23/09/2011

Décroissance ou Barbarie

Décroissance ou Barbarie

Dans mon dernier texte, La décroissance : un projet d'avenir ( http://www.facebook.com/note.php?note_id=262993157058548 ) je déclarais :

 

''La question que la société moderne doit se poser au sujet de la crise écologique c'est : faut-il subir une récession économique provoquant chômage et aggravation de la crise sociale ou alors faut-il faire le pari de la décroissance, c'est à dire d'une réduction planifiée démocratiquement de notre empreinte écologique ?

Les conséquences du réchauffement climatique (catastrophes naturelles, montée des eaux, migrations massives de réfugiés climatiques, désertification, raréfaction de l'eau douce, etc.), couplées à celles de l'épuisement des ressources (chute de pans entiers de la production par manque de certains métaux, chute des échanges commerciaux par manque de pétrole, etc.) et à celles de la chute de la biodiversité (par exemple le coût de la disparition des abeilles pour la pollinisation) signifient une récession majeure qui entraînerait l'humanité dans le chaos et la barbarie.

La seule façon d'éviter cela, de résoudre la crise écologique, consiste à limiter notre impact écologique aux capacités de régénération de la Terre. Pour cela, il est nécessaire de sortir du dogme de la croissance, et de repenser notre mode de vie sur des bases plus respectueuses de notre environnement.''

Aujourd'hui, je désire développer en quelques points la barbarie possible qui nous attend si nous refusons la décroissance.

En effet, pour répondre à la crise écologique, découlant de l'économie de croissance, nos ploutocraties occidentales mettront en place des politique malthusiennes de réduction démographique. Car plutôt que de partager et de s'auto-limiter, les classes dominantes préféreront obliger les autres à se restreindre.

J'hypothèse le déroulement suivant :

 

1) Les étrangers.

Stigmatisation. Limitation des droits, des libertés et des ressources. Pénalisation du caractère étranger. Augmentation du nombre de centre de détention. Expulsions massives. Limitation de la natalité.

 

2) Les « jeunes » naturalisés.

Stigmatisation. Dénaturalisation. Cette catégorie se rapporte ensuite au cas des étrangers.

 

3) Les pauvres.

Stigmatisation. Limitation des droits, des libertés et des ressources. Pénalisation de la pauvreté. Augmentation du nombre de centres de détention. Travail forcé généralisé. Limitation de la natalité.

 

4) Les opposants.

Stigmatisation. Limitation des droits, des libertés et des ressources. Limitation de la démocratie. Pénalisation de l'opposition. Arrestations massives et répression. Augmentation du nombre de centres de détention. Travail forcé. Ré-instauration de la peine de mort.

 

5) Les pays pauvres.

Stigmatisation. Fin de la coopération internationale et de l'aide au développement. Guerre économique et financière. Guerres d'invasion et d'appropriation des ressources. Colonisation. Occupation. Génocide.

 

Voilà la barbarie dans ses grosses lignes.

A nous de nous engager pour que ce futur n'advienne jamais!

22:47 Publié dans Décroissance, écologie politique & Anti-productivi | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : décroissance, barbarie, engagement, politique | |  Facebook |  Imprimer | | | | Pin it! | | | Adrien Faure |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Bonjour, je suis un des créateurs du site Talkeo.fr. Peut-être serez-vous intéressés pour participer à notre débat sur la croissance:

http://www.talkeo.fr/debats/pAOA4Jplyc2o

A bientôt.

Écrit par : Talkeo | 26/01/2012

@Talkeo, merci pour votre invitation! :)
Je vais très volontiers aller voir votre site et votre débat.

Écrit par : Adrien Faure | 27/01/2012

Les commentaires sont fermés.