24/09/2011

La social-démocratie : un paradoxe perdu

La social-démocratie : un paradoxe perdu

Il y a encore quelques mois, je me montrais convaincu de la nécessité de combattre le libéralisme (et non pas uniquement ses formes les plus extrêmes que sont le néo-libéralisme ou l'ultra-libéralisme). Toutefois, je me positionnais encore comme social-démocrate (position qui avait été la mienne depuis ma politisation à mes 15 ans), et par conséquent comme pro-capitaliste par fatalisme idéologique. C'est en assistant à la politique d'austérité néo-libérale menée par des gouvernements social-démocrates en Grèce, en Espagne et au Portugal que je compris avec dépit l'échec de cette idéologie. Les barrières de la sociale-démocratie sont trop grandes pour lui permettre d'être réellement efficaces. Comment pourrait-t-elle mener sa politique de libération des individus par l'extension des sphères hors logique capitaliste, alors qu'elle dépend du bon fonctionnement du capitalisme lui-même pour mettre en place ses politiques ?

Sa dépendance à la bonne santé du capitalisme la condamne à se trahir fatalement et à n'être qu'une illusion pour bonnes âmes...

Poussé par cet évidence, je ne peux qu'embrasser la cause du socialisme véritable !

NB : Je ne réfute nullement l'apport positif de la social-démocratie, ou sa capacité à court terme à clairement améliorer la situation des classes précarisées ou moyennes. Je constate simplement son incapacité à mener une politique émancipatrice sur le long terme, du fait de sa dépendance totale à la bonne santé du capitalisme, alors qu'il est certain que les logiques des politiques social-démocrates sont majoritairement anti-capitalistes et ne peuvent que péjorer le bon fonctionnement de ce système, puisque son bon fonctionnement dépend de la création d'inégalités et de misère.

La social-démocratie est enfermée dans ce paradoxe de vouloir bien faire dans un cadre dont elle dépend pour pouvoir bien faire, mais qui se péjore lorsqu'elle agit dans la direction humaniste !

00:59 Publié dans Social-démocratie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : social-démocratie, socialisme, capitalisme, idéologie, politique | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Désolé de vous décevoir, mais le modèle libéral est un système social-démocrate, vous faite surement allusion à autre chose, le fonctionnariat-étatisme qui finit par des faillites retentissantes, comme en Espagne, en Grèce, au Portugal, pays dans lesquels les gouvernements ont tués les entreprises et l'autogestion !

Écrit par : Corto | 24/09/2011

Le système libéral n'a rien à voir avec la social-démocratie, que ce soit historiquement ou idéologiquement.
Le libéralisme économique c'est la non intervention étatique, la social-démocratie c'est justement l'intervention étatique pour pallier aux dérives du capitalisme et du laisser-faire libéral.
Je suppose que vous parlez du social-libéralisme, issu du courant du nouveau libéralisme du XIXème siècle.

Écrit par : Adrien Faure | 25/09/2011

Le propre de la gauche c'est la censure et là je vois que ça fonctionne !!!

Écrit par : Corto | 25/09/2011

Mais enfin! Je ne vous censure pas Monsieur Corto, j'apprécie même vos interventions.
Je me contente de réagir à votre commentaire.

Écrit par : Adrien Faure | 25/09/2011

Mille excuses Adrien, je me suis planté entre vos deux notes, dans laquelle je rectifiait XVIIIème pour l'avènement du libéralisme !!!

Mille excuses !!!!!!!

Écrit par : Corto | 25/09/2011

En deux mots, les créateurs du mouvement libéral au XVIIème ont délogés l'emprise des cléricaux et monarques sur l'ordre public, ce n'est pas pour remplacer l'église par les dogmes socialistes !!!

Écrit par : Corto | 25/09/2011

Monsieur Wittmann/l'homme rapide/ est du même signe astrologique que Sarko.Rempli de bonnes idées mais surtout applicables sur papier et pour soi avant d'être distribuées à d'autres.Sans occulter qu'à 50ans c'est encore l'âge ou réver aux belette permet de les voir paraitre sous forme de princesses des mille et une nuit.
Tant qu'un homme n'a pas ses enfants complètement hors de la coquille comment peut-il vraiment se montrer objectif.Monieur Wittmann comptera sur les Suisses pour réparer les dégats comme l'a fait Sarko avec ses ministres les laissant choir sur la route des super complications jamais résolues,le Verseau adore survoler les problèmes quotidien espérant voir les autres solutionner ceux qu'il aura su créer en un temps record
Ou comment faire adhérer de nombreux jeunes a des idées socialistes complètement farfelues
On l'a vu avec le chauffage au sol,une vraie punition comportementaliste pour les tempéraments nerveux.Quand aux éoliennes et panneaux solaires lors de tornades comme en France,quelles sont les assurances qui vont s'engager pour les remboursements.Faire de la politique c'est bien mais donner des conseils en toutes connaissance de causes c'est nettement mieux
Quand aux objecteurs de conscience dans les EMS ou hopitaux on a vu les nombreuses remises en cause lors de leur passage.Ils veulent bousculer l'ordre établi par les anciens juste le temps de contempler le désordre créé et s'en aller ensuite laissant les unités de soins complètement déboussolées
bonne journée pour Vous Adrien

Écrit par : lovsmeralda | 17/10/2012

Les commentaires sont fermés.