

Écrit par : Nom/Prénom | 04/11/2011

Et si Darwin c'était trompé, hein et oui l'exeption confirmera la règle c'est sur car nous le voulons bien, nous le peuple. Peace ! l'union fais la force !

Écrit par : Lêtre de Lumière Nomade | 04/11/2011

Vos fantasmes qui prônent la mise en place d'une dictature anarcho-fasciste (fasciste, c'est bien comme cela que l'on désigne une idéologie n'en tolérant aucune autre, non ?) font de plus en plus peur à lire.

Heureusement que les gens de votre espèce ne sont que des marginaux peu dangereux qui gesticulent beaucoup, mais qui n'arriveront jamais au pouvoir.

SI TU L'DIT ALORS OUI MAIS SACHE QUE TU SERA SEUL
ET FAIS BIEN ATTENTION A QUI TU SORT SE GENRE DE DISCOUR DANS LA RUE CAR MOI PERSO J'M'EN FOU DE SE QUE TU DIT CAR C'EST FAUX MAIS SACHE QUE DEVANT CERTAINE PERSONNE SA NE PASSERA PAS SE GENRE DE DISCOUR. JE SERAIS TOI JE FERAI TRèS ATTENTION A SE QUE JE DIT ET SURTOUT A QUI. SACHE QUE JE NE TE MENASSE PAS MAIS JE TE PRéVIENS JUSTE QUE CERTAIN INDIGNé DéTèSTE SE GENRE DE DISCOUR INUTILE ET INSULTANT point barre et sagesse a toi l'inconnu sans nom

Écrit par : Lêtre de Lumière Nomade | 04/11/2011

@l'être des ténèbres : Merci d'avoir illustré mon point et démontré de quel côté se trouve la vraie intolérance.

Écrit par : Nom/Prénom | 08/11/2011

Nom/prénom, venez en parler avec nous, vous savez face à face sans écran de protection. Je vous signale également que la large majorité des indignés se lèvent tout les matin pour aller au turbin. Personnellement ce n'est pas mon cas et je n'en ressens aucune honte. Soit je profite du système, soit ce sera l'inverse. Mon projet de vie? Trouver un squatt ou une communauté pour vivre le plus loin possible de gens comme vous qui glorifie le sacrosaint travail. Ma force de travail n'est pas à vendre, et encore moins pour des inconnus. Ici je peux l'offrir à une communauté, j'en vois directement les bénéfices qui ne sont pas fait de billet ou de pièces mais de chaleur humaine. La solidarité et les vrais rapports humains te dérange? Mais tant mieux continue vivre et à te tuer pour les banques si ça t'amuse, mais cesse de rabaisser ceux qui refuse ce système qu'on leur impose. L'utopie c'est maintenant.

Écrit par : Clémentine | 09/11/2011

@Clémentine,y'a communauté et communauté !celle dont vous parlez je présume est un couvent et sur ce point on ne ne peut qu'être d'accord avec vous,sinon communautés de décroissants alors là permettez que je sourie,et si communauté religiosectaire au vu de la folie biblique qui s'empara de l'esprit de mon père suite aux séances de louange dérives de pratiques vaudou ayant vu son âme emportée par le diable alors là je reste perplexe et compatis de tout coeur pour vous,mais peut-être est-ce un autre genre de communauté remarquez c'est une autre forme d'enchainement parceque quoique vous pensiez c'est une forme de soumission bien déguisée sous d'autre termes

Écrit par : lovsmeralda | 09/11/2011

@Clémentine : Réponse rapide, parce que j'ai du boulot, contrairement à certains qui se complaisent dans la paresse, pour ne pas utiliser un terme plus péjoratif.

J'ai eu l'occasion de discuter et fréquenter ce genre de milieu (pour info j'ai fréquenté le milieu des squats de la région de La Côte durant quelques années), malheureusement le dialogue avec ce genre de personnes est difficile. Au mieux l'on se fait traiter de sale capitaliste (sans autre arguments que de "promouvoir le système des sales capitalistes et des sales riches"), au pire de facho, faute d'arguments et de tolérance (d'où mon allusion au fascisme vu que les "autonomes" ne tolèrent aucune autre idéologie que la leur et l'illustrent par la violence autant physique que verbale).

Je ne vis pas pour me faire tuer par des banques, mais pour m'assumer tout simplement et non demander comme vous aux autres travailleurs de le faire. Je n'ai pas envie de vivre avec les autres ? Grand bien me fasse. Je ne vais pas non plus avoir l'outrecuidance d'exiger qu'ils paient pour moi.

Et puis, vous pensez réellement que l'argent de vos allocations vient des banques ? Vous êtes bien naïve. Mais je peux vous comprendre étant donné que je partageais encore ces idées il n'y a pas si longtemps. Et puis, un jour, j'ai terminé mes études, trouvé un vrai boulot, découvert la vraie vie et dû m'assumer complètement. Vous changerez en grandissant, comme bon nombre de ceux qui ont partagé cette idéologie obsolète et inapplicable.

Que des gens décident de vivre en parasites, profitant des autres travailleurs (car ce sont eux et non les banques qui paient vos allocs et autres subventions) c'est une chose que l'on peut encore tolérer. Que cette minorité de gens veuillent à tout prix imposer leur vision de la société à la grande majorité de travailleurs qui n'a rien demandé est totalement inacceptable et c'est bien ça le problème.

Mais promis, si j'passe par Genève un de ces 4 je manquerai pas de passer au campement, ça me permettra sans doutes de revoir des vieilles têtes. =]

Cordialement.

Écrit par : Nom/Prénom | 09/11/2011

"(fasciste, c'est bien comme cela que l'on désigne une idéologie n'en tolérant aucune autre, non ?)"

C'est exactement ce que vous faites, vous ne tolérez pas l'idéologie exprimée par Adrien. Et l'insulte réside dans le fait que vous traitez de fasciste des gens qui sont foncièrement des anti-fascistes. Vous n'êtes apparemment même pas capable de comprendre ça. Et votre propre pensée binaire est bien plus proche du fascisme et de cette forme de fascisme qui s'appelle le nietzschéisme quand vous prétendez connaître la nature humaine et le fonctionnement de toutes les sociétés présentes, passées et à venir. L'histoire ne repasse pas les plats.


"Heureusement que les gens de votre espèce ne sont que des marginaux peu dangereux qui gesticulent beaucoup, mais qui n'arriveront jamais au pouvoir."

Vous êtes bête ou vous le faites exprès? Pourquoi tant de gesticulations de votre part, si ces "gens" ne sont pas dangereux? Votre réaction me rappelle étrangement celle de Kadhafi en février de cette année face aux manifestants qu'il traitait de "rats". Les gens de votre espèces sont ceux qui pensent tout savoir, avoir tout compris et qui se croient habiliter à donner des leçons définitives, c'est-à-dire l'exact contraire de la pensée d'Adrien qui est en recherche et qui se pose des questions. Vous faites partie du vieux monde qu'il s'agit de liquider parce qu'il a été incapable d'assurer ne serait-ce qu'un minimum de bien-être à l'humanité. Liquider le vieux monde, pas vous, hein!

Vous avez aussi oublié que votre modèle de la Grèce antique repose sur l'esclavage. Tout comme aujourd'hui. Bonjour le modèle! Mais c'est au revoir qu'il faut lui dire! Pour laisser la place à une démocratie politique ET économique. Et à la décroissance.


"[Darwin, sélection naturelle etc, ça vous dit quelque chose ?]"

A vous en tous les cas, ça vous fait dire des bêtises. Je vous mets au défi de me citer un seul passage de Darwin justifiant votre élucubration:

"l'humain fera tout pour obtenir le maximum de profit tout en s'investissant le moins possible, quitte à asservir les plus faibles"

Car loin de Darwin, cette pensée est une pensée typiquement fasciste, qui a été complètement développée, que dis-je magnifiée par Nietzsche. Un malade.

C'est la solidarité notamment qui a permis à l'Homo sapiens d'arriver là où elle est.

Écrit par : Johann | 09/11/2011

@Johan, respirez, calmez-vous et surtout apprenez à lire. Cela vous évitera d'accorder du crédit à mes propos en cherchant à les démonter.

Je ne tolère pas l'idéologie de M. Faure, car elle ne tolère aucune autre idéologie que la sienne. Je ne tolère pas son idéologie tout comme je ne tolère pas le totalitarisme et l'obscurantisme quels qu'ils soient.

Comment appelez vous une minorité, que dis-je, un mouvement marginal qui souhaite imposer à la majorité sa vision biaisées et subjective des choses tout en profitant d'un temps de crise pour appliquer la démagogie à outrance ? (Allez, un point Godwin pour moi :) A. H. a de la même façon durant les années 30 avec le résultat que l'on connaît.

Vous ne voulez pas investir de votre personne et de votre temps pour réussir ? Bien. Ne forcez pas les gens qui en veulent à payer pour les fainéants.

Cordialement.

PS : "C'est la solidarité notamment qui a permis à l'Homo sapiens d'arriver là où elle est."
C'est donc la solidarité qui a donné naissance au capitalisme et aux disparités d'aujourd'hui. CQFD.

Écrit par : Nom/Prénom | 09/11/2011

Les commentaires sont fermés.