03/10/2011

Je suis candidat !

J'ai le plaisir de vous annoncer que, non content de rédiger des tas de notes politiques sur ce blog, je suis aussi engagé concrètement en politique.
Ainsi, je m'engage au sein de la Jeunesse Socialiste Genevoise (JSG), dont je suis le secrétaire.
En outre, j'ai été désigné, avec Romain de Sainte-Marie et Olga Baranova, comme candidat au Conseil National sur la liste (21) des Jeunes Socialistes.

La Jeunesse Socialiste Genevoise représente l'aile gauche du PS, c'est à dire que bien entendue elle adhère à son programme, mais désire aller plus loin et plus rapidement en direction du socialisme. Je pense pouvoir dire (et cela ne surprendra sûrement pas ceux qui me lisent régulièrement) que je représente l'aile gauche de la JSG. D'ailleurs, la citation que j'ai adopté sur nos flyers est la suivante : « Non seulement je ne suis pas modéré, mais j'essayerai de ne jamais l'être. » (Che Guevara)

Par ailleurs, je me suis engagé au sein du mouvement des Indignés genevois, même si malheureusement le mouvement n'est actuellement plus très actif (la coupure de l'été je suppose).
Bien sûr, je suis membre du Réseau Objecteur de Croissance genevois, car la décroissance est un pilier de ma réflexion et de mon engagement politique.

D'autre part, je suis le fondateur de la Gauche des collèges de Genève (rebaptisée plus tard Gauche du Post-obligatoire genevois), groupement des jeunes de gauche des collèges (puis incluant l'ECG) qui se bat pour pousser les jeunes à s'engager selon nos idéaux humanistes.

Enfin, je terminerai cette courte présentation de mon engagement politique, en ajoutant que j'ai 20 ans et que je suis étudiant en première année de Science Politique à l'Université de Genève.

http://jsg.blog.tdg.ch/archive/2011/09/26/l-affiche-de-la...
________________________________________________________________________________

En tant que socialiste post-marxiste et démocrate, je ne peux qu'adhérer au programme du PS et de la JS. Il me semble d'ailleurs extrêmement nécessaire que le PS et ses alliés (Verts et extrême gauche) obtiennent une majorité à l'Assemblée fédérale. Bien que cela représenterait une première historique en Suisse, je suis convaincu que cela finira par arriver d'ici quelques années si ce n'est pas à cette élection précisément.
Toutefois, je désire à présent proposer quelques mesures qui sortent éventuellement quelque peu du cadre des programmes actuels du PS et même de la JS, mais qui me semblent être néanmoins tout autant importantes :

- Écart salarial maximal de 1 à 5 dans toutes les structures économiques,
avec un salaire minimum de 4000 francs.
Ainsi, le maximum mensuel que pourra gagner un manager sera de 20'000 francs, somme déjà fort rondelette.

- Instauration de l'Allocation Universelle :http://adrienfaure.blog.tdg.ch/archive/2011/09/28/l-alloc...

- Expérimentation : Certains secteurs publics fonctionneront en autogestion (tournus des fonctions et rémunérations identiques sur la base du partage égalitaire des bénéfices).
Cette expérience devrait se faire sur la base du volontariat.


- Création d'un mécanisme d'expropriation automatique des zones villas lorsqu'il y a pénurie de logement et construction de logements étatiques.
Les logements étatiques appartiennent indéfiniment à l’État (y compris les HLM ou HBM).

- Étatisation des banques : le peuple doit pouvoir bâtir la société qu'il désire et pour cela il doit pouvoir décider du crédit à travers des banques étatisées.

- Création d'un organe de contrôles des licenciements.

- Réduction du temps de travail à 32h par semaine. Travailler moins pour vivre mieux!
Travailler moins pour partager le temps de travail.

- Expérimentation : 10% des députés devront être tirés au sort parmi la population dans tous les parlements, seuls 90% des députés seront élus. On peut imaginer changer ces 10% chaque année pour ne pas nuire à leur activités courantes. Si l'expérience est un succès, alors on pourra envisager d'augmenter ce pourcentage de députés tirés au sort.
Cette part de démocratie athénienne permettra d'améliorer notre démocratie et de lutter contre la professionnalisation des politiciens.

- Gratuité des Transports publics et extension de l'offre, financées par une taxation des véhicules motorisés, de l'aviation et des carburants. Il s'agit d'en finir avec la civilisation de la voiture, de développer le lien social et de renforcer la lutte écologique.

- Interdiction de la publicité consumériste (mais pas de la promotion artistique ou culturelle, ou de la promotion anti-tabac évidemment). Il s'agit de s'attaquer au moteur du productivisme : la société de consommation, le consumérisme matérialiste et son rouage qu'est l’obsolescence programmée.

- Création d'un Service fédéral d'échanges libres (SEL) : il s'agit d'encourager l'échange de biens et de services sur des bases non monétaires, et de créer du lien social.

- Autosuffisance alimentaire à 100%, basée sur une agriculture biologique et agro-écologique, c'est à dire ne contenant ni pesticides, ni engrais, et ne dégradant pas les sols.
En partant du taux actuel de 60%, il faudrait développer des jardins communaux, publics, ou associatifs, encourager la culture auto-productrice individuelle, construire des toits végétalisés, créer des potagers dans les lieux d'éducation et de formation, limiter notre consommation carnée, et simplement remplacer les structures économiques futiles (usine à Ipod par exemple) par des zones agricoles.
Assurer notre auto-suffisance est essentiel vu le futur qui nous attend : http://adrienfaure.blog.tdg.ch/archive/2011/10/01/lost-in...

Vous trouvez que les mesures que je propose risque d'augmenter les frais de l’État ?
Voici comment multiplier ses recettes :
- Taxe sur les transactions financières (vive l'économie réelle!)
- Sortie du FMI (marre de participer aux plans de privatisation de l'Etat-social), donc arrêt du financement suisse de cette organisation.
- Taux de TVA diversifiée sur les produits de luxe.
- Progressivité de l'impôt augmentée (notamment sur l'héritage).
- Déplafonnement de l'impôt (notamment sur l'héritage).
- Étatisation de secteurs rentables de l'économie privée pour en étatiser les bénéfices.



Voilà, si je vous ai convaincu,
ne votez pas pour moi, mais...
devenez militant !

Seul un mouvement social fort changera cette société !

Et ce mouvement social,
c'est vous,
c'est moi,
c'est nous !!

15:19 Publié dans Qui suis-je? | Lien permanent | Commentaires (34) | Tags : politique, socialisme, économie, engagement | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Je voterai pour toi (en t'ajoutant sur une liste plus à gauche, héhé) mais j'espère vraiment que tu honoreras la phrase du Che si tu es élu un jour, car combien de socialistes ont retourné leur veste en s'approchant du pouvoir....... Alors distingue-toi de la gauche caviar et bats-toi au sein de ton parti pour un vrai programme socialiste et anticapitaliste!

Écrit par : Cello | 03/10/2011

Votre prétendu "idéal humaniste" et la référence au tortionnaire et bourreau Ernesto Guevara ne vont pas ensemble ; il vous faut renoncer à l'un ou à l'autre si vous voulez être crédible.

Guevara a fait exécuter, après des simulacres de procès, plus de 200 personnes, certaines devant leur conjoint et leurs enfants. Sans parler d'interrogatoires conduits par lui-même, dans son bureau, où mauvais traitements et exécutions factices étaient pratique courante pour arracher des "aveux". Rappelons que, à Cuba, avant d'être déifié sous le surnom de "Che", on lui avait attribué celui de "carnicerito", soit le "petit boucher". Sur le modèle soviétique, il crée des camps de "rééducation" destinés aux éléments "contre-révolutionnaires", dans lesquels les mauvais traitements, ainsi que les conditions sanitaires et alimentaires déplorables, règne une mortalité élevée.

À las Cabaña, il était (avec une vision sans doute jeune socialiste de la séparation des pouvoirs) directeur de la prison (soit bourreau en chef commandant parfois les pelotons d'exécution), procureur devant le tribunal de première instance et président du tribunal pénal d'appel.

Il a aussi fait des choses bien, remarquez, dont vous vous inspirez sans doute, notamment emprisonner tous les mendiants et les interner dans des camps de d'éducation et de travail ; il considérait comme vous que la mendicité est une insulte au socialisme, doctrine humaniste fondée sur le travail.

Donc, du bon et du mauvais. À prendre pour ses idées saines pour l'éducation des inutiles sociaux, à rejeter pour son comportement de tortionnaire et d'assassin. Mais bon, c'est l'éternel débat. Il y a encore beaucoup de gens qui soutiennent que Hitler, Mussolini ou Staline n'ont pas fait que de mauvaises choses ; mais aucun ne l'affiche sur son T-shirt :)

Écrit par : J.-L. Masson | 03/10/2011

Eh bien, je vois qu'une citation d'un révolutionnaire marxiste vous fait réagir davantage que mes mesures, J-L Masson.
Je ne suis pas aussi spécialiste de Che Guevara que vous, mais si je me réfère à lui c'est en tant que symbole de changement et de lutte contre les gouvernements corrompus capitalistes, et non au sujet de son action elle-même.

Écrit par : Adrien Faure | 03/10/2011

L'annonce de votre candidature est une très bonne nouvelle. Le résultat donnera un indicateur intéressant sur le niveau de maturité de l’électorat.

Écrit par : Eastwood | 04/10/2011

J'en étais sûr !
Encore un nouveau venu juste pour les élections ... piège à cons !


Et après les élections, c'est bon, vous allez nous foutre la Paix ? Une paix Royale ?

Cela fait des années que je blogue ici, j'en ai vu des comme vous, venir et repartir bredouille !

Écrit par : Victor Winteregg | 04/10/2011

Victor Winteregg, ne vous réjouissez pas trop vite! J'aime bien cet espace blog et je compte bien y rester. Mais vous jugerez par vous même de ma persévérance ces prochains mois.

Écrit par : Adrien Faure | 04/10/2011

Fantastique! Ce texte a au moins le mérite de m'avoir fait bien rire! Belle société que celle qui ne respecte plus le droit à la propriété. C'est grosso modo la fin de la démocratie que vous désirez en fait.

Comment peut-on penser être crédible en proposant un rapport de salaires de 1:5, quand on connait le flop qu'a fait l'initiative 1:12? Comment peut-on espérer être élu, en basant son "programme" sur des idéaux purs et durs, très loin de la réalité de la vie?

Mais bravo d'assumer de tels propos. C'est sans aucun doute la preuve d'une force de caractère peu commune. Mais peut-être serait-il plus judicieux de l'utiliser dans un autre domaine que la politique.

Écrit par : B. F. | 05/10/2011

B. F. le droit à la propriété d'une minorité est moins important que le droit au bien-vivre pour tous. Votre vision égoïste est typiquement libéral!

L'initiative 1:12 a eu un grand succès lors des récoltes de signatures! Attendez-vous à un résultat positif lors de la votation, car les gens en ont marre des inégalités!

Votre réalisme n'est rien d'autre que la poursuite du modèle actuel!
Très peu pour moi!

Écrit par : Adrien Faure | 05/10/2011

Le problème c'est que vous vous servez d'un support de droite (TdG) pour publier vos blogs. Alors évidemment vous vous retrouvez confronté a des commentaires d'une stupidité bien droitière.
En tous cas, je vous souhaite bonne chance, c'est rassurant de voir que des jeunes se bougent et proposent/soutiennent des idées humanistes.

Écrit par : sebaoslo | 05/10/2011

@sebaoslo

Soyons sérieux, la presse en Suisse Romande est de gauche, bien de gauche.

Écrit par : Victor Winteregg | 06/10/2011

Vous êtes terrifiant, vous savez. Il faudrait quand même songer à rendre obligatoire l'enseignement de l'économie en Suisse comme en Europe, parce qu'un de ces jours on va effectivement se retrouver réellement avec l'un de nos petits Pol Pot en herbe au pouvoir, et ce ne sera pas beau à voir, tout comme la confrontation entre les protections institutionnelles dont dispose la Suisse et les armées de petits éco-bolcheviks qui se lèvent par bataillons entiers dans les salles de cours, qui s'annonce de plus en plus musclée.

"L'Etat s'en chargera." Le pauvre, cessez donc de lui en demander tant, il ne vous a rien fait...

Le plus grand crime d'Hitler, c'est d'avoir offert un costume de légitimité au communisme.

Écrit par : Naith | 06/10/2011

@Sebaoslo, merci pour vos encouragements!
Vous avez raison, la TdG est un médias de centre droit, mais malgré cela elle n'en reste pas moins un médias très populaire à Genève et très apprécié des Genevoises et des Genevois, il faut donc faire avec.
Et puis, le débat est nécessaire quand on veut faire progresser ses idées ou simplement les affiner.

@Victor Winteregg, à Genève il y a le Courrier qui est de gauche, et Gauchebdo évidemment. Mais ce ne sont pas des journaux si lus que ça. Contrairement à la Tribune de Genève, ou le Temps (qui est carrément de droite lui).

@Naith, je suppose que je dois prendre vos remarques pour des encouragements^^
A part ça, j'ai quelques bases en économie de marché vous savez, et je suis actuellement des cours d'économie politique (comprenez un mix de micro et macroéconomie) à l'université.
J'espère que votre prédiction se réalisera, et que les jeunes se lèveront. Je pense qu'ils le feront quand la situation l'exigera.

Écrit par : Adrien Faure | 06/10/2011

@Naith: il serait bon de ne pas écrire n'importe quoi sur Hitler, et de ne pas utiliser le terme de communisme comme une anathème sans savoir de quoi il retourne exactement. En histoire, il ne s'est pas limité à la dérive stalinienne, mais ses racines remontent à la préhistoire, et Thomas More est difficilement classable dans les affreux bolchos.
@Adrien Faure: concernant l'héritage, plutôt qu'un déplafonnement de l'impôt, pourquoi pas un plafonnement de l'héritage (ce qui peut revenir au même suivant l'ampleur du déplafonnement considéré)? J'entends déjà les voix s'élever contre une spoliation (et le point Godwin n'est pas loin avec une allusion oiseuse à la spoliation des biens juifs), mais l'héritage est selon ses ardents défenseurs une consécration du mérite. Comme quoi on se base souvent dans ses réflexions sur des notions peu approfondies: le mérite n'est pas un absolu. En voici un exemple: a priori, la génération du baby boom jouit actuellement d'une retraite souvent confortable et au premier abord toute méritée, mais c'est sans considérer que cette retraite leur est assurée par les générations suivantes qui elles ont toutes les chances (si j'ose dire) d'en être privées. Alors peut-on parler de juste retraite? De la même manière, peut-on autoriser un droit débridé à l'héritage qui en dernière analyse est une injustice flagrante, non seulement aux yeux de ceux qui en sont privés par la naissance dans nos pays développés, mais plus encore au regard de la parfois courte existence de ceux qui ont eu la malchance d'être nés sous d'autres cieux? De ce point de vue, cette transmission du "mérite" qui pourrait sembler juste n'apparaît-il pas comme une ignominie?
Il me semble que la recherche d'une réelle justice passe par la suppression progressive de toute condition qui transforme la vie en course à handicap, n'en déplaise à ceux qui voudraient donner un coup de pouce à leurs gènes.

Écrit par : José | 06/10/2011

@José, on ne peut moralement pas défendre l'héritage d'un point de vue méritocratique (soutenu par le libéralisme), ni d'un point de vue marxiste (évidemment). Rawls ayant démontré que l'égalité des chances n'existe pas puisque même lorsque l'on peut développer ses talents/capacités au maximum on ne pourra pas forcément en être rétribué étant donné que la société a seulement besoin d'un type de talents donnés selon un certain contexte systémique.
Maintenant, un plafonnement de l'héritage revient à un impôt de 100% à partir d'un certain niveau d'héritage. C'est effectivement une bonne façon de traiter la problématique de l'héritage il me semble.

Écrit par : Adrien Faure | 06/10/2011

Ah, ça m'aurait déçu qu'on ne me ressorte pas le bon vieux couplet du c'était-pas-le-vrai-communisme-vous-savez. L'avantage d'invoquer Hitler, c'est qu'il fait un bien bel appeau. L'assertion n'en reste pas moins vraie, pour qui sait la lire. Hitler a bel et bien servi d'épouvantail au communisme, qui au temps de la préhistoire comme aujourd'hui est simplement une hérésie qui consacre le pouvoir de la horde et son arbitraire sur l'individu, et c'est essentiellement à lui que nos apprentis-dictateurs doivent de ne pas s'être vus ciblés à sa place par tout le tremblement de repentances de lois mémorielles et d'interdictions. Sans lui, il est probable qu'on traquerait le communiste comme on le fait aujourd'hui avec le nazi, et non ne bouillez pas comme ça, on peut avoir ses utopies sans être conscient qu'elles sont génocidaires. On dit un anathème, sinon.

Adrien, vous avez au moins de l'humour ce qui laisse à penser que tout n'est pas perdu. Je pense que ma prédiction, qui est plutôt une anticipation facile à ce stade, se réalisera, et que nous allons vers des conflits internes. Peut-être même faudra-t-il qu'on en passe effectivement par une nouvelle phase de frénésie du culte de l'Etat-omnipotent-dispensateur pour admettre au prix fort que seule l'atomisation de la société permet la distance nécessaire au respect entre les individus, et au développement de leur responsabilité. C'est en tout cas ce que laisse craindre la dévotion dont le communisme fait encore l'objet aujourd'hui. Il est vrai qu'une idéologie qui a cela de séduisant qu'elle permet d'assujettir les autres de force à ses propres fantasmes au nom du commode bien commun ne saurait être défaite trop facilement, surtout dans nos régimes modernes qui favorisent l'oisiveté. Mais même un libéral comme moi ne souhaite pas ça à ses adversaires collectivistes tant le prix à payer est au-delà de leur imagination. Et surtout, vous ne serez pas suivis bien longtemps. Si l'Europe sombre dans un collectivisme gluant, elle sera isolée, et s'appauvrira, seule, pour avoir cru à ses propres contes sur la fin des ressources exploitables.

Écrit par : Naith | 07/10/2011

Naith, informez-vous enfin! La finitude prochaine des ressources naturelles a été établie par de nombreux scientifiques (indépendants de l'influence marxiste :P)
Il y a un rapport du gouvernement anglais à ce sujet et un livre qui le reprend ("Prospérité sans croissance") de Tim Jackson, je vous le recommande.
Vous savez, l'Etat n'est qu'un outil collectif permettant de libérer l'individu de la décision des possédants et de leur donner la possibilité de décider par eux-mêmes à travers le processus démocratique. Maintenant vous exagérez, je n'ai jamais parlé de communisme! Je ne pense pas qu'il faille étatiser le boulanger du coin quand même! Je parle seulement de démocratiser par l'étatisation les plus grandes entreprises.

Écrit par : Adrien Faure | 07/10/2011

Heureusement, les négationnistes de tout poil cèdent peu à peu du terrain (cf le mammouth Allègre de plus en plus isolé)
Malheureusement, ils auront tenu assez longtemps pour rendre la situation inextricable.

Écrit par : José | 07/10/2011

Vu que notre seule richesse écologique c'est de l'eau, développons la dépendance à la bouffe lyophilisée!

Écrit par : GPS | 11/10/2011

Je ne pense pas qu'après avoir bosser dur pendant de nombreuses années pour s'acheter un bout de terrain, le suisse moyen appréciera un risque d'expropriation.

Réfléchissez un peu à vos idées, Adrien, la population suisse est majoritairement issue d'une classe moyenne, aisée soit, en comparaison aux autres états, mais contenant énormément de propriétaires. Ici, les gens possèdent, ils ont des petites entreprises, de l'immobilier, des terrains, un chalet et j'en passe. Ce n'est pas une minorité qui exploite, mais une majorité qui jouit des bienfaits d'un monde libéral.

Alors, vos idées sont utopiques, elles relèvent d'un certain idéal assez commun à la jeunesse. On pourrait presque les qualifier de poétiques. Cela est normal compte tenu de votre âge, mais passer la quarantaine, plus personne ne croit tellement en ce genre de changements radicaux.

Et puis qui veut remplacer nos petits villages suisse par d'immondes HLM?

Écrit par : haaaalajeunessetoujoursavouloirchangerlemonde | 11/10/2011

@ haaaalajeunessetoujoursavouloirchangerlemonde, votre argument est caduque.
A Genève, seule 20% de la population est propriétaire. En Suisse, seule 30% de la population est propriétaire.
Votre méconnaissance de la réalité vous la fait entrevoir à travers un prisme erroné.
Savez-vous que cette classe moyenne aisée dont vous parlez consiste en 283 000 millionnaires? En gros 3,5% de la population!
Savez-vous qu'il y a un million de pauvres en Suisse?
Bref, je réitère mes propos : la capitalisme c'est une minorité possédante qui domine une majorité dépossédée.

L'utopie est poétique, là vous avez raison. Le militant qui n'est pas un peu un artiste risque de se perdre dans l'aridité théorique et rhétorique.
Par contre, détrompez-vous, nombre de personnes sensées adhèrent au socialisme et à l'Utopie passées la quarantaine. Dois-je vous citer l'exemple de John Stuart Mill? Il a théorisé de vastes pans du libéralisme avant de rejoindre le socialisme à la fin de sa vie, par une saine illumination :)

Un HLM, ce n'est qu'un statut de possession. Pas besoin de construire des logements étatiques qui ne soient pas jolis ou agréables!

Écrit par : Adrien Faure | 11/10/2011

"Bref, je réitère mes propos : la capitalisme c'est une minorité possédante qui domine une majorité dépossédée."

C'est la dictature de la bourgeoisie. Et complétons: aujourd'hui de la bourgeoisie financière qui dicte sa loi aux Etats eux-mêmes. Pourquoi? Parce que les Etats, dominé par la bourgeoisie, se sont montrés incapables d'assécher par l'impôt ces capitaux migrants qui ruinent les économies nationales. Si les Etats défendaient la majorité de leur population, ils restaureraient leur souveraineté économique. Socialisme = démocratie politique ET économique. Nous vivons sous un régime oligarchique et ploutocratique.

Vaut-il mieux adhérer à un parti conformément à ses idées ou à un autre parti pour le tirer vers ses idées? Adhérer à un "grand" parti pour avoir plus de chances d'être élu à un exécutif?
Pascal est dans ton cas, mais il n'ambitionne pas un exécutif. Et toi?
En tous le cas, j'ai bien envie d'ajouter ton nom (2x?) sur la liste que je choisirai. Car travailler à Lausanne et vouloir être élu à Genève, je trouve ça bizarre.

Pour le Che, il faudrait encore vérifier la véracité des propos rapportés, surtout quand ça vient de gens du même bord, si ce n'est d'admirateurs, des néocons made in usa. Qui comme on le sait n'ont pas de sang sur les mains.

Écrit par : Johann | 11/10/2011

@ Johann, ma participation aux élections vise avant tout à me donner un peu de visibilité pour faire passer mes idées. Être élu peut aider à cela, mais ce n'est pas ma priorité.
Comme je l'ai déjà dit, notre meilleure chance de changer la Suisse passe par une transformation du PS. A la JS, nous avons déjà réussi puisque nous sommes à présent majoritairement socialistes, et non plus social-démocrates.

A part ça, j'étudie et je vis à Genève, pas à Lausanne :)

Écrit par : Adrien Faure | 11/10/2011

Cher Adrien,
Mon argument est pertinent si on compare la classe moyenne suisse à celle de nos pays voisins, ou même nos pauvres suisses à ceux d'autres pays. Ils sont quand même mieux lotis, et cela grâce à la richesse de notre pays qui est due en parti à notre libéralisme. Le pays connait une administration forte et honnête. La démocratie y est respectée. Que voulez-vous de plus?

Et puis, la plupart des non propriétaire aspirent à la possession et finissent par y arriver. Ce ne sont pas les pauvres qui vous suivrons dans votre combat, mais plutôt une jeunesse issue de milieux intellectuels dont le rêve est similaire à celui des révolutions périmées du début du siècle passé. Un idéal, très beau soit, mais dont les racines n'ont jamais rien données qu'une ronce saignante et dévastatrice.

Mais revenons sur le réel débat qui est" Est il possible que votre utopie concrète ( comme vous la nommez) fonctionne. Lorsque l'on s'interroge sur la possibilité de voir une utopie se réaliser, la question connaît un retentissement bien plus profond et plus complexe que la brève manière dont vous la traitée. Adrien, rendez-vous d'abord compte que vous proposez une modification totale, donc une révolution, de notre société. Vous en avez conscience? Bien.

Alors, maintenant une petite analyse de l'idée de société. La société est composée d'individus humains. Elle est une sorte de concept qui n'existerait pas sans eux. Ils la modifient selon leur évolution. C'est un peu la molécule et les être humains, les atomes qui la compose. Ce qui implique logiquement que la société est le reflet de chaque être humain qui en fait partie. L'être humain, lui c'est avant tout un cerveau, un organe pensant qui dirige l'ensemble de notre corps et de nos actes. A ce stade, on comprend donc que la société n'est qu'une image agrandie du cerveau humain.

Donc votre utopie, ne peut fonctionner sur un plan seulement social, il faut qu'elle soit déjà schématiquement existante dans notre cerveau. En bref, l'homme doit être de nature, capable de vivre dans une telle société. Vous agréez?

Pourtant, pour survivre, l'homme a créer une société capitaliste qui malgré les évolutions technologiques, fonctionnent toujours plus ou moins de la même manière depuis des millénaires. Cela démontre donc que la société la mieux adaptée au cerveau humain est celle que nous connaissons actuellement. Votre idéal ne peut germer à cause de notre nature humaine. Peut être que les aliens vous comprendrons mieux ( haha j'espère que vous avez de l'humour)

L'état est toujours composé d'hommes, ceux-ci ne deviendrons pas plus purs, plus doux et plus équitables après votre révolution socialiste. Le pouvoir ne sera plus aux bourgeois certe, mais à un groupe de politiciens profiteurs de la situation ( drôle, on dirait la définition de la nomenklatura).

Écrit par : haaaalajeunessetoujoursavouloirchangerlemonde | 12/10/2011

"A part ça, j'étudie et je vis à Genève, pas à Lausanne :)"

Je n'en n'ai jamais douté.
Mais ce qui n'est pas le cas pour certains candidats d'une des listes, candidats que je me ferai un plaisir de biffer pour ajouter ton nom...


"Pourtant, pour survivre, l'homme a créer une société capitaliste qui malgré les évolutions technologiques, fonctionnent toujours plus ou moins de la même manière depuis des millénaires."

Très drôle! Oui, c'est démontré, vous avez le sens de l'humour. Donc nous fonctionnons "depuis des millénaires" (combien?) avec l'esclavage, le servage, le pouvoir absolu... Je suis heureux de l'apprendre.


"Cela démontre donc que la société la mieux adaptée au cerveau humain est celle que nous connaissons actuellement."

C'est très gentil pour le milliard d'êtres humains qui meurent des conséquences de la faim...


"L'être humain, lui c'est avant tout un cerveau, un organe pensant qui dirige l'ensemble de notre corps et de nos actes."

Eh non, certains se laissent diriger avant tout par leur petite tête...


"Votre idéal ne peut germer à cause de notre nature humaine."

Et moi je rigole bien devant ceux qui prétendent connaître la "nature humaine".

haaaalesvieuxtoujoursavouloirfairelaleçonauxjeunesetquiontperdutoutidéal

Écrit par : Johann | 12/10/2011

@johann

"Cela démontre donc que la société la mieux adaptée au cerveau humain est celle que nous connaissons actuellement."

C'est très gentil pour le milliard d'êtres humains qui meurent des conséquences de la faim..

Tu imagines vraiment que votre petit programme d'extrême gauche va arrêter la fin dans le monde lui aussi? Laisse-moi rire.
Dans une société comme la votre, il y aura un petit groupe de politiciens dont le seul but, ne sera pas l'idéal socialiste mais seulement de se conserver une place au chaud à la tête d'une nation qui ne sera plus rien qu'un pays sans aucun avenir. A quoi ça sert de bosser si on ne peut gagner que 20 000 maximum et au pire on touche 4000? L'individu ne sera plus motivé, résultant une démotivation générale. Le pays va stagner, les administrations et les institutions vont tomber et les gens intelligents vont partir. Le bonheur est au rendez-vous! Enfin, pour ceux qui sont à la tête. Les autres, dans leur clapier à lapin, sans aucune possibilité d'amélioration matérielle et d'avenir, ils vont se marrer. Regardez la beauté du système social cubain haha.
Vous allez vous dire, encore un méchant capitaliste sans aucun scrupule. Pourtant je ne me réclame pas de la sorte. L'avenir est juste ailleurs. Il est dans le développement de technologies propres qui permettraient de produire des ressources en abondance, et dans la planification d'une croissance économique plus lente, plus régulée, mais plus sûre et moins dévastatrice pour ceux qui n'en profite pas. Mais ne détruisez pas la liberté ou la propriété individuelle, autrement vous foncerez droit dans le mur.

Si vous voulez vraiment aider les opprimés, au lieu d'écrire des programmes irréalisables et en parti récupérés chez nos vieux amis rouges, faites des associations, des oeuvres de charités. Développez des programmes concrets avec un réel impact sur notre monde. Faites de la recherche sur le développement durable, ou sur l'environnement. Il y a tellement de choses à améliorer.

Votre idéal est beau et touchant, utiliser le juste dans des actes concrets et possibles.

Écrit par : Paul.Paul | 12/10/2011

@johann

"Cela démontre donc que la société la mieux adaptée au cerveau humain est celle que nous connaissons actuellement."

C'est très gentil pour le milliard d'êtres humains qui meurent des conséquences de la faim..

Tu imagines vraiment que votre petit programme d'extrême gauche va arrêter la fin dans le monde lui aussi? Laisse-moi rire.
Dans une société comme la votre, il y aura un petit groupe de politiciens dont le seul but, ne sera pas l'idéal socialiste mais seulement de se conserver une place au chaud à la tête d'une nation qui ne sera plus rien qu'un pays sans aucun avenir. A quoi ça sert de bosser si on ne peut gagner que 20 000 maximum et au pire on touche 4000? L'individu ne sera plus motivé, résultant une démotivation générale. Le pays va stagner, les administrations et les institutions vont tomber et les gens intelligents vont partir. Le bonheur est au rendez-vous! Enfin, pour ceux qui sont à la tête. Les autres, dans leur clapier à lapin, sans aucune possibilité d'amélioration matérielle et d'avenir, ils vont se marrer. Regardez la beauté du système social cubain haha.
Vous allez vous dire, encore un méchant capitaliste sans aucun scrupule. Pourtant je ne me réclame pas de la sorte. L'avenir est juste ailleurs. Il est dans le développement de technologies propres qui permettraient de produire des ressources en abondance, et dans la planification d'une croissance économique plus lente, plus régulée, mais plus sûre et moins dévastatrice pour ceux qui n'en profite pas. Mais ne détruisez pas la liberté ou la propriété individuelle, autrement vous foncerez droit dans le mur.

Si vous voulez vraiment aider les opprimés, au lieu d'écrire des programmes irréalisables et en parti récupérés chez nos vieux amis rouges, faites des associations, des oeuvres de charités. Développez des programmes concrets avec un réel impact sur notre monde. Faites de la recherche sur le développement durable, ou sur l'environnement. Il y a tellement de choses à améliorer.

Votre idéal est beau et touchant, utiliser le juste dans des actes concrets et possibles.

Écrit par : Paul.Paul | 12/10/2011

@johann

"Cela démontre donc que la société la mieux adaptée au cerveau humain est celle que nous connaissons actuellement."

C'est très gentil pour le milliard d'êtres humains qui meurent des conséquences de la faim..

Tu imagines vraiment que votre petit programme d'extrême gauche va arrêter la fin dans le monde lui aussi? Laisse-moi rire.
Dans une société comme la votre, il y aura un petit groupe de politiciens dont le seul but, ne sera pas l'idéal socialiste mais seulement de se conserver une place au chaud à la tête d'une nation qui ne sera plus rien qu'un pays sans aucun avenir. A quoi ça sert de bosser si on ne peut gagner que 20 000 maximum et au pire on touche 4000? L'individu ne sera plus motivé, résultant une démotivation générale. Le pays va stagner, les administrations et les institutions vont tomber et les gens intelligents vont partir. Le bonheur est au rendez-vous! Enfin, pour ceux qui sont à la tête. Les autres, dans leur clapier à lapin, sans aucune possibilité d'amélioration matérielle et d'avenir, ils vont se marrer. Regardez la beauté du système social cubain haha.
Vous allez vous dire, encore un méchant capitaliste sans aucun scrupule. Pourtant je ne me réclame pas de la sorte. L'avenir est juste ailleurs. Il est dans le développement de technologies propres qui permettraient de produire des ressources en abondance, et dans la planification d'une croissance économique plus lente, plus régulée, mais plus sûre et moins dévastatrice pour ceux qui n'en profite pas. Mais ne détruisez pas la liberté ou la propriété individuelle, autrement vous foncerez droit dans le mur.

Si vous voulez vraiment aider les opprimés, au lieu d'écrire des programmes irréalisables et en parti récupérés chez nos vieux amis rouges, faites des associations, des oeuvres de charités. Développez des programmes concrets avec un réel impact sur notre monde. Faites de la recherche sur le développement durable, ou sur l'environnement. Il y a tellement de choses à améliorer.

Votre idéal est beau et touchant, utiliser le juste dans des actes concrets et possibles.

Écrit par : Paul.Paul | 12/10/2011

@johann

"Cela démontre donc que la société la mieux adaptée au cerveau humain est celle que nous connaissons actuellement."

C'est très gentil pour le milliard d'êtres humains qui meurent des conséquences de la faim..

Tu imagines vraiment que votre petit programme d'extrême gauche va arrêter la fin dans le monde lui aussi? Laisse-moi rire.
Dans une société comme la votre, il y aura un petit groupe de politiciens dont le seul but, ne sera pas l'idéal socialiste mais seulement de se conserver une place au chaud à la tête d'une nation qui ne sera plus rien qu'un pays sans aucun avenir. A quoi ça sert de bosser si on ne peut gagner que 20 000 maximum et au pire on touche 4000? L'individu ne sera plus motivé, résultant une démotivation générale. Le pays va stagner, les administrations et les institutions vont tomber et les gens intelligents vont partir. Le bonheur est au rendez-vous! Enfin, pour ceux qui sont à la tête. Les autres, dans leur clapier à lapin, sans aucune possibilité d'amélioration matérielle et d'avenir, ils vont se marrer. Regardez la beauté du système social cubain haha.
Vous allez vous dire, encore un méchant capitaliste sans aucun scrupule. Pourtant je ne me réclame pas de la sorte. L'avenir est juste ailleurs. Il est dans le développement de technologies propres qui permettraient de produire des ressources en abondance, et dans la planification d'une croissance économique plus lente, plus régulée, mais plus sûre et moins dévastatrice pour ceux qui n'en profite pas. Mais ne détruisez pas la liberté ou la propriété individuelle, autrement vous foncerez droit dans le mur.

Si vous voulez vraiment aider les opprimés, au lieu d'écrire des programmes irréalisables et en parti récupérés chez nos vieux amis rouges, faites des associations, des oeuvres de charités. Développez des programmes concrets avec un réel impact sur notre monde. Faites de la recherche sur le développement durable, ou sur l'environnement. Il y a tellement de choses à améliorer.

Votre idéal est beau et touchant, utiliser le juste dans des actes concrets et possibles.

Écrit par : Paul.Paul | 12/10/2011

@johann

"Cela démontre donc que la société la mieux adaptée au cerveau humain est celle que nous connaissons actuellement."

C'est très gentil pour le milliard d'êtres humains qui meurent des conséquences de la faim..

Tu imagines vraiment que votre petit programme d'extrême gauche va arrêter la fin dans le monde lui aussi? Laisse-moi rire.
Dans une société comme la votre, il y aura un petit groupe de politiciens dont le seul but, ne sera pas l'idéal socialiste mais seulement de se conserver une place au chaud à la tête d'une nation qui ne sera plus rien qu'un pays sans aucun avenir. A quoi ça sert de bosser si on ne peut gagner que 20 000 maximum et au pire on touche 4000? L'individu ne sera plus motivé, résultant une démotivation générale. Le pays va stagner, les administrations et les institutions vont tomber et les gens intelligents vont partir. Le bonheur est au rendez-vous! Enfin, pour ceux qui sont à la tête. Les autres, dans leur clapier à lapin, sans aucune possibilité d'amélioration matérielle et d'avenir, ils vont se marrer. Regardez la beauté du système social cubain haha.
Vous allez vous dire, encore un méchant capitaliste sans aucun scrupule. Pourtant je ne me réclame pas de la sorte. L'avenir est juste ailleurs. Il est dans le développement de technologies propres qui permettraient de produire des ressources en abondance, et dans la planification d'une croissance économique plus lente, plus régulée, mais plus sûre et moins dévastatrice pour ceux qui n'en profite pas. Mais ne détruisez pas la liberté ou la propriété individuelle, autrement vous foncerez droit dans le mur.

Si vous voulez vraiment aider les opprimés, au lieu d'écrire des programmes irréalisables et en parti récupérés chez nos vieux amis rouges, faites des associations, des oeuvres de charités. Développez des programmes concrets avec un réel impact sur notre monde. Faites de la recherche sur le développement durable, ou sur l'environnement. Il y a tellement de choses à améliorer.

Votre idéal est beau et touchant, utiliser le juste dans des actes concrets et possibles.

Écrit par : Paul.Paul | 12/10/2011

* désolé, faute de frappe, " votre petit programme d'extrême gauche va arrêter la faim dans le monde"...

Écrit par : Paul.Paul | 12/10/2011

* désolé, faute de frappe, " votre petit programme d'extrême gauche va arrêter la faim dans le monde"...

Écrit par : Paul.Paul | 12/10/2011

@ Paul.Paul

D'abord, les quelques mesures que je propose ne sont pas idéologiquement d'extrême gauche, mais de gauche. Mais bien entendu qu'elles ne vont pas changer le monde. C'est pourquoi j'ai commencé à présenter dans mes notes précédentes le projet de société du socialisme démocratique anti-productiviste.

Pourquoi me parlez-vous de politiciens? Dans la société idéale nous sommes passés à la démocratie directe non représentative après avoir décentralisé le pouvoir politique. Mais il y a aussi la solution transitoire d'un pourcentage de députés plus ou moins élevé tiré au sort (démocratie athénienne).

Si vous ne trouvez que l'argent comme motivation à travailler, je trouve ça triste. Nous devons repenser le travail! Il doit être enrichissant sur le plan existentiel pour vous donner envie de vous investir dedans!

La liberté c'est l'autonomie et ne pas à avoir subir la domination d'une minorité possédante.
La propriété privée ne sera pas abolie en soi, il s'agit seulement de la relativiser quand nécessaire.
Sinon oubliez la notion de croissance économique ou de développement durable, c'est complètement périmé aujourd'hui. L'avenir est dans la limitation de l'impact des activités humaines au dessous des capacités régénératives naturelles, ce qui signifie une sortie du productivisme.

Enfin, je ne veux pas que l'on fasse la charité aux plus pauvres.
Non.
Je réclame la justice.

Écrit par : Adrien Faure | 12/10/2011

@ haaaalajeunessetoujoursavouloirchangerlemonde

Ce qui compte, ce n'est pas de comparer la situation suisse à pire, mais de se concentrer sur comment améliorer la situation ici.

Ce que je veux de plus que la situation actuelle? C'est que la pauvreté disparaisse, que les précaires puissent accéder à de bonnes conditions de vie, c'est la gratuité de la santé, des transports publics, de l'éducation, la possibilité de trouver un logement facilement, c'est davantage de lien social, davantage de rapports non marchands, des métiers enrichissants et non aliénants, la fin du toujours plus, etc.
Bref, cet idéal, cette société du bonheur, vers quoi nous portera le socialisme démocratique anti-productiviste.

Ne dites pas que les non propriétaires de logement finissent par en trouver un puisque vu le pourcentage que j'ai cité plus haut! C'est une antithèse démontrée par les faits!

Je fais le pari que non seulement les pauvres sa rallieront à notre socialisme, mais que les classes moyennes nous suivront aussi, car le capitalisme libéral les appauvrit nécessairement aussi.

Le projet de société que je défends est une révolution, dans le sens où il représente un changement systémique et paradigmatique important.

Votre analyse de la société est une analyse de type individualiste, cette approche sociologique de la société est typique des penseurs libéraux. Personnellement, vous pensez bien que je suis holiste. Un individu ne se comporte pas de la même façon seul qu'en groupe! La société ne peut donc être analysé comme un individu, mais forme un véritable corps social.

Holala, vous savez fort bien que le capitalisme est une création récente!
A l'origine les premières formes de société étaient communistes primitives. Au Moyen-Âge il y a eu le merchantilisme fédoal et absolutiste.
Bref, l'être humain ne dépend pas du capitalisme pour survivre.

Comme dit auparavant, le socialisme démocratique anti-productiviste abolit la démocratie représentative au profit de la démocratie directe uniquement. Donc, ne craignez rien quant à la formation d'une "nomenklatura".

Écrit par : Adrien Faure | 12/10/2011

"Tu imagines vraiment que votre petit programme d'extrême gauche va arrêter la fin dans le monde lui aussi? Laisse-moi rire."

Remarque débile. Hors sujet par rapport au contenu de ma propre remarque.
S'il devait y avoir un "petit programme" il consisterait simplement à se débarrasser des dirigeants corrompus qui aident à piller leurs propres pays et qui placent les fruits de leur corruption dans les banques du Nord. Aussi à s'assurer l'indépendance alimentaire.


"Il est dans le développement de technologies propres qui permettraient de produire des ressources en abondance,"

L'abondance est d'abord celle de l'énergie. Or toutes les alternatives au pétrole coûtent plus chers ou sont moins disponibles ou ne sont pas monopolisables, ce qui emmerde les grandes compagnies. Au niveau alimentaire, produire des ressources en abondance ce serait aussi que chaque famille qui en ferait la demande puisse disposer de son propre terrain/jardin pour produire ses propres aliments. La productivité de telles jardins est plus grande que les surfaces avec monoculture et nécessite moins d'intrants, notamment chimiques. Mais là aussi les monopoles seraient dans la merde.


"et dans la planification d'une croissance économique plus lente, plus régulée, mais plus sûre et moins dévastatrice pour ceux qui n'en profite pas."

Que la croissance soit lente ou rapide ne change in fine pas le problème. C'est seulement le repousser.


"Mais ne détruisez pas la liberté ou la propriété individuelle, autrement vous foncerez droit dans le mur."

Pour noyer son chien, on l'accuse de la rage, air connu. Où ai-je dit que j'étais contre la liberté ou la propriété individuelle? La pensée dogmatique a encore frappé. Non seulement la liberté politique, mais aussi la liberté économique, non seulement la démocratie politique, mais aussi la démocratie économique. Les entreprises appartiennent à ceux qui y travaillent. C'est une extension de la notion de propriété. Ceux qui ont à disposition un terrain/jardin (et pas 100m2, mais ce qu'une famille est capable de gérer) n'en n'ont pas la propriété, mais l'usufruit tant qu'ils l'utilisent pour produire, consommer et échanger. La propriété des moyens de production doit revenir aux producteurs, qui resteront propriétaires des fruits de leur production (alors qu'actuellement ils en sont expropriés). Voilà pour le grand programme.


"Bref, cet idéal, cette société du bonheur, vers quoi nous portera le socialisme démocratique anti-productiviste."

Cf. le Bhoutan. Notion de Bonheur National Brut.


"socialisme démocratique"

C'est un pléonasme.


"anti-productiviste"

Productrice de bonheur.

Écrit par : Johann | 12/10/2011

Les commentaires sont fermés.