25/09/2011

La fin de la démocratie – la mort des idéologies

La fin de la démocratie – la mort des idéologies

Où sont passés les citoyens ? Pourquoi la politique n'est-elle pas davantage au cœur de leur vie?
L'année passée, j'avais analysé la dépolitisation en mettant en cause la société de consommation et le consumérisme matérialiste :

http://www.facebook.com/note.php?note_id=185170798174118

J'énonçais donc que c'était le capitalisme productiviste qui dépolitisait en transformant le citoyen en consommateur individualiste incapable de s'engager dans un processus collectif politique.

Mais aujourd'hui, je propose un autre axe de lecture : la mort des idéologies.

En effet, si les citoyens se détournent du jeu politique démocratique, c'est parce qu'ils ne trouvent pas leur place dans les partis politiques.
Pendant la majeure part du XIXème siècle et du XXème siècle, les partis ont représenté des idéologies. Les idéologies articulaient un ensemble d'idées basées sur des valeurs et une vision du monde, et le tout formait de véritables projets de société.
Globalement on trouvait les trois grands courants suivants : libéralisme, conservatisme et socialisme.


Aujourd'hui, l'idéologie libérale a accomplis son rêve : nous vivons tous dans le joyeux monde du capitalisme mondialisé !
Cette idéologie ne peut plus que proposer un hyper-capitalisme (version néo-libéral) ou revenir à une version plus soft. Toutefois, son horizon reste borné par le capitalisme.
Le conservatisme, ne proposant plus de modèle de société, s'est dissout dans les questions de mœurs.
Enfin, le socialisme ayant été mis en application sous sa forme productiviste marxiste (capitalisme d’État), et ayant fait naufrage sous cette forme, les anciens socialistes ont adhéré à la social-démocratie qui entérine le capitalisme comme modèle dominant.

Si tous les partis ne proposent que des nuances (nuances qui ont leur importance je ne le nie nullement) de capitalisme, alors on peut considérer que les idéologies sont mortes et que la diversité des offres politiques est faible.
On comprend alors pourquoi la majorité des gens se désintéressent de la politique et préfèrent s'investir autrement...
La démocratie est-t-elle condamnée ?

Non !

Car la renaissance s'en vient !
A gauche, écologie politique anti-productiviste et l'altermondialisme ont été les terreaux favorable à l'épanouissement d'une nouvelle idéologie, d'un nouveau socialisme du XXIème siècle !
Ce néo-socialisme devrait permettre de régénérer les mouvements sociaux et de mobiliser des foules pour la construction d'un nouveau modèle de société par delà le capitalisme mortifère !!

NB : Dans ma prochaine note, je synthétiserai quelques éléments fondateurs d'une refondation d'un socialisme, sur la base de mon précédent article : http://adrienfaure.blog.tdg.ch/archive/2011/09/18/pour-un...

22:58 Publié dans Idéologies politiques & projets de société | Lien permanent | Commentaires (37) | Tags : démocratie, idéologie, société, socialisme, politique | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Cher Adrien,

Je partage votre analyse sur notre société de consommation qui tue jour après jour l'engagement politique des gens. Cela dit l'écart qui creuse les dominants des dominés pourrait effectivement être à la base d'une nouvelle sociale démocratie.

Pour ma part je ne crois pas au libéralisme écologique porté par les vert libéraux. Ce n'est que le récupération politique pour un parti de droite qui veut faire de l'écologie et se mette à gauche. Il est temps que tous ensemble allons dans la même direction.

Au plaisir de lire votre prochaine note!

Écrit par : plume_noire | 25/09/2011

Bonjour cher Adrien, tes articles sont d'une très grande qualité, je t'en félicite! Très bonne continuation car l'avenir appartient à des jeunes comme toi!

Meilleures salutations.

Écrit par : bienvenue | 26/09/2011

Alors voilà un très bon post.
C'est la toute première fois que je découvre cet excellent blog, et je suis déjà une fan !!
Est-ce que tu vas encore écrire à ce propos ??
Encore félicitations !
A très vite !

Écrit par : Appareils de manutention | 15/04/2013

"Enfin, le socialisme ayant été mis en application sous sa forme productiviste marxiste (capitalisme d’État),"

Non pas marxiste, léniniste. Le marxisme-léninisme est une imposture. Le capitalisme monopoliste d'Etat n'est en rien marxiste. Il permet à une bourgeoisie d'Etat de confisquer le pouvoir et d'imposer sa dictature qui n'est pas celle du prolétariat.

Écrit par : Johann | 15/04/2013

http://www.youtube.com/watch?v=XiM74n8I2Gc

Écrit par : Johann | 15/04/2013

" Non pas marxiste, léniniste. Le marxisme-léninisme est une imposture. "

Génial; les socialistes occidentaux suisses compris dont beaucoup se réclamaient du marxisme-léniniste ont ainsi gobé sans se rendre compte pendant près de 70 ans une imposture. Au final ils ont trouvé la parade du capitalisme d'état pour ne pas admettre qu'ils ont adulé sincèrement un mensonge socialiste pendant des décennies.

D.J

Écrit par : D.J | 15/04/2013

@Johann, oui le marxisme-léninisme mène au capitalisme bureaucratique.
Mon article ci-dessous date un peu^^'
Mais un des soucis du marxisme réside dans l'interprétation du concept de dictature des travailleurs. Comment le traduisez-vous ?

Écrit par : Adrien Faure | 15/04/2013

Adrien: il n'y a rien à traduire et il n'y a aucun souci. Sauf pour ceux qui considèrent les mots comme des fétiches. Relisez ce que Marx dit de la dictature du prolétariat. Nous vivons sous la dictature de la bourgeoisie. Et le problème c'est que beaucoup de travailleurs se laissent acheter, deviennent des larbins de la bourgeoisie. La dictature du prolétariat est la démocratie, les prolétaires conscients de leur appartenance devenant majoritaires.

Malheureusement un de mes commentaires n'est pas apparu. Je résume mon propos passé à la trappe :

"La fin de la démocratie – la mort des idéologies"

Non pas la fin de la démocratie, puisque celle-ci n'a jamais commencé. Nous vivons sous un régime ploutocratique et oligarchique. Les idéologies ne sont pas mortes non plus. Il y a une idéologie bourgeoise dominante, mais d'autres idéologies minoritaires subsistent et résistent.

Vous serez intéressé de prendre connaissance de cette conférence où Henri Guillemin montre très clairement comment la bourgeoisie a pris le pouvoir en France et comment elle a éliminé ceux qui s'opposaient à elle, ceux qui voulaient donner le pouvoir au peuple, infâme dictature du prolétariat. Mais comme vous le savez l'histoire est écrite par les vainqueurs, qui se livrent au révisionnisme et qui noircissent les héros tout en préparant la voie aux bouchers.

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2012/06/08/227-conference-d-henri-guillemin-sur-robespierre-le-texte

Le lien précédent pointait sur la même conférence en écoute.
Où sont les incorruptibles?

Écrit par : Johann | 15/04/2013

Je salue la fin des idéologies.
Vous voulez en ressusciter une ou la faire naître, libre à vous, mais elle est condamnée d'avance.

La diversité des offres politiques est faible ?
Et bien je vois plutôt le contraire. Les partis traditionnels implosent ou explosent. En cette ère d'individualisme à outrance on se sent à l'étroit au sein des formations gouvernementales.
Ainsi les partis font des petits avec des nuances. Des Libéraux émanent les Verts'Lib, de l'UDC le PBD et dans les cantons les populistes et les pirates.
L'offre s'étoffe ne vous en déplaise.

"Le conservatisme, ne proposant plus de modèle de société, s'est dissout dans les questions de mœurs."
Je ne vois pas trop de quoi vous parlez. Mais comment évoquer la dissolution du courant le plus fort en Suisse aujourd'hui et en continuelle progression.

"Aujourd'hui, l'idéologie libérale a accompli son rêve : nous vivons tous dans le joyeux monde du capitalisme mondialisé !"
Plutôt que vous moquer d'un système qui a convaincu même ses opposants qui, sous l'appellation de sociaux-démocrates, se réclament d'un capitalisme de répartition, vous pourriez commencer par analyser les raisons qui font que l'immense majorité des hommes sur terre valident le concept de propriété privée.
Lorsque vous aurez trouvé les réponses à ce choix, alors commencerez-vous à redescendre sur terre, incarner votre corps et votre esprit et rejoindrez-vous peut-être le rêve libéral qui consiste à permettre à chacun d'accéder au bien-être avec la fierté d'y avoir participé avec enthousiasme.

Je reconnais volontiers les dérives de la fuite en avant de certains libéraux ultra qui minimisent la valeur ajoutée et profitent de la facilité d'un capitalisme financier révoltant.
Mais vous trouverez quantité de personnalités libérales qui sont des exemples d'humanisme, de grands mécènes et des acteurs indispensable dans le développement du tissu économique.

Mais surtout ce que vous ne semblez toujours pas réaliser, c'est qu'aucun être humain n'acceptera de se voir imposer la solidarité.
C'est un mouvement qui vient du fond de l'être, c'est une prise de conscience qui se développe dans une quête spirituelle et sur des fondements inaltérables.
C'est pourquoi la volonté de "confisquer" pour redistribuer plus équitablement sera toujours vivement combattue ou contournée par les plus malins.

Écrit par : Pierre Jenni | 15/04/2013

" le rêve libéral qui consiste à permettre à chacun d'accéder au bien-être "

Oui, un rêve, rien qu'un rêve. Car la réalité est tout autre. Sauf pour une toute petite minorité. Et j'ai une mauvaise nouvelle pour vous. Cette minorité va se réduire comme peau de chagrin.

http://www.planetoscope.com/mortalite/778-nombre-d-enfants-mourants-de-faim-dans-le-monde.html

Voilà sur quoi repose - entre autres - votre "bien être".
Bien sûr la fao doit être un nid de communistes...

Quant à la fin des idéologies, c'est comme la fin de l'histoire... une crapulerie pour faire passer l'idéologie dominante pour la seule, l'unique, la véritable. Air connu. Et en attendant, il se passe exactement ce que Marx avait analysé. La concurrence entre les divers capitalismes. Bienvenu dans la 3ème guerre mondiale, qui n'est pour l'instant qu'économique. Mais ça ne saurait durer.

Bien sûr vous êtes parfaitement ignorant du facteur 32. Continuez donc à ignorer la réalité pour jouir de votre "bien-être".

Et dire que vous confondez propriété et propriété des moyens de production. Pitoyable.

Écrit par : Johann | 15/04/2013

Hello Johann !
Histoire d'être un peu constructif, vous proposez quoi pour limiter les dégâts ?
Suffit pas de rouspéter et de penser que vous êtes le seul à avoir raison contre tous, ou du moins contre l'immense majorité.
Allez, un petit effort pour proposer un programme. Ensuite on discute.
D'acc ?

Écrit par : Pierre Jenni | 15/04/2013

Démocratie économique et politique. Les moyens de production appartiennent à ceux qui les mettent en oeuvre et ne sont plus accaparés par la minorité bourgeoise.

Et je parie que vous n'avez pas lu ou écouté la conférence d'Henri Guillemin...
Alors je doute de votre volonté de "discuter"...

Écrit par : Johann | 16/04/2013

Johann, je vous promet de m'y mettre quand j'ai une minute.
Pour votre info, je suis président d'une coopérative. Je suis parfaitement en accord avec l'idée que les moyens de productions appartiennent à ceux qui les mettent en oeuvre.
Mais vous semblez oublier que nombreux sont ceux qui n'ont pas envie de prendre ces responsabilités.

Écrit par : Pierre Jenni | 18/04/2013

je pense que ce qui a remplacé les idéologies auxquelles fait allusion Adrien ce sont les effets de mode. Je citerai un exemple particulièrement éclairant : l'écologie. Alors que ce terme recouvre avant tout une discipline scientifique avec sa part de certitudes et surtout d'incertitudes, d'où le besoin de recherches, d'études, etc. bien plus que de dogmes récités, le terme a été récupéré 'politiquement' -effet de mode - pour , oh horreur , en faire un parti politique. (c'est un peu comme si à la fin du XIXème on avait eu le parti des atomistes, ou au début du XXème le parti de la mécanique quantique).
Ce qui manque au monde contemporain, c'est un nouvel élan philosophique, un peu du style de la philosophie allemande du XIXème siècle, débouchant sur les idéaliste hégéliens ou les matérialistes qui alimenterons les réflexions politiques, tout en restant, d'abord, dans le domaine des idées ! Actuellement tout est mélangé, sans rigueur au nom du vite dit, vite affirmé , vite consommé et vite ...oublié (y compris dans les contradictions effarantes). Pour revenir à l'écologie, que feront les politiciens le jour où les avancées scientifiques contrediront les dogmes 'établis' qui nourrissent leur discours et imposent nos comportement. Oui, ce qui manquent se sont les idées, elles seules sont génératrices de nouvelles idéologies.

Écrit par : uranus2011 | 18/04/2013

uranus2011 ferait mieux de s'abstenir. Difficile d'être plus idiot que lui.

Écrit par : Largo | 18/04/2013

Largo : on est toujours l'idiot de quelqu'un ... à bon entendeur !

Écrit par : uranus2011 | 18/04/2013

Uranus: Reste que tu dois être l'idiot de tout le monde.

Écrit par : Largo | 18/04/2013

C'est dommage que les réparties insultantes fusent alors que c'est une simple proposition de débat. Pas très constructif cela. Dans le même temps c'est aussi un peu à l'image des débats entre politiciens... !

Parce que dans chaque intervention, il y a une part de réalité exprimée à travers un prisme personnel. Cela n'autorise pas pour autant d'adopter une arrogance désobligeante vis à vis d'autrui. D'autant plus que cela signale d'abord une volonté de limiter sa pensée pour se sentir plus solide face aux autres.

Dans ce sens, j'aime bien l'attitude ouverte et cash d'Adrien, il ne cherche pas à se protéger pour paraître plus malin que les autres. Même si je n'utiliserai jamais son langage très typé de concept politiques. J'apprécie sa sincérité et en ce sens face à n'importe quel arguments, il a raison !

Il a raison par son attitude, pas par les idées, c'est probablement le plus important !

Pour ma part l'essentiel de la question réside dans le fait qu'à chaque époque ses préoccupations; comme le soulignait uranus2011 et n'en déplaise à Largo. L'accélération de la circulation de l'information a déversé d'un coup une grande diversité de préoccupations. Difficile dès lors de chevaucher une seule grande idée porteuse dans ce contexte parce que collectivement nous sommes dans le tri, dans la digestion , dans cette fermentation qui n'a pas encore délivré une essence bien définie.

Effectivement les mythes tombent, les idéologies meurent. Comme le disait Pierre c'est tant mieux. On est toujours moins bête quand les illusions s'en vont.
Néanmoins la passion et l'enthousiasme sont des moteurs indispensables et les explorations d'idées alternatives sont importantes dans ce sens . Car oui, il faut trouver une direction où canaliser ses forces et à défaut d'avoir une grande idée générale, c'est l'exploration et les essais de nouvelles voies la meilleure solution actuelle.

Écrit par : aoki | 18/04/2013

"Effectivement les mythes tombent, les idéologies meurent. "

En tous les cas, le mythe de la fin des idéologies, lui ne meurt pas.

Et c'est bien connu, l'islam est mourant.
Comme l'idéologie capitaliste. N'est-ce pas?
Il suffit de regarder ce qui se passe en France au sujet du mariage pour tous: les idéologies réactionnaires sont toujours vivantes.
Et ainsi de suite. Il est vrai que les moyens de manipulation et d'achat des consciences n'ont jamais été aussi puissants.

Écrit par : Johann | 18/04/2013

Johann vous dites certaines choses de vraies, mais je ne vous suis pas sur la comparaison avec le débat sur le mariage pour tous qui relève de point de vue différents, des choix de société différents qui s'affrontent.

Mais bien d'accord avec vous sur les moyens de manipulation et d'achat de consciences, sauf que la masse de circulation véhiculée aujourd'hui fait que ses manipulations ne sont pas univoques.

Écrit par : aoki | 19/04/2013

" le débat sur le mariage pour tous qui relève de point de vue différents"

Je ne dis pas autre chose. DeS idéologieS qui ont pour point commun d'être réactionnaires et anti-égalitaires.


"ses manipulations ne sont pas univoques."

Peu importe, leur but est 1) de semer la confusion, 2) d'être efficaces.


"certaines choses de vraies,"

La Terre tourne autour du soleil, la chlorophylle est verte, le problème c'est quand on aborde la question des valeurs. Comme la justice et le partage. Il y a les partageux (la canaille quoi) et les accapareurs (les propriétaires).

La différence entre Robespierre et Marat d'un côté (qui considèrent la spéculation comme un crime) et les girondins de l'autre :

http://www.youtube.com/watch?v=XiM74n8I2Gc

Écrit par : Johann | 19/04/2013

Mais l'égalité poussée à son extrême devient également une idéologie qui n'est pas plus juste que ses contradicteurs, voir carrément autoritaire. C'est là où je ne suis pas d'accord avec vous sur ce sujet car votre perception réduit bien trop les contradicteurs dans des camps trop simplifiés. L'estimation des valeurs devient complexe de par la complexité humaine, il ne faut pas l'oublier.

"Peu importe, leur but est 1) de semer la confusion, 2) d'être efficaces."

Que des groupes créent de l'intox dans la masse circulante d'informations, c'est un fait. Que cela puisse créer de la confusion aussi. Aussi vrai que "la Terre tourne autour du soleil" ...

La lecture d'Henry Guillemin de la révolution française et de ses suites est tout à fait pertinente et éclairante pour celui qui n'a pas approfondi le sujet. Cela semble être une référence à laquelle vous tenez beaucoup puisque c'est au moins la 3ème fois que vous la postez ici ...

Oui il y a eu une confiscation du pouvoir par les bourgeois, oui il y a encore des accapareurs aujourd'hui et pas des moindres. And so what ? que voulez-vous démontrer dans vos interventions ? Et comme disait Pierre que proposez-vous ?

Écrit par : aoki | 19/04/2013

"Mais l'égalité poussée à son extrême devient également une idéologie"

L'idée d'égalité fait déjà partie d'une idéologie. Et une idée toute seule de fait pas une idéologie. Je prends le pari que vous faites partie de ceux qui se prétendent sans "idéologie".

http://fr.wikipedia.org/wiki/Id%C3%A9ologie

C'est marrant, toujours le même refrain. Pour disqualifier une idée, on la pousse à l'"extrême"... chez les autres. C'est quoi l'extrême égalité des droits? En quoi n'est-elle pas "juste"?


" qui n'est pas plus juste que ses contradicteurs,"

Ah oui? Parce que c'est juste de n'avoir pas les même droits par exemple quand on est accusé d'un crime? Il est évident que celui qui peut se payer les avocats les plus chers ne dispose pas des mêmes chances face à ses juges que celui qui est à l'assistance juridique quand elle existe. Sans parler de toutes les corruptions possibles grâce à l'argent.


" voir carrément autoritaire."

Ben voyons. Pourquoi pas totalitaire? Ce qui est autoritaire dans nos sociétés, c'est l'autorité que donne l'argent qui donne accès à tout le reste.


" C'est là où je ne suis pas d'accord avec vous sur ce sujet car votre perception réduit bien trop les contradicteurs dans des camps trop simplifiés."

En ce moment c'est vous qui simplifiez notamment par réduction avec un soi-disant extrémisme. Et que savez-vous de ma perception? Pratiquement rien. Mais vous vous autorisez à penser le contraire. Et donc en fin de compte, c'est vous qui simplifiez (bis).


"L'estimation des valeurs devient complexe de par la complexité humaine, il ne faut pas l'oublier."

Comme c'est pratique. C'est complexe, donc on ne fait rien? Il y a des valeurs telles que celles définies par la déclaration des droits de l'homme, pour commencer. Rien de "complexe" là dedans. Pourquoi ne sont-elles pas appliquées pour commencer? Pourquoi n'y a-t-il aucune distinction entre la propriété individuelle et la propriété des moyens de production qui permettent l'exploitation du travail humain?


"Que des groupes créent de l'intox dans la masse circulante d'informations, c'est un fait. Que cela puisse créer de la confusion aussi. Aussi vrai que "la Terre tourne autour du soleil" ... "

Nous y voilà! Donc selon vous, c'est normal et il n'y a rien à faire. Bravo!


"La lecture d'Henry Guillemin de la révolution française et de ses suites est tout à fait pertinente et éclairante pour celui qui n'a pas approfondi le sujet. Cela semble être une référence à laquelle vous tenez beaucoup puisque c'est au moins la 3ème fois que vous la postez ici ..."

Et je ne suis même pas sûr que vous en ayez pris connaissance dans son intégralité.

"Oui il y a eu une confiscation du pouvoir par les bourgeois, oui il y a encore des accapareurs aujourd'hui et pas des moindres. And so what ?"

Toujours le même refrain. Vous n'en avez rien à faire. C'est votre idéologie.


" que voulez-vous démontrer dans vos interventions ? Et comme disait Pierre que proposez-vous ?"

Déjà répondu. Il suffit de savoir lire.

Et vous, que voulez-vous démontrer? Que proposez-vous?

Écrit par : Johann | 19/04/2013

C'est trop fatigant de débattre avec vous Johan, à force de découper chaque phrase, et d' y apposer un avis péremptoire.

Vous avez vos convictions bien arrêtées et vous ne débattez pas. En tous cas c'est ce que laisse paraître votre style d'intervention.
Je vous laisse à vos certitudes

Écrit par : aoki | 19/04/2013

Quelle lâcheté!
Ainsi donc vous posez des questions et attendez des réponses, mais quand on vous donne les réponses et quand on vous pose des questions, vous refusez péremptoirement de répondre. Est-il interdit d'analyser et de critiquer votre discours?

Classique : faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. Reçu 5/5.

En tout cas c'est vous qui refusez de "débattre". Et votre avis péremptoire sur mes "certitudes", me fait penser à l'arroseur arrosé.
Vous m'aurez bien fait rire.

Écrit par : Johann | 20/04/2013

@Adrien ,la mort des idéologies voilà de quoi apeurer nombre de socialistes qui ne jurent que taxes et surtaxes afin d'entretenir leur propres idéaux qui n'ont de propre que les formes verbiales afin d'en obliger d'autres à courir pour eux/rire
Chic plus un écopoint mode Feng Shui afin de meubler des endroits Verts qui auraient pu servir à des places de jeu
très belle journée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 20/04/2013

Johann, dites-moi, si, quand vous rigolez, vous êtes pareillement fâché, c'est comment quand vous êtes en colère ?
C'est dommage que vous ne puissiez pas entendre ce que vous dit Aoki avec beaucoup de compassion.
Le débat n'est pas seulement une joute, c'est un échange et Aoki donne beaucoup. C'est juste que vous n'êtes apparemment pas encore en mesure de vous en rendre compte.
Ainsi vous semblez tourner en rond dans vos certitudes que vous tentez d'asséner au monde. Ceci dit, on le fait tous un peu.
La violence à peine contenue qui émane de vos mots suggère que vous avez terriblement besoin de vous convaincre.
Le fort n'a pas besoin de frapper.

Écrit par : Pierre Jenni | 20/04/2013

MDR!
C'est bien ce que j'attendais. Vous êtes tellement prévisible. Au lieu de s'attacher au fond vous attaquez ad hominem. C'est tellement plus facile.

Parce que votre dernier poste n'est pas plein de certitudes? Il en est farci. Et notamment de vos certitudes sur moi.
Ah, la compassion, tout un programme. "And so what?", c'est aussi de la compassion?

Le plus rigolo est que vous êtes bien incapable de me parler de mes "certitudes" qui n'en sont pas et que vous appelez telles pour rompre le débat.


"Le fort n'a pas besoin de frapper."

Ce qui prouve votre propre faiblesse. Car vous savez très bien taper et fort.


"vous tentez d'asséner au monde."

Vous et aoki sont donc le "monde"...

J'ai répondu à votre question : "vous proposez quoi pour limiter les dégâts ?"
Puis : "Ensuite on discute. D'acc ?"

Avez-vous une parole?

"Johann, je vous promet de m'y mettre quand j'ai une minute."

Avez-vous une parole?


"Pour votre info, je suis président d'une coopérative. Je suis parfaitement en accord avec l'idée que les moyens de productions appartiennent à ceux qui les mettent en oeuvre."

Et bien nous sommes d'accord au moins sur ce point. Qui est pour moi fondamental.

"Mais vous semblez oublier que nombreux sont ceux qui n'ont pas envie de prendre ces responsabilités."

Et alors? Il ne s'agit pas dans une coopérative d'avoir autant de directeurs qu'il y a de coopérateurs. Avez-vous entendu parler de représentation démocratique révocable en tout temps? Bien sûr que oui, alors pourquoi faites vous semblant du contraire?

Et pourquoi les directeurs des tpg, des hug, des écoles - pour commencer - ne sont-ils pas élus par le personnel et révocables?

Vous savez pertinemment que les instances dirigeantes d'une coopérative sont élus (mais pas révocables). Les responsabilités sont déléguées. Mais attention au clientélisme et au copinage et aux conflits d'intérêt. Et finalement le tirage au sort parmi des volontaires peut avoir du bon.


"suggère que vous avez terriblement besoin de vous convaincre."

Je n'ai besoin de convaincre personne, ni vous ni moi-même, ni personne d'autre. Je m'amuse et je m'amuse de vos réactions outrées qui vous dévoilent.
Vous voulez donner des leçons. C'est votre choix.

Alors votre parole?

Écrit par : Johann | 20/04/2013

"Je m'amuse et je m'amuse de vos réactions"

C'est bien ce que je disais, vous ne débattez pas.
Merci de me donner raison pour cette fois et de vous dévoiler.

Bonne soirée Johann

Écrit par : aoki | 20/04/2013

"C'est bien ce que je disais, vous ne débattez pas.
Merci de me donner raison pour cette fois et de vous dévoiler."

Et merci à vous pour ce qui ressemble de plus en plus à une auto-analyse introspective. Vous venez une fois de plus de démontrer que vous refusez le débat sur le fond et que le seul "débat" qui vous intéresse est sur ma personne, ce qui n'a strictement aucun intérêt. En réalité vous faites les questions et les réponses. Et je m'amuse parce que je ne prends pas au sérieux les attaques ad hominem. Vous ne dévoilez que vos préjugés. Qui ne m'intéressent pas en dehors des questions soulevées par la réflexion d'Adrien.

Écrit par : Johann | 20/04/2013

pendant que quelques inconscients s'interrogent sur la crise , la fin ,l'agonie des idées ,des Tchétchènes s'attaquent à ce qui représente le summum de l'activité intellectuelle du phare de la modernité occidentale ,le MIT , Harvard sans oublier Berklee Jazz school.
Que foutent, Déchet Liberté qui reste scotché à la patinoire de Montchoisy: Corto qui habituellement traque Briand le gros des Eaux-Vives qui à l'instar de De Roulet écrivain au passé gauchiste ne pèse pourtant pas lourd.

Écrit par : briand | 20/04/2013

Johann, votre cri est touchant. Oui, les mots nous dévoilent plus que nous l'imaginons. Et vous appelez au secours presque à chaque ligne.
Malheureusement on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif.

Pour la promesse et bien vous avez dû louper ma réponse plus haut. Non seulement je me suis fait l'histoire de la révolution ratée de 1879, mais dans la foulée je me suis fait l'affaire Dreyfuss.

Je peine à comprendre ce que vous essayer de démontrer par le témoignage de faits historiques qui restent des constats mais qui ne tracent aucune piste pour notre époque.

J'attends donc vos propositions. Depuis le début de cette discussion.

Je me permets aussi de corriger vos propos au sujet des administrateurs d'une coopérative. Détrompez-vous, ils peuvent être révoqués à n'importe quel moment.

Ceci dit, je vais vous faire un immense plaisir en vous confirmant que je ne prolongerai pas ce débat. Je vous vois à la fois rager et exulter.
Vous êtes si transparent.

A bientôt. Inévitablement. Puisque vous êtes si présent sur les blogs.

Écrit par : Pierre Jenni | 20/04/2013

Je viens de voir que mon mot n'a pas été publié. Je vous signalais mon enthousiasme pour la merveilleuse façon qu'a Henri Guillemin de raconter l'histoire. Je vous prie donc d'excuser mon propos à ce sujet.
Bonne soirée.

Écrit par : Pierre Jenni | 20/04/2013

La secte de HL, est de sortie! Ele te va nous "coacher" ces antilibéraux-marxisto-feminista!
Il y a ceux qui voient les barbelés des camps à ciel ouvert de l'idéologie du "libéralisme", les meurtres du capitalismes, physiques et psychologiques.
La "Fin de l'histoire" sera loin de ressembler à la fin d'un conte de fée pour les croyants par intérêt personnels:
"(..) le capitalisme individualisé des gangs, des pillards, des coupe-jarrets trouveront AUSSI les éxègètes de la loi de la jungle.
Ces derniers devrait connaître à ce moment là leur Satori!
L'homme enfin touché par la grâce capitalistique sera effectivement devenu un loup pour l'homme!
Comme cette loi n'est pas la notre, nous ne nous interposerons pas!"

Extrait d'un commentaire que nous avions écrit chez HL, en pleine béatitude "haré haré" frappé par la grâce du capitalisme... Mais curieusement il ne la pas reçue!

Écrit par : Trio-Octet Infernal | 21/04/2013

"Johann, votre cri est touchant. Oui, les mots nous dévoilent plus que nous l'imaginons. Et vous appelez au secours presque à chaque ligne."

Alors là, je suis parti d'un grand éclat de rire! Vous êtes un grand humoriste dans votre genre.

"Malheureusement on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif."

Vous n'avez pas soif?
C'est dommage. Personnellement j'ai soif de connaissance.


"Pour la promesse et bien vous avez dû louper ma réponse plus haut."

Oui, je l'ai loupée. Et pour cause.


"Je viens de voir que mon mot n'a pas été publié. Je vous signalais mon enthousiasme pour la merveilleuse façon qu'a Henri Guillemin de raconter l'histoire. Je vous prie donc d'excuser mon propos à ce sujet."

Pas la peine de vous excuser. L'explication suffisait. Ca peut arriver. Mais pourquoi vous attachez-vous sans cesse à la forme et pas au fond? Certes HG est un brillant conférencier, très brillant, mais cela ne doit pas occulter le fond de ses propos. C'est un démasqueur d'idées reçues, de la pensée unique, un chercheur de justice. Mais apparemment vous ne le "voyez" pas ou en tout cas vous n'en parlez pas. Dommage.


"Non seulement je me suis fait l'histoire de la révolution ratée de 1879, mais dans la foulée je me suis fait l'affaire Dreyfuss."

Fort bien. Et qu'avez-vous retenu de la révolution ratée de 1893? La vraie, pas la fausse de 1789, qui elle a réussi. Si vous avez bien écouté (ou lu) Henri Guillemin...


"Je peine à comprendre ce que vous essayer de démontrer par le témoignage de faits historiques qui restent des constats mais qui ne tracent aucune piste pour notre époque."

Réfléchissez. Que proposait Robespierre ou Marat? Aucune piste? Allons, vous pouvez faire mieux.


"J'attends donc vos propositions. Depuis le début de cette discussion."

Et je vous ai répondu. Pas ma faute si vous ne me lisez pas. Sauf que vous m'avez lu en l'occurrence, puisque vous m'aviez d'abord répondu :

"Johann, je vous promet de m'y mettre quand j'ai une minute."

Donc vous oubliez vos propres propos... J'en suis désolé pour vous.


"Je me permets aussi de corriger vos propos au sujet des administrateurs d'une coopérative. Détrompez-vous, ils peuvent être révoqués à n'importe quel moment."

Dont acte. Auriez-vous l'amabilité de nous communiquer la partie de vos statuts qui prévoit ce cas de figure? Car vous devez être une exception et il serait intéressant d'avoir un modèle à propager.


"Ceci dit, je vais vous faire un immense plaisir en vous confirmant que je ne prolongerai pas ce débat."

J'en suis sincèrement désolé. Juste quand ça devenait intéressant sur le fond une fois écartée les propos ad hominem qui sont sans intérêt aucun.
Et aussi désolé de votre psychologie à deux bals.


"Je vous vois à la fois rager et exulter."

Ce qui confirme mon jugement sur votre "psychologie". Réponse du berger à la bergère : vous faites un très mauvais "voyant".
Vous ne riez jamais?
C'est excellent pour la santé.


"Vous êtes si transparent."

La preuve que non.
"Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage."


"A bientôt. Inévitablement."

Là, vous marquez un point! Vous voyez je suis honnête.


"Puisque vous êtes si présent sur les blogs."

Si vous saviez.
Pas comme vous en tout cas. Votre présence y est permanente de par votre propre blog.


"Johann, je vous promet de m'y mettre quand j'ai une minute."

J'ai été correct et ai répondu à votre question. Je pourrai compléter ma réponse lorsque vous "vous y serez mis"... sur le fond.
Mais avez-vous une parole?

Suis-je contraint de penser que non? Suis-je contraint de penser qu'il n'y a que les querelles de formes et d'ego qui vous intéressent?

Écrit par : Johann | 23/04/2013

On sait que trop de socialisme nuit gravement à la santé .Celui-ci est reconnu désormais comme bien plus dangereux pour la santé mentale que le tabac et l'alcool!

Écrit par : lovsmeralda | 31/10/2013

Les commentaires sont fermés.